Découvertes archéologiques

Imprimer cet article Imprimer cet article

Le Service Régional d’Archéologie a répertorié différents sites archéologiques sur la commune :

1- Pujeau (Puyeau) de Hun, à Lamoulette, le long de l’ancienne voie ferrée Béliet-Salles : vestiges du Premier Age de Fer. Lamoulette

Titre       Sondage Jean-Louis Brouste, 1983  ,

2- Pignotey, à Roquebrune : Vestiges de l’Age de Bronze et du Fer

3- Pujeau de Cau (Graoux), motte de Beliet : Motte cadastrale médiévale

4- Eglise Saint-Exupère : Vestiges médiévaux

5- Braou[1] : des fragments de dolmen néolithique datés de 3 000 ans av. J.-C. trouvés et sauvegardés sur l’airial de Lapios grâce à Jean-Louis Brouste.

6- Le Caille : Tumulus (Age de Bronze, Age de Fer ?)

7- Pujeau de Migron, château de Béguas : Motte cadastrale médiévale

8 – Butte d’Aliénor : Motte cadastrale médiévale (?)

9 – Église Saint-Pierre : Vestiges médiévaux

10 – Bernet : canalisation (époque indéterminée)

11- La Borie : Vestiges de l’Age de Fer

12- Mons : Menhir néolithique – Age de Bronze (?)

Saint-Pierre de Mons et cimetière: Vestiges médiévaux

 

À cette liste, nous ajouterons la nécropole de Joué,

Puyeau de Hun

Après la découverte d’une vingtaine de tessons provenant d’urnes cinéraires à La Moulette, le long de l’ancienne voie ferrée Béliet-Salle, le sondage est pratiqué en 1983 par Claude de Sigoyer, Jean Louis Monge, et Jean Louis Brouste : il permet de déceler un site d’habitat qui pourrait dater de la fin de l’âge du bronze ou du début de celui du fer.

Le mobilier le plus intéressant, découvert entre 60 et 80 cm, est constitué de 573 tessons de poterie domestique et de 70 silex dont les plus représentatifs sont conservés au Musée d’Histoire locale de Belin-Béliet.

https://shaapb.fr/wp-content/uploads/files/SHAA_051_opt.pdf

Nécropole de Joué

La nécropole tumulaire de Joué, découverte par J.-L. Brouste en 1980, est située à 6 km au sud-est de Belin-Béliet au lieu-dit Pinot, sur un plateau dominant de plus de 5 m le ruisseau du Bouron, affluent de la rive droite de l’Eyre, qui coule au sud.

La nécropole est implantée à environ 100 m du bord du plateau, à l’altitude de 47,5 m NGF, et s’étend sur plus de 300 m de long selon un axe orienté ouest/est. Un labour forestier ayant mis au jour une sépulture sur l’un des tertres, une opération de diagnostic y a été réalisée en 2010. Elle a permis de reconstituer les éléments céramiques de cette sépulture de la fin du Premier âge du Fer, d’apporter des informations sur les conditions d’enfouissement du dépôt funéraire, et de discuter le caractère anthropique du tertre. Elle compte un nombre relativement restreint de structures funéraires puisque seuls six tumulus ont pu être identifiés avec certitude.

Belin-Béliet – tumulus isolé

Ce tumulus isolé qui se situe à 1 km de l’agglomération de Béliet a été découvert dans les années 1880-1882. Mobilier métallique : – un torque plat en bronze (type 3 ; musée d’Aquitaine). – 5 fragments de torque en bronze. – 2 bracelets complets en bronze martelé. – 1 bracelet incomplet en bronze martelé. – 8 appliques complètes en bronze. – 1 bouton en bronze. – 5 fragments de boutons ou d’appliques en bronze fondu entouré d’un cercle de pointillé repoussé à froid – 33 boutons hémisphériques à bélière (musée d’Aquitaine), en bronze fondu. L’urne n’a pas été conservée, le matériel métallique ne l’a été qu’en partie. Une tête d’épingle aurait également fait partie du matériel, mais l’interprétation de cet élément reste hypothétique. Le reste du mobilier métallique a disparu.

Quelques découvertes illustrent la transition de l’âge du Bronze au Premier âge du Fer, la trouvaille de Beliet, en particulier : en 1880 ou 1881, dans un vase non décrit, on recueillit 47 objets dont 33 appliques coniques à bélière et 5 fragments, décorés de cercles pointillés, une applique hémisphérique, une tête d’épingle, un « diadème à tampons » et 5 fragments, un bracelet ouvert, lors de travaux du chemin de fer (lettre de M. Lestrade du 12 septembre 1890, don de M. Legendre, géomètre, au Musée de Bordeaux).

Tumuli du Graoux

À Béliet, ont été signalés deux tumulus, au lieu-dit Graoux. L’un, le Puyau du Cau, hanté par les fées et autres êtres surnaturels, a été détruit à la fin du XIXe siècle. On ignore si la découverte du dépôt a quelque rapport avec cette destruction, on sait seulement que le tumulus contenait « cendres et poteries grossières »

http://www.archeolandes.com/documents/pcrbilb.pdf

Localisation des sites du premier âge du Fer en Gironde et en Lot-et-Garonne

  1. Abzac, Le  Pétreau ;  2.  Anglade,  Le  Canal  des  Démiers ;  3. Anglade,  Terrier  Ricard ;  4.  Audenge,  Certes ;  5.  Bazas,  Bourg ;  6.  Belin-Beliet,  dépôt    à  1km  de  Beliet ;  7.  Belin-Beliet,  Beliet ;  8. Belin-Beliet, Joué ; 9. Belin-Beliet, Le Graoux ; 10. Belin-Beliet, près de  Belin ; 11.  Belin-Beliet,  Puyeau  de  Houn ;  12.  Bernos-Beaulac,  Payot ; 13.  Biganos,  Bos  de  Caubet ;  14.  Biganos,  Communal  de  Tagon (tumulus T de Gaillard) ; 15. Biganos, Houn de la Peyre ; 16. Biganos,  Le  Gaillard ;  17.  Blasimon,  Les  Clusets ;  18.  Bordeaux,  Cité  judiciaire ; 19.  Bordeaux,  La  France ;  20.  Coutras,  Les  Petits  Sablons ; 21. Cubzac-les-Ponts, Les quatre Fils Aymon ; 22. Cudos, Deyres ; 23.  Cudos,  La  Roche ;  24.  Cudos,  Lanusse ;  25.  Cudos,  Quillet ; 26.  Les-Églisottes-et-Chalaures,  l’église,  chevet  ouest ;  27. Frontenac, Église Saint-Jean ; 28. Génissac, Le Cimetière ; 29. Gours,  Au  Marais ;  30.  Grayan-et-l’Hôpital,  Dépée ;  31.  Grayan-et-l’Hôpital, La Lède du Gurp ; 32. Grayan-et-l’Hôpital, La Lède du Gurp ; 33.  Grayan-et-l’Hôpital,  La  Lède  du  Gurp ;  34.  Grayan-et-l’Hôpital, Le Gurp ; 35. Isle-Saint-Georges, le Bourg ; 36. Izon, Pont du Bois ; 37. Labrède, tumulus de Perbos ; 38. Langon, Moco ; 39. Lesparre,  bourg ; 40.  Lesparre,  indéterminé ;  41.  Lesparre,  Saint-Trélody ; 42. Lignan de Bordeaux, Grotte de Carle ; 43. Lugasson, Roquefort ; 44. Marimbault, Pessec, Darmand ; 45. Mios, Berceau ; 46.  Mios,  Camping  municipal ;  47.  Mios,  Castandet ;  48.  Mios,  Pujaut ; 49.  Mios,  St-Brice ;  50.  Mios,  Truc  du  Bourdiou ;  51. Mouliets-et-Villemartin,  A  la  Route ;  52.  Pessac,  les  Pujos ;  53. Queyrac,  l’Argenteyre ; 54.  Queyrac,  limite  avec  Vendays ;  55. Sablons,  Grand  Jolin ;  56.  Saint-André-de-Cubzac,  Quartier  des  Cordeliers ; 57.   Saint-André-et-Appelles,   Les   Sandeaux ;   58. Saint-Avit-Saint-Nazaire,  Lavergne ; 59.  Sainte-Colombe,  villa  de  Sainte-Colombe ; 60.  Saint-Étienne-de-Lisse,  Niord ;  61.  Saint-Étienne-de-Lisse, Niord ; 62. Sainte-Florence, Les Grands Vignes 2 ; 63.  Saint-Germain-d’Esteuil,  Bois  des  Haures ;  64.  Saint-Germain-d’Esteuil, Brion ; 65. Saint-Médard-de-Guizières, Les Grands Rois ; 66.  Saint-Michel-de-Castelnau,  dans  la  commune ;  67.  Saint-Pey-de-Castets, Les Graves 2 ; 68. Saint-Quentin-de-Caplong, La Grand Croix ; 69.  Salles,  Bourg ;  70.  Salles,  Le  Martinet ;  71.  Salles,  Pas  de  Pajot ; 72.  Soulac-sur-Mer,  La  Glaneuse ;  73.  Soulac-sur-Mer,  La  Négade ; 74.  Soulac-sur-Mer,  L’Amelie ;  75.  Soulac-sur-Mer,  L’Amelie ; 76. Talais, nord du Bourg ; 77. Le Teich, Les Couyons ; 78. La Teste, Dune du Pilat ; 79. La Teste, Dune du Pilat ; 80. Vayres, le Château ; 81. Agen, Bellile ; 82. Agen, École Normale ; 83. Agen, l’Ermitage ? ; 84.  Agen,  Place  Armand  Fallières ;  85.  Aiguillon,  Chastel ; 86.  Aiguillon,  Saint-Côme ;  87.  Ambrus,  Bataille ;  88. Barbaste,  Le  Béas ;  89.  Barbaste,  Les  Ribérotes ;  90.  Barbaste,  Lesparre ; 91.  Bazens,  les  Plantes ;  92.  Beauville,  Lasnauzes ;  93. Bias,  Reynou ; 94.  Boé,  Bailles ;  95.  Boé,  Lille ;  96.  Boé,  Sainte-Rafine ; 97. Bon Encontre, Église Sainte-Radegonde ; 98. Bourran, Pont  de  la  Peyre ;  99.  Clermont-Dessous,  La  Mourasse ;  100. Colayrac-Saint-Cirq, Lacépède ; 101. Coulx, Manadal ; 102. Fauillet, Beaulieu ; 103. Fauillet, La Gravière ; 104. Foulayronnes (4 sites) ; 105.  Fourques-sur-Garonne,  Lauzeré ;  106.  Fumel,  Martiloque ;  107.  Gavaudun,  Pech  Redon ;  108.  Lafitte-sur-Lot,  indéterminé ;  109.  Lafitte-sur-Lot,  La  Batisse ;  110.  Lafitte-sur-Lot,  La  Muraille ;  111. Lannes, Courousca ; 112. Lannes, La Tucorre ; 113. Laplume, Église Saint Pierre de Cazaux ; 114. Lasserre, vallée de la Baïse ; 115. Laugnac,  Camp  Soubrat ;  116.  Le  Mas-d’Agenais,  Saint-Martin ;  117.  Monbalen, ? ;  118.  Monflanquin,  Place  des  Arcades ;  119. Nicole,  le  Pech  de  Berre ;  120.  Roquefort,  Falmont ;  121.  Sainte-Livrade-sur-Lot,  Saint-Martin ; 122.  Saint-Maurice-de-Lestapel,  La  Vincente ; 123.  Salles,  Vauris ;  124.  Sauveterre-la-Lemance,  Roc  Allan ; 125. Sos-en-Albret, résidence du parc ; 126. Sos-en-Albret, rue du cimetière ; 127. Tayrac, le Tucol ; 128. Tombeboeuf, Moulin de la Ville ; 129. Tonneins, Montamat ; 130. Vianne, Larché ; 131. Villeneuve-sur-Lot.

http://aquitania.u-bordeaux-montaigne.fr/_jumi/pdf/902.pdf

voir étude très intéressante : http://archeolandes.celeonet.fr/documents/vol1_etude_et_synthese.pdf

[1] – Prononcer “(lou) bràw”. Comme souvent les mots courts, “brau” peut avoir des sens divers. Dans les toponymes du type “Le Braou” de Gascogne maritime, c’est sans doute le sens “marais” qui est le bon. Claude Larronde retient le sens de “bourbier marécageux”. http://www.gasconha.com/spip.php?page=nom_normat&id_nom_normat=1343

Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.