Le Lacanau

Imprimer cet article Imprimer cet article

Le ruisseau de Lacanau est le plus important des affluents de l’Eyre, dans laquelle il se jette au lieu-dit Arnère (ou Arneyre), dans le domaine de l’usine de papier Smurfit Kappa ex-Cellulose du Pin à Facture.

Long de 15 kilomètres, il prend sa source, au lieu-dit Lasserre dans la commune du Barp et traverse les communes du Barp, Mios et Biganos (sur plusieurs kilomètres, il limite les paroisses de Mios et Biganos). En raison des travaux de drainage qui ont assaini la lande au XIXe siècle en créant de nombreux réseaux de fossés ou crastes qui peuvent être confondus avec les anciens ruisseaux, le point précis de sa source est aujourd’hui incertain. Le Lacanau coule dans une vallée, de 100 et 200 mètres de large, et dont la profondeur est de 10 à 15 mètres. Les rives de cette dépression sont généralement en pente douce mais parfois elles sont très abruptes (en amont de Pontnau par exemple), ce qui peut résulter de travaux d’élargissement.

Son intérêt est à la fois économique et historique. C’est ainsi que de nombreux moulins y ont été édifiés depuis le Moyen Âge. Depuis Le Barp jusqu’à la Mothe (Arnère), on trouve au moins dix moulins dont les noms ont été conservés mais qui n’évoquent plus aucun souvenir :

  • dans Le Barp, Camparian et Canaussèque.
  • dans Mios, Paulon, un des plus anciens moulins de la région que Jean de Castétja, Sieur de Ruat, achète en 1593, Hazera, Pas de l’Âne aussi appelé la Moulasse, réaménagé vers 1860.
  • à Biganos, la Cassadote, plusieurs fois reconstruit et aménagé actuellement en pisciculture, Pontnau, Arnère, disparu au XVIIe siècle et dont le sort est lié à celui de Pontnau, Pouliq, tout près d’Arnère : cependant que Pontnau et Arnère étaient édifiés sur des dérivations qui alimentent le ruisseau de l’Eyga, Pouliq est sur le Lacanau.

L’installation de moulins dans un site marécageux impose la régularisation du ruisseau et la maîtrise de son débit. C’est ainsi que sur tout son parcours aval, dans Biganos, ce ruisseau est doublé par un canal artificiel généralement discontinu qui figure encore sur les cartes et plans modernes. Cette dérivation est toujours située sur la rive nord du Lacanau, c’est-à-dire côté Biganos, et non côté sud où le ruisseau est la limite de la paroisse de Mios.

Principaux affluents  :   

Ruisseau de l’Escarageasse : 9.3 km

Ruisseau de Biard : 6.4 km

Craste de Lestauleyre : 3.1 km

Craste de Lescazeilles : 3.9 km

Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.