Étiquette : Veyrier-Montagnères

Chronique n° 113 – Les noires saisons

Le mois d’août 1914 est celui des dernières vacances pour beaucoup de jeunes hommes. Le 2 août, un avis de la mairie est placardé à côté de l’affiche de mobilisation générale. Veyrier-Montagnères y fait appel au patriotisme de tous et au désintéressement des commerçants et industriels desquels dépend l’alimentation publique. Une Commission de l’approvisionnement est…

Par Aimé 21 juillet 2020 0

Chronique n° 112 – Un funiculaire à deux classes

La municipalité de Veyrier-Montagnères apporte aussi à Arcachon une grande attraction, de plus, fort utile : le funiculaire. On en connaît bien l’histoire, grâce à la monographie très détaillée réalisée par Claude Robin, pour la Société historique. L’engin, installé en 1913, permet de se hisser vers le casino mauresque, à l’altitude de vingt-cinq mètres. Cela,…

Par Aimé 19 juillet 2020 0

Chronique n° 111 – Un maire surprenant

Arcachon entre dans une ère nouvelle avec l’élection de son maire, James Veyrier-Montagnères. On sait beaucoup de détails sur son mandat, grâce à la biographie, fort admirative, dressée par M. Canton, conseiller municipal et son chef de cabinet bénévole. Et d’abord, qu’il est chaque fois réélu triomphalement, jusqu’à sa démission en 1922, après vingt-cinq ans…

Par Aimé 17 juillet 2020 0

Chronique n° 110 – Le Bassin pour tous !

Le front de mer arcachonnais change complètement de perspective avec les municipalités de Veyrier-Montagnères. D’abord, grâce à la construction de la jetée Thiers, en 1903, ensuite avec un autre gros ouvrage : le boulevard-promenade, étalé entre cette jetée et le débarcadère d’Eyrac. Les premiers projets mis en concurrence remontent au 25 novembre 1905. L’un d’eux…

Par Aimé 16 juillet 2020 0

Chronique n° 109 – Un bâtisseur

La longue époque Veyrier-Montagnères, qui s’étale de 1897 à 1922 a profondément marqué le paysage arcachonnais. On a déjà raconté comment, dans l’expansion vers le sud, la municipalité a acquis les quarante hectares de la forêt des Abatilles-Bernet pour 80 000 F. Faisant une bonne affaire, elle en cède dix au docteur Armaingaud pour 20…

Par Aimé 15 juillet 2020 0

Chronique n° 108 – Cap au Sud !

Les choses ne traînent pas. A peine élu maire d’Arcachon en 1897, James Veyrier-Montagnères renégocie l’importante dette de la ville. Cela lui permet d’entreprendre de nombreux travaux sur une voirie fort défectueuse. Et, améliorer routes et trottoirs, voilà qui plaît toujours beaucoup aux électeurs ! En même temps, il organise des festivités. La ville se…

Par Aimé 14 juillet 2020 0