1792 – Télégraphie – Cap d’Arcachon S[émaphor]e, Arcachon, La Teste, Lamothe, Lugos, Belin, Le Barp, Croix d’Hins

1792 – Système Chappe

Il nous faut évoquer quelques autres moyens de transmission qui ont risqué de mettre à mal la « Poste aux Lettres » pour la transmission des messages le plus rapidement possible.

Dès 1792, pendant la Révolution, le Français, Claude Chappe, imagine le premier système de « Télégraphe ». Son système de transmission par sémaphores est optique et totalement manuel et il réussit à l’imposer à l’État français avec le soutien de Joseph Lakanal.

En quelques années on voit ainsi apparaître un peu partout en France ce nouveau moyen de communication rapide ; les messages peuvent être transmis sur une longue distance par l’intermédiaire de relais espacés d’une dizaine de kilomètres et situés sur des hauteurs au sommet de tours.

Ces tours qui peuvent être installées au sommet de clochers d’église sont munies d’un système de bras articulés actionnés manuellement par un opérateur, le « stationnaire » via un système de poulies. L’opérateur surveille au travers de deux lunettes situées de façon opposée la tour précédente et la suivante. Ainsi, il observe les signaux émis par le relais précédent et les retransmet au relais suivant.

Une tour Chappe est constituée :

  • du signal (mât muni d’un régulateur pivotant et de deux indicateurs articulés).
  • d’une salle de travail abritée où le « stationnaire » observe les tours voisines et actionne le système de manœuvre du signal à la main.
  • d’un local de repos en dessous, où le « stationnaire » peut se reposer un quart d’heure après le coucher du soleil jusqu’à un quart d’heure avant le lever du soleil.

Deux stationnaires sont affectés à une tour, et ils se relaient chaque jour à midi.

Ce dispositif nécessite l’usage d’un code de signaux et de lunettes équipées de lentilles puissantes.

Bien sûr, la transmission du message n’a lieu que par temps clair. Elle était impossible la nuit et par temps de brouillard.

La ligne Paris-Bayonne du télégraphe optique de Claude Chappe, mise en service en 1822, suit de près la route depuis Paris, Orléans, Tours, Poitiers, Angoulême, les Landes et Bayonne. Quelques lieux-dits jouxtant la RN 10 portent encore aujourd’hui le nom de “Télégraphe” témoignant de l’implantation d’un relais à cet endroit.

Le système du télégraphe Chappe fonctionne jusqu’à la guerre de 1870… malgré la mise au point entre temps du « télégraphe électrique » de Samuel Morse, un peintre américain génial.  Il est basé sur les rythmes du courant. Les messages retranscrits par interruption rythmée du courant s’inscrivent alors sur une bande de papier : c’est la naissance du code Morse.

Samuel Morse met plus de cinq ans à réaliser son premier prototype de télégraphe. Ce n’est qu’en 1837 qu’il peut officiellement présenter son premier appareil. Suivent quelques années d’indifférence générale.

En effet, durant les années 1840-1850, une variété de modèles de télégraphes sont mis au point ; après différentes phases d’essais passant par une aiguille aimantée qui arrive à se placer électriquement sur un cadran du style d’une pendulette en face de chacune des lettres composant un mot, jusqu’à l’impression d’un ruban de papier, aucun n’arrive véritablement à s’imposer.

Il faut attendre 1843 pour que le Congrès américain accepte de financer la première ligne de télégraphie Morse entre Baltimore et Washington. Celle-ci est inaugurée le 24 mai 1844. C’est un échec commercial, le succès populaire n’étant pas au rendez-vous, mais elle annonce le futur des systèmes télégraphiques et Samuel Morse s’entête et fait breveter son système en 1849.

L’apparition du téléphone va sonner sa disparition… Et pourtant le télégramme survivra jusque dans les années 1970…

https://amelier.blog4ever.com/la-poste-a-chevaux-la-poste-aux-lettres-toute-une-aventure

1855 – Europe, télégraphie électrique, Sagansan – La Teste

Carte de la télégraphie électrique de l’Europe

dressée par ordre de M. le vicomte de Vougy,… / par L. Sagansan

 

 

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530602554.r=telegraphe?rk=579402;0

1858 – Terre neuve à Irlande, Reseau télégraphique, Day & Son – vers Bassin d’Arcachon

Chart shewing the intented telegraphic communication between Newfoundland & Ireland

track of steamer between Europe & America and the ice fields in the North Atlantic Ocean, compiled, engraved & published by Day & Son

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53158288f?rk=9163135;2

1863 – France, réseau télégraphique, de Vougy – Arcachon, Lamothe

Carte du réseau télégraphique de l’empire français

M. le vicomte de Vougy  (18..-18..). Éditeur  :  Imp. impériale (Paris)

Arcachon, Lamothe

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53060748z/f1.item.r=telegraphe

1874 – Réseau télégraphique – Cap d’Arcachon S[émaphor]e, Arcachon, Lamothe, Lugos, Belin, Le Barp

Carte du réseau télégraphique français

dressé par l’administration…Éditeur : [s.n.] (Paris)

Cap d’Arcachon S[émaphor]e, Arcachon, Lamothe, Lugos, Belin, Le Barp

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530832923.r=telegraphe%20france?rk=42918;4

1898 – Europe, communications télégraphiques – Arcachon, Lamothe

Carte des communications télégraphiques du régime européen

dressée d’après des documents officiels par le Bureau international des Administrations télégraphiques

Arcachon, Lamothe

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530650123.r=telegraphe?rk=450646;0

1926 – Schéma des communications radiotélégraphiques françaises – Croix d’Hins

Schéma des communications radiotélégraphiques françaises, Ministère des postes, télégraphes et téléphones (1929-1959)

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8459368v.r=telegraphe?rk=2339067;2

Images liées:

Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.