1625 – Guienne, Du Carlo – Arcasson

Imprimer cet article Imprimer cet article

Carte hidrographique des costes de Bretaigne, Guienne / et de partie de l’Espagne
par Du Carlo (15..-16.), ingénieur et géographe ordinere du Roy, Cartographe.

Appartient à : Cartes et atlas-portulans conservés dans les collections publiques françaises

Arcasson
https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b59010889/f1.item.r=Guienne%20de%20Gascogne
Charles Leber sieur du Carlo déclare qu’il vit à Paris au début des années 1620 et qu’en janvier 1623, il demande la permission d’ouvrir une boucherie et une poissonnerie à Brouage. En 1625, il vit encore à Paris lorsqu’il commence à dessiner les cartes énumérées ci-dessus. Le 23 mars 1626, il achète la maison que Champlain a héritée de sa mère. Fin 1626, Charles Leber, sieur du Carlo, est propriétaire près de La Rochelle d’une petite maison que lui donne Champlain (1). Samuel Champlain serait né à Brouage, en Saintonge en 1580 (comme il est dit dans ses premières publications, dans son contrat de mariage ; comme le dit aussi son oncle Guillaume Allène, quand, par testament, il fait de Champlain son héritier) quoique certains avancent qu’il aurait été baptisé le 13 août 1574 – protestant, on s’en doutait – à La Rochelle (2). Champlain est issu d’une famille aisée. Son père, Antoine, est capitaine de la marine et ses grands-parents maternels, les Leroy, ainsi que le père de Champlain, possédent des propriétés résidentielles. Il semble vraisemblable qu’il a étudié le dessin et la géographie avec un maître particulier, Charles Leber(t), sieur de Carlot, ingénieur et géographe ordinaire du roi ainsi que sergent-major de Brouage. Leber(t) est celui auquel Champlain fait don, fin 1625, de sa propriété proche de La Rochelle qu’il tient de son oncle Guillaume Allene surnommé le “capitaine provençal” : suivant l’acte, Champlain porte à Charles Leber sieur du Carlo « le bon et vrai amour naturel », et aussi que « tel est son bon plaisir et sa volonté de le faire. »
Deux actes du notaire Gouin, l’un du 23 mars 1629 où étant commissaire de l’artillerie, Charles Leber afferme son droit de visite des navires à Brouage, l’autre du 26 Novembre 1629 cite le curateur « des enfants mineurs de feu Charles Leber sieur du Carlo » permettent de situer sa mort entre ces deux dates. Entre temps, Charles Le Ber, écuyer, sieur du Carlo, sergent major du régiment du maréchal de Saint-Luc, géographe ordinaire du Roi et commissaire ordinaire de l’artillerie de France, demeurant à Paris rue Montmartre, paroisse Saint-Eustache, et Marie Pena, veuve de Charles de Graindor, écuyer, sieur de Sauvan, demeurant aux faubourgs Saint-Victor lez Paris, paroisse Saint-Nicolas du Chardonnet sur le bord de la rivière de Seine, et quai proche et hors la porte Saint-Bernard : contrat de mariage passé [le 21 juin 1629] en présence de Lazare Pena, écuyer, sieur de “Moucières”, conseiller et médecin ordinaire de la Reine, mère du Roi.
 
 
 
 
 
Cette carte attribuée à Du Carlo (ou Carlot ou Ducarlo (3) mentionne « Cordouan ».
 
1- Champlain: la naissance de l’Amérique française, Raymonde Litalien, Denis Vaugeois, 2004.
2 – Le vendredi treizième jour d’août mil cinq cent soixante et quatorze a été baptisé Samuel, fils d’Antoine Chapeleau et de Marguerite Le Roy, parrain Étienne Paris, marraine Marie Rousseau. [signature] Denors [signature] N. Girault. Registre pastoral du temple Saint-Yon de La Rochelle.
3 – C’est ainsi qu’il signe en 1627 le « plan de la vile de Brovage » (Brouage).

Aimé

Un commentaire

  1. Samuel Champlain serait né à Brouage, en Saintonge en 1580 (comme il est dit dans ses premières publications, dans son contrat de mariage ; comme le dit aussi son oncle Guillaume Allène, quand, par testament, il fait de Champlain son héritier)
    Aucun document référencé n’indique que Samuel Champlain serait né à Brouage, dans ses premières publications il est dit de Brouage, soit habitant de Brouage en 1603, ainsi que sur contrat de mariage en 1610, Guillaume Allène le déclare en 1601 originaire (résident) à Brouage à cette période.
    Charles Leber est recensé à Brouage en 1620 et 1623 (garnison) etc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.