Ruisseau de la Hountine à Belin-Béliet

 
Le ruisseau de la Hountine, long de 9,6 km, prend sa source dans les “lagunes de Saint-Magne”. Si ces lagunes sont bien situées sur la commune de Saint-Magne, elles sont en revanche sur le bassin versant de la Leyre, contrairement à la majorité des autres lagunes qui font partie du bassin versant du Gat-Mort.
Bien que ce groupe de mare soit très proche des autres lagunes, spatialement et en termes d’habitats et d’espèces, elles ne dépendant pas de la même nappe phréatique. Elles sont donc bien distinctes d’un point de vue fonctionnel, puisque la caractéristique principale des lagunes est qu’elles sont alimentées par le battage de la nappe et on pas par les eaux météoriques. L’intérêt écologique de ces lagunes est le même que celles de l’eau du bassin versant, notamment dû à la présence d’une espèce protégée endémique du Sud-Ouest, le faux-cresson de Thore (Caropsis verticillatinundata) dont la principale menace est le risque de drainage pour mise en culture de maïs ou de pins maritimes. Le ruisseau de la Hountine s’écoule ensuite sur la commune de Belin-Béliet. Son parcours de pêche s’étend sur un kilomètre et demi et accueille des vairons, des anguilles, quelques carnassiers, gardons, rotengles et goujons. Située à Belin-Beliet, la salmoniculture intensive « Les Viviers de la Hountine », 28 chemin Meuniers) appartient au groupe Aqualande. Cette pisciculture produit 200 tonnes/an (2014) de truite arc-en-ciel, allant de la portion à la très grosse truite (TGT : 3kg) ; elle produit en parallèle 3.5 tonnes/an de caviar.
Elle s’alimente en eau dans la Hountine, est équipée de 2 défeuilleurs à tambour, d’un filet la recouvrant intégralement pour prévenir les attaques de hérons, de 5 silos, et d’un atelier de ponte.
Le ruisseau de la Hountine, qui a pour affluent le ruisseau de la Lecte, est lui-même un affluent du ruisseau de Paillasse : de 14,3 km de longueur, le ruisseau de Paillasse prend sa source dans la commune d’Hostens sous le nom de ruisseau de Labadie et se jette en rive droite dans la Leyre à Belin-Béliet.
Les travaux de dérasement du barrage du Graoux ont été réalisés en octobre/novembre 2018. Une décision venant boucler un feuilleton démarré en 2009. Cette année-là, la tempête Klaus abîme le barrage et rend les vannes de ce dernier totalement inefficaces. La fermeture du Centre du Graoux intervient en 2012. La proposition de dérasement est validée par la municipalité en 2015, avant qu’une partie de la structure soit emportée par une crue en fin d’année 2016. Le barrage, ayant fait le bonheur des riverains et des pêcheurs, était un incontournable du site du Graoux. Au début de l’existence du centre du Graoux, il permettait l’existence du lac en amont et garantissait un lieu d’entrainement du Foyer des Jeunes et sa section « Canoë-Kayak ». Oeuvre pour la jeunesse sortie de terre au début des années 80, la structure associative avait fait appel aux Chantiers Modernes afin de mettre en place le plus gros de l’installation, les jeunes belinétois avaient quant à eux installé les portes de l’ouvrage. Entraînant la suppression de l’étang du Graoux, cette démolition permet de garantir le bon développement de la population aquatique et d’adapter le ruisseau de la Paillasse à des normes plus exigeantes. Une passerelle est installée 50 mètres en amont du seuil.
Commentaires de M. Vaysse de Villiers, inspecteur des postes, en 1823
Landes en vrac, souvenirs et témoignages du passé et petit patrimoine landais

Aimé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.