Noms de familles LAQ à LZZ

LARCHER

7 292 personnes sont nées en France en 100 ans avec le patronyme Larcher, dans 94 départements

Ce qui le place au 799e rang des noms les plus portés en France

C’est aujourd’hui en Martinique qu’il est le plus répandu.

On le rencontre aussi en Seine-Maritime, à Paris et dans plusieurs autres régions.

Formes voisines : Larché (33, 40, 88), Larchet (08, 55), Larchey (70, 71, 77), Larchez (55, 57), Larchier (79, 69, 55)

Origine  – Le nom désigne un archer, éventuellement un fabricant d’arcs.

Une commune de la Vienne se nomme Château-Larcher et 26 autres toponymes en France avec ‘Larcher’. Aucun en Gironde…


LAROUDIE

526 personnes sont nées en France en 100 ans, essentiellement en Haute-Vienne

1891 – 1915 : 112 ; 1916 – 1940 : 154 ; 1941 – 1965 : 156 ; 1966 – 1990 : 104

Pendant la même période, on relève aussi les naissances de 157 ROUDIE (47, 46…), 275 ROUDY (16, 24…), 2 685 ROUDIER (87, 03, 17, 23…), 782 ROUDIERE (11, 09…), 164 DUROUDIER (87…).

Toponymie – 31 toponyme avec le mot ‘Roudie’ ou ‘Roudié’ (09, 12, 24, 31, 46, 47, 81, 82, 87), 29 toponymes avec ‘Roudier’ (09, 13, 15, 16, 17, 23, 24, 26, 30, 31, 33, 47, 81, 82, 83, 87), neuf toponymes avec ‘Roudière’ (09, 23, 31, 33, 61, 82).

Geneanet – 7 750 résultats avec une requête sur le nom LAROUDIE dont 6 113 pour la Haute-Vienne, dont 3 757 dans un rayon de 10 km autour de Séreilhac où se trouve justement le hameau de ‘La Roudie’.

Origine – Selon toute vraisemblance, ce nom, que l’on va lire LA ROUDIE, vient du latin rota (la roue). À partir de là, deux hypothèses :

1°) la roue à aubes d’un moulin à eau, donc le nom peut désigner le lieu où il y a un moulin ou bien le meunier qui l’exploite,

2°) un atelier de charron (qui fabrique donc des roues) ou bien le charron lui-même.

Autres noms de même origine que ceux cités plus haut : RODE, ROUDET, ROUDEIX, RODET, ROUDAUD, RODIER, LARROUDÉ.

Mais Yves Lavalade signale que l’ancien occitan la ròda désigne le buisson. On peut donc aussi envisager un lieu remarquable par les buissons qui le recouvrent.

Rien n’est donc certain…

Le « nid » de cette famille me semble être le hameau de ‘La Roudie’ commune de Séreilhac. Il y avait en ce lieu une vieille chapelle, aujourd’hui détruite. Y avait-il un moulin à eau ? Peu probable. Un charron ? Possible. Des buissons ? Certainement…


LAROUSSELIE

Les statistiques de ce nom en train de mourir sans que personne ne s’en émeuve.
1891 – 1915 : 6 (Annesse-et-Beaulieu, Saint-Astier)
1916 – 1940 : 3 (Saint-Astier, Saint-Sulpice-de-Roumagnac)
1941 – 1965 : 5 (Petit-Bersac, Périgueux, Saint-Astier et Aubusson (Creuse)
1966 – 1990 : 0

Soit 14 LAROUSSELIE qui sont nés en France en un siècle, tous en Dordogne sauf un.

Il semble évident que tous les porteurs sont parents (nom monophylétique).

On compte en outre, durant cette période, les naissances de 112 ROUSSELIE, 619 ROUSSELY…

Toponymie – On compte 13 lieux-dits avec ‘La Rousselie’ dont 10 en Dordogne (Brouchaud, Sencenac-Puy-de-Fourches, Saint-Martial-Viveyrol, Montagrier, Bussac, Plazac, Rouffignac-Saint-Cernin-de-Reilhac, Manaurie), un dans l’Aveyron (Prades-d’Aubrac), un en Charente (Ronsenac) et un dans l’Ille-et-Vilaine (Maure-de-Bretagne). Rien que des grandes métropoles !

Geneanet – 78 résultats avec une recherche sur la LAROUSSELIE dans la base. Les plus anciens de cette base, avant 1700, coulaient des jours heureux dans la ville de Périgueux.

Origine – En onomastique, les noms de lieux et de personnes s’interfèrent. En principe, c’est le nom de lieu qui est le plus anciens – disons 2 000 ans – alors que le nom de personne n’a, en gros, que 1 000 ans. Mais ce n’est pas toujours le cas car parfois c’est le lieu qui prend le nom de la famille qui y réside. Revenons à nos LAROUSSELIE.

Il faut lire LA-ROUSSELIE. C’est le nom, en principe, du lieu où habitait le lointain ancêtre, sans doute un des lieux cités plus haut. L’origine est le mot occitan ‘ros’ qui veut dire ‘roux’.

– Certains des noms de lieux rencontrés nous font penser à un endroit où la couleur du sol est rousse. Et la personne qui y vivait a pris le nom du lieu.

– Certains autres – le suffixe –IE nous entraîne vers cette autre hypothèse – ont été baptisés ainsi parce qu’habitait là, une famille avec des cheveux roux ou une famille qui s’appelait déjà ROUX, ou ROUSSEL, ou ROUSSELLE, ou ROUSSEAU, etc. personnes dont le lointain ancêtre était roux, bien entendu.

C’est le serpent qui se mord la queue.


LARREZET

Mme Hélène LARREZET est maire de Biscarrosse

Voici un nom bien landais mais peu très porté avec cette graphie, seulement 77 naissances en 100 ans en France, essentiellement dans les Landes

1891 – 1915 : 16 ; 1916 – 1940 : 26 ; 1941 – 1965 : 18 ; 966 – 1990 : 17

Pendant la même période, on relève également les naissances de 567 LARRAZET (40, 64, 33…)

Toponymie – On ne trouve aucun nom de lieu ‘Larrezet’, en revanche on a la commune de Larrazet dans le Tarn-et-Garonne (14, 93 km2, 693 habitants) et trois lieux-dits ‘Larrazet’ dans le Gers à Masseube, Gaujac et Samatan. Le ‘Ruisseau de Larrazet’ (4,8 km) est un affluent du Gers et traverse cinq communes, toutes du Gers.

On repère aussi trois noms de lieux ‘Rezet’ (03, 33 – Lignas-de-Bazas, 51) et 17 ‘Razet’ (nom masculin : 03, 06, 11, 32 61, 59, 81).

Geneanet – 2 493 résultats en effectuant une recherche avec le nom LARREZET dont 1 950 dans les Landes. Les principaux clusters apparaissent à Horsarrieu (382 résultats), Doazit (373 résultats) et Hagetmau (176 résultats). Ces trois communes de la Chalosse sont mitoyennes.

Il y a de fortes raisons de penser que ce nom est monophylétique (une seule souche et tous les LARREZET seraient parents).

Les LARRAZET sont répartis dans d’autres zones des Landes : Saint-Sever, Toulouzette, Villenave, Arengosse, Morcenx, Beylongue…

On constate qu’il existait une famille noble, ainsi Demoiselle Blasiotte de LARREZET, fille de Jean de LARREZET, seigneur de Horsarrieu, convole en 1585 (vu également sur la base Roglo).

Origine – Il s’agit vraisemblable du lieu d’origine ou d’habitation du lointain ancêtre. Sans doute une variate de ‘Larrazet’. Quant à l’étymologie de ce lieu, Michel Grosclaude suggère le verbe arradar/arrasar (niveler). Je rajouterai que le verser rasar, signifie « raser » mais aussi « abattre au ras du sol ». On peut donc penser au nom d’une zone défrichée, il y a bien longtemps…

https://fr.wikipedia.org/wiki/Horsarrieu


LARRAT

Porté notamment dans l’Allier, où on trouve aussi la forme Delarrat, désigne celui qui est originaire d’une localité appelée Larras ou Larrat, toponyme assez fréquent. Pour l’Allier, on notera le hameau de Larras à Saint-Etienne-de-Vicq, et ceux de Larrat à Montaigu-le-Blin et au Breuil. reste à connaître le sens du toponyme, à rapprocher peut-être de l’ancien français “larris” (= lande, bruyère, terre inculte), lui aussi à l’origine de nombreux noms de lieux. A noter également l’occitan “laràs”, pour lequel Alibert donne les sens de sous-sol ou roche mise à nu par les eaux.”


LARRIEU

Statistiques – 5 523 LARRIEU sont nés en France en 100 ans, dans 95 départements : Landes, Pyrénées-Atlantiques, Gironde, Haute-Garonne, Gers…

(Détail – 1891 – 1915 : 1 309 ; 1916 – 1940 : 1 316 ; 1941 – 1965 : 1 595 ; 1966 – 1990 : 1 303)

En Pays de Buch, on en rencontre à Gujan-Mestras, La Teste-de-Buch, Audenge, Arès, Lanton, Salles, Le Teich…

Pendant la même période on dénombre les naissances de 4 339 RIEU (07, 30, 09…), 3 900 DELRIEU (09, 82, 15…), 1 621 DURIEU (43, 76…), 635 DARRIEUX, 173 ARRIEU, 161 LARRIEUX, 135 DARRIEU, …

Toponymie – En France, on compte 46 lieux avec ‘Larrieu’ dont quatre en Gironde (Salles, Hure, Saint-Pierre-d’Aurillac, Macau) et 12 dans les Pyrénées-Atlantiques. Les toponymes ‘Rieu’ sont innombrables (un seul en Gironde à Saint-Sulpice-et-Cameyrac).

Geneanet – 65 827 résultats en effectuant une recherche avec le nom LARRIEU dont 14 701 pour les Landes, 9 493 pour les Pyrénées-Atlantiques et 5 398 en Gironde.

Origine – Décomposer en L’ARRIEU. En gascon, arriu désigne une rivière, un ruisseau. Le lointain ancêtre habitait près de la rivière.

Même origine que le nom de Danielle DARRIEUX, actrice née à Bordeaux en 1917 en et décédée à l’âge respectable de 100 ans.


LARRIEUTORT

Le 4e nom le plus porté à Lanton mais quand même peu porté car seulement 35 naissances en 100 ans en France, essentiellement en Gironde.

1891 – 1915 : 8 ; 1916 – 1940 : 9 ; 1941 – 1965 : 11 ; 1966 – 1990 : 7

Zone HTBA – Lanton, Arcachon, Arès, Andernos-les-Bains, Audenge, La Teste-de-Buch.

Pendant la même période on relève aussi les naissances de 653 DARRIEUTORT (40…), 5 523 LARRIEU (40, 64, 33, 31, 32…)…

Toponymie – Un seul lieu-dit ‘Larrieutort’, il est à Saint-Vincent-de-Paul (40). On repère aussi un ‘Arrieutort’ à Orthevielle (40). On dénombre 59 ‘Rieutort’ et 38 ‘Rieutord’. Pour mémoire, l’on dénombre 46 noms de lieux avec ‘Larrieu’ (26, 31, 32, 33, 40, 47, 64, 65, 66, 82).

Viographie – Rue Dominique à Taussat – Cette rue porte le prénom de Dominique LARRIEUTORT (Saint-Julien-en Born, 1850 – Lanton, 1927) père de 10 enfants, menuisier ébéniste. Plusieurs de ses descendants demeurent encore sur Taussat, dont un de ses petits-fils lui-même ébéniste.

Geneanet – 239 résultats en effectuant une recherche avec le nom LARRIEUTORT dont 120 pour la Gironde, 59 pour les Landes. Les principaux clusters apparaissent à Lanton (93 résultats), Saint-Julien-en-Born (24 résultats). Sans doute un nom de famille monophylétique avec une seule souche et tous les porteurs parents.

Origine – Il s’agit du lieu où habitait le premier porteur du nom. L’ARRIEU TORT. De arriu, mot gascon désignant un cours d’eau, une rivière, un ruisseau (du latin rivus), accompagné de l’adjectif « tort » (tortueux, tordu), venant du latin tortus, participe passé de torquere.

Bien gascon et sans mystère.


LARRUE

Madame Marie LARRUE est maire de Lanton.

1 406 personnes sont nées en France en un siècle : Gironde, Landes, Dordogne… Plusieurs souches.

Statistiques INSEE – 1891 – 1915 : 319 ; 1916 – 1940 : 327 ; 1941 – 1965 : 413 ; 1966 – 1990 : 347.

Zone HTBA – Salles, Belin-Béliet, Le Barp, Biganos…

Pendant la même période, on relève aussi les naissances de 7 164 LARUE (71, 75, 24, 42…), 7 014 DELARUE (76, 27, 75, 80…), LARUELLE (59, 02, 75…), 958 DELARUELLE (80, 60, 02…)…

Toponymie – 10 lieux-dits avec ‘Larrue’ (24, 31, 46, 64, 65, 77), 21 lieux-dits avec ‘Larue’ (dont la commune de Chevilly-Larue) et énormément de lieux-dits avec ‘Rue’ et ‘La Rue’ (six en Dordogne, treize en Gironde, un dans les Landes).

Viographie – Rue Louis-Larrue à Villandraut, résidence Larrue à Pessac.

Le nom LARRUE apparaît sur le Monuments aux Morts de Salles.

Geneanet – 15 454 résultats en effectuant une recherche dans la base avec le nom LARRUE dont 5 901 pour la Gironde, 1 603 pour les Landes, 926 pour la Dordogne, 864 pour le Gers. Les principales concentrations de porteurs du nom apparaissent à Fleurance 32 (647 résultats), Salles (569 résultats), Bordeaux (496 résultats), Belin-Béliet (442 résultats), Noaillan 33 (274 résultats).

Origine – le nom désigne celui qui habite le lieu-dit ‘La Rue’ (ferme, maison ou hameau construit le long de la rue ou de la route). En gascon : ruta, (ar)ruda.


LARTIGUE

Pas moins de 4 442 LARTIGUE sont nés en France en un siècle : Gironde, Pyrénées-Atlantiques, Landes, Lot-et-Garonne, Gers…

1891 – 1915 : 900 ; 1916 – 1940 : 1 023 ; 1941 – 1965 : 1 349 ; 1966 – 1990 : 1 170

Zone HTBA – Saint-Magne, Audenge, Biscarrosse, Belin-Béliet, Salles, Gujan-Mestras, Lanton, Arès, La Teste-de-Buch, Le Teich, Lugos…

On peut rajouter, pendant la même période, les naissances de 76 LARTIGUES (Gers, Gironde…), 143 DARTIGUE (Landes, Gironde…), 757 DARTIGUES (Gers, Landes, Gironde…), 855 ARTIGUE (Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées…), 909 ARTIGUES (Pyrénées-Orientales, Gard…)…

Toponymie – Deux chefs-lieux de commune ‘Lartigue’ en Gironde et dans le Gers. De nombreux autres noms de lieux avec ‘Lartigue’ dont en 13 Gironde (dont à Mios et Lacanau), 17 dans les Pyrénées-Atlantiques et 38 dans les Landes.

Nous avons les communes des Artigues-de-Lussac (33), Artigues-près-Bordeaux (33), Artigues (09, 11, 65, 83), Artigue (31). Nombreux toponymes avec ‘Artigue’, ‘Artigues’, etc.

Viographie – Rues Lartigue à Bordeaux et à Bruges, rue Raymond-Lartigue à Bordeaux, place Lartigue à Bégadan, impasse Lartigue à Eysines…

Geneanet – 78 168 résultats avec une recherche sur le nom LARTIGUE dont 12 982 pour les Landes, 11 785 pour la Gironde, 10 039 pour les Pyrénées-Atlantiques. Les principales concentrations de porteurs du nom apparaissent à Bordeaux (1853 résultats), Captieux (1513 résultats), Paris (1 177 résultats), Bayonne (1 093 résultats), Toulouse (1 044 résultats). Dans notre zone, c’est essentiellement à Saint-Magne, Audenge, Biscarrosse.

Origine – L’ARTIGUE. Personne ne s’étonnera, en constatant le nombre de toponymes, que nous avons affaire au nom du lieu où vivait le lointain ancêtre auteur de la lignée. Ce nom désignait une terre défrichée par brûlis ou tout simplement une terre en friche. Du gascon artiga. Avec agglutination de l’article.

Autres variantes : LARTIGAU, LARTIGAUD, LARTIGAUT, LARTIGOT, LARTIGOU, LARTIGUET qui sont des diminutifs et puis des composés tels que LARTIGUELONGUE, DARTIGUELONGUE, LARTIGUEVIEILLE, DARTIGUEVIEILLE, etc.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lartigue_(Gironde)


LASSALLE

Un nom très porté (au 650e rang) avec 8 550 naissances en France en 100 ans : Pyrénées-Atlantiques, Landes, Pas-de-Calais, Gironde, Haute-Garonne, Haute-Vienne… Nombreuses souches.

1891 – 1915 : 1 605 ; 1916 – 1940 : 1 965 ; 1941 – 1965 : 2 652 ; 1966 – 1990 : 2 328

Zone HTBA – Lanton, Andernos-les-Bains, La Teste-de-Buch, Arcachon, Le Porge, Audenge, Arès, Biganos, Gujan-Mestras, Mios, Belin-Béliet, Le Teich, Biscarrosse…

Pendant la même péride on relève aussi les naissances de 6 089 SALLE (75, 18, 36, 80…), 8 966 SALLES (34, 30, 64, 31…), 306 DESSALLE (13, 59, 69…), 316 DESSALES (24, 26, 63…), 715 DESSALLES (34, 03, 69…).

Toponymie – Beaucoup de noms de lieux avec ‘Lassalles’ (6 en Gironde, 29 dans les Landes), avec Salle (14 en Gironde), Salles (9 en Gironde, 7 dans les Landes).

Viographie – Rue Pierre-Lassalle au Bouscat,

Geneanet – 114 710 résultats en effectuant une recherche dans la base avec le nom LASSALLE dont 21 758 pour les Pyrénées-Atlantiques, 14 659 pour les Landes, 3 191 pour la Gironde… Les principaux clusters se repèrent à Paris, Biarritz, Pau, Bordeaux, Oloron-Sainte-Marie, Lyon, etc. Chez nous c’est à Lanton qu’on en rencontre le plus, suivi d’Andernos-les-Bains, La Teste-de-Buch, Arcachon…

Origine – LA SALLE, avec agglutination de l’article. Du germanique sal (chambre, château, demeure seigneuriale) le mot a gardé ce sens en ancien occitan (demeuure, cour, palais) avant de se réduire à celui de salle qu’il a en français. Il a fini par être attribué à des villages et par la suite à des familles qui habitaient ces lieux (Yves Lavalade).

Guillaume LASSALLE, né le 27 avr il 1847 au Porge cultivateur propriétaire, fut maire du Porge à partir de 1892. On parle de lui dans cet article de Maryse Mano dans Sud Ouest.

https://www.sudouest.fr/2010/09/18/le-porge-un-siec-le-d-histoire-188374-736.php


LASSARADE

Quelques statistiques pour connaître le sujet – 1891 – 1915 : 9 ; 1916 – 1940 : 9 ; 1941 – 1965 : 11 ; 1966 – 1990 : 11

En un siècle, seulement, 40 personnes sont nées en France, dans 11 départements : Lot-et-Garonne, Tarn-et-Garonne…

On peut leur rajouter 32 LASSARRADE, 17 LASSERRADE, etc.

Et aussi des SARRADE que l’INSEE trouve plus nombreux – 1891 – 1915 : 126 ; 1916 – 1940 : 147 ; 1941 – 1965 : 162 ; .1966 – 1990 : 127

Soit 562 SARRADE nés en France en un siècle, dans 48 départements

Toponymie : on repère le quartier ‘Lassarade’ à Bardos (64) et on trouve 22 ‘Sarrade’ (32, 40, 46, 47, 65) et 3 ‘Sarade’.

Origine – Nous devons décomposer le patronyme en deux parties : la & sarrade. Il s’agit succession de collines. Nous rapprocherons ce patronyme des très courants Lasserre et de Serre dans notre région. Nous avons affaire à des éminences de terrain. La racine est d’origine prélatine, comme Sierra en Espagne (qui est aussi à la fois un nom de lieu et un nom de famille).


LASSERRE

Statistiques – 1891 – 1915 : 2 287 ; 1916 – 1940 : 2 547 ; 1941 – 1965 : 3 095 ; 1966 – 1990 : 2 578

10 507 personnes nées en France en un siècle, dans 98 départements : Landes, Gironde, Pyrénées-Atlantiques, Dordogne…

Toponymie – >De très nombreux lieux-dits avec ‘Lasserre’ dont 28 dans les Landes, 9 en Gironde, 57 dans les Pyrénées-Atlantiques, 9 en Dordogne…

Geneanet – 82 800 résultats. Avant 1500 on y rencontre ce nom dans les départements actuels des Pyrénées-Atlantiques, de la Haute-Garonne, de la Gironde, de l’Aveyron et de la Dordogne.

Origine – Toponyme désignant une ligne de crête, aussi bien en haute qu’en moyenne montagne (latin serra = scie, avec une métaphore facile à comprendre).

Plus particulièrement, en Languedoc et en Catalogne, on désigne par serre une colline étroite et allongée, résultant de la fragmentation d’un plateau par des vallées parallèles.

À noter que Sierra est la forme castillane.


LASSURGUÈRE

57 naissances en France en 100 ans.

1891 – 1915 : 10 – Landes (Lévignacq, Mézos), Gironde (Audenge)…

1916 – 1940 : 13 – Landes (Lévignacq, Uza, Saint-Julien-en-Born), Gironde (Audenge)…

1941 – 1965 : 18

1966 – 1990 : 16

Il est probable que ce nom très peu porté soit monophylétique (une seule souche et tous les porteurs parents)

Zone HTBA – Audenge, Arès, Gujan-Mestras, Arcachon, Lanton…

Pendant la même période, on relève aussi les naissances de 74 SOURIGUÈRE (32…)

Toponymie – Aucun lieu-dit ‘Lassurguère’. Le ‘Ruisseau de la Sourigues’ (1,4 km) à Saint-Aubin dans les Landes. La Surgenne, rivière de 11 km, affluent de l’Eyre et l’étang de  la Surgenne (5 ha) à Mios. La Sorgues, rivière du Massif central qui coule dans le sud de l’Aveyron (46,4 km). La Sorgue, rivière issue de la fontaine de Vaucluse, importante exsurgence (35 km).

Geneanet –  138 résultats en effectuant une recherche avec le nom LASSURGUÈRE dont 41 dans les Landes, 18 pour la Gironde. C’est à Lévignacq, Lit-et-Mixe et Mézos (Landes) qu’on en trouve le plus.

Origine – Sans doute un hydronyme d’origine latine venant de surgere (sourdre, jaillir). Le lointain ancêtre devait habiter un lieu où jaillissait une source. Le nom n’est pas référencé par l’IGN mais il est peut-être encore visible sur un ancien plan cadastral.


LASSUS

Il s’agit d’un nom moyennement porté.

Statistiques – 1891 – 1915 : 547 ; 1916 – 1940 : 594 ; 1941 – 1965 : 735 ; 1966 – 1990 : 672.

2548 naissances ont eu lieu en France en 100 ans, dans 84 départements : Pyrénées-Atlantiques, Landes, Hautes-Pyrénées, Gironde (Arcachon).

Le patronyme est classé au 3013e rang des noms les plus portés en France

Toponymes : 63 dont 6 en Gironde (Saint-Symphorien, Queyrac, Bégadan, La Brède, Beychac-et-Caillau et Rions)

Origine – Désigne celui qui habitait dans la partie supérieure, sans doute au-dessus du village, ou encore au sud.

Le contraire, Lajus (qui signifie dans la partie inférieure ou au nord), est également assez courant (40, 64).


LATAPPY
Statistiques – 377 LATAPPY sont nés en France en un siècle, dans 31 départements, essentiellement dans les Landes et dans une moindre mesure, en Gironde.

Dans le Pays de Buch, ils apparaissent à La Teste-de-Buch et Arès.

Dans le détail – 1891 – 1915 : 93 ; 1916 – 1940 : 102 ; 1941 – 1965 : 98 ; 1966 – 1990 : 84

Pendant la même période, on relève aussi les naissances de 1 204 LATAPIE (65, 64…), 529 LATAPY (64, 40, 33…), 1 195 TAPIE (63, 31…), 98 TAPY (64)…

Toponymie – Elle est révélatrice car si nous n’avons repéré aucun lieu ‘Latappy’ en France, nous trouvons 48 lieux avec ‘Latapie’, 12 avec ‘Latapy’, 68 avec ‘Tapie’ (dont 50 avec ‘La Tapie’, dont deux en Gironde à Pineuilh et Artigues-près-Bordeaux), 19 avec ‘Tapy’, etc.

Geneanet – 2 658 résultats en effectuant une recherche dans la base avec LATAPPY, dont 1 502 pour les Landes. Les plus anciens LATAPPY de la base vivaient avant 1650 à Castelnau-Chalosse, Pomarez et Dax.

Origine – C’est le nom du lieu où vivait le lointain ancêtre et même plus précisément la maison où il habitait ou bien la construction qu’il avait à proximité (une grange, par exemple)

Du nom occitan féminin tàpia, terme désignant une construction en pisé, constituée de terre argileuse et graveleuse, comprimée et parfois recouverte d’enduit à la chaux.

Reste à connaître d’où vient ce mot. Il ne serait pas impossible qu’il s’agisse de l’onomatopée du son produit quand on tape la terre pour la tasser. Tap ! Tap ! Tap !


LATASTE

Le 16e nom le plus porté à Mios. En 100 ans l’INSEE a répertorié les naissances de 1 978 LATASTE Landes, Gironde, Pyrénées-Atlantiques, Lot-et-Garonne… Plusieurs souches.

Zone HTBA – Mios, Saint-Magne, Le Barp, Biganos, Saumos, Belin-Béliet, Le Porge, Audenge, Le Temple, Gujan-Mestras, Salles, La Teste-de-Buch, Arcachon, Lanton

Pendant la même période, on relève aussi les naissances de de 338 TASTE (32, 47, 33, 40…),  2804 TASTET (40, 33, 9B, 32…), 73 TASTA (33…), 92 TASTES (33, 40…).

Toponymie – On relève 18 toponymes avec ‘Lataste’ : 32, 33 (Langoiran, Saint-Germain-du-Puch, Saint-Quentin-de-Baron), 40 (Bégaar, Pouillon, Montfort-en-Chalosse, Pomarez, Saint-Sever, Artassenx, Saint-Loubouer) Bordeaux 33 (912 résultats), 47, 64.

– 24 toponymes avec ‘Taste’ : 31, 32, 33 (Martignas-sur-Jalle, Ludon-Médoc, Loupes, Pompignac, Sainte-Croix-du-Mont, Le Pian-sur-Garonne, Vensac, Cérons, Captieux, Cambes, Vendays-Montalivet, Hourtin, Naujac-sur-Mer), 40 (Tartas), 47, 64.

– 33 toponymes avec ‘Tastet’ : 16, 32, 33 (Aubiac, Monségur), 40 (dans 22 communes), 47, 64.

– 13 toponymes avec ‘Tasta’ : 33 (Saint-Aignan, Coimères, Saint-André-de-Cubzac, Saint-Julien-Beychevelle, Camblannes-et-Meynac, Saibt-Sulpice-et-Cameyrac, Bruges, Cubnezais), 40 (Sanguinet), 47.

– Ainsi que ‘Tastes’, ‘Tastère’, ‘Tastéda’, ‘Tasteyrousse’, ‘Tastebi’, ‘Tasterie’ et ‘Tastous’, ce dernier, lieu-dit du Barp, qui fut le théâtre d’un crime horrible en 1872.

Viographie – Rue Lataste à Libourne (33), rue du Docteur-Lataste à Bascons (40), collège privé et parking Jean-Joseph-Lataste à Cadillac (33), Château Lataste à Langoiran (33).

Geneanet – 31 304 résultats en effectuant une recherche dans la base avec le nom LATASTE dont 11 459 pour les Landes, 9 098 pour la Gironde, 2 275 pour les Pyrénées-Atlantiques, 638 pour le Lot-et-Garonne… Les principales concentrations de porteurs du nom apparaissent à Captieux 33 (1 401 résultats), Bayon-sur-Gironde 33 (978 résultats), Bordeaux 33 (912 résultats), Pouillon 40 (852 résultats), Tartas (613 résultats). Dans la zone HTBA, c’est à Mios qu’on obtient le plus de résultats (295).

Origine – Pas de mystère ce nom de personne est issus du nom de lieu où habitait le lointain ancêtre. Mais quelle est le sens du toponyme.

Pour les noms commençant par TAST-, Tederic Merger a fait le point sur www.gascona.com, deux théories principales s’affrontent :

– Bénédicte Boyrie-Fénié l’interprète dans le sens de hauteur, ce serait une forme de « testa/latesta ». C’est aussi l’avis de Jean Tosti et d’André Pégorier.
– Michel Grosclaude préfère le sens de « taillis de hêtre » attesté en ancien gascon.

De plus, Jean Coste évoque de son côté un terrain inculte envahi par les broussailles (de l’ancien français).


LATÉCOÈRE

Ce nom est connu à Lugos et à Biscarrosse, mais il très peu porté, il est même en voie d’extinction : seulement 17 naissances en France en 100 ans,

1891 – 1915 : 3 (Vidouze 65, Vic-en-Bigorre 65)

1916 – 1940 : 6 (Lacassagne 65, Maubourguet 65, Ramonville-Saint-Agne 31, Monségur 64)

1941 – 1965 : 7 (Lugos 33, Aureilhan 65, Lacassagne 65, Maubourguet 65, Toulouse 31)

1966 – 1990 : 1 (Bordeaux 33)

Zone HTBA – Lugos, Biscarrosse.

Pendant la même période, on relève aussi les naissances de 114 LASTECOUÈRES (32, 64…).

Toponymie – Un seul lieu-dit ‘Latecoère’, il est à Biscarrosse. On repère aussi ‘Latécouère’ à Maubourguet (65), ‘Latecouyes’ à Juillac (33), ‘Lastecouéras’ à Banios (65), ‘Técouère’, ‘Pont de la Técouère’ et ‘Técouèrot’ à Saint-Gor (40), ‘Abreuvoir de la Técouère’ et ‘Plateau de la Técouère’ à Bilhères (64), ‘Turon de la Técouère’ à Bielle (64).

Le Ruisseau de la Técouère (1, 54 km) coule sur le plateau éponyme dans les communes de Bielle et de Bilhères (64) (Guy Tourraine).

Viographie – Avenue Pierre-Georges-Latécoère à Biscarrosse, rue Pierre-Latécoère à Arès, allée Pierre-Latécoère à Arcachon…

Geneanet – 687 résultats en effectuant une recherche dans la base avec le nom LATÉCOÈRE dont 184 pour les Hautes-Pyrénées, 87 pour les Pyrénées-Atlantiques. La principale concentration apparaît aux confins de Hautes-Pyrénées et des Pyrénées-Atlantiques avec 199 résultats dans un rayon de 30 km autour de Lamayou (64). Jean LATÉCOÈRE et Jeanne DANIEL, se mariaient à Lamayou (64) en 1684, c’est le plus ancien couple de la base.

À coup sûr, ce nom doit être monophylétique (une seule souche).

Origine – C’est un nom de lieu qui a été donné à la famille qui y habitait avec agglutination de l’article. Plusieurs hypothèses :

– André Pégorier pense qu’il s’agit d’une petite hauteur à la cime arrondie, sans doute une variante de tuc (colline, tertre).

– Simin Palay dans son dictionnaire gascon, signale que tecoera e le sens de maison, abri, hameau,

– Jean Tosti évoque aussi un terrier de blaireau, du gascon tachon (comme TÉCHOUEYRES).

Pierre-Georges LATÉCOÈRE, (1883, Bagnères-de-Bigorre – 1943, Paris, est un entrepreneur français, emblématique des débuts de l’aviation commerciale française de l’entre-deux-guerres et en particulier de la poste aérienne. Quand il décide d’utiliser l’hydravion, il choisit  Biscarrosse pour sa  proximité avec l’usine toulousaine, où étaient  fabriquées les pièces, mais aussi pour  l’immensité de  son plan d’eau bien abrité particulièrement propice  aux essais en vol (1930-1956). D’où le nom du lieu-dit de Biscarrosse.

https://www.biscagrandslacs.com/decouvrir/culture-traditions/l-histoire-de-l-hydraviation-a-biscarrosse


LATOURNERIE

Vialard Raphaël nous a conté comment Marc LATOURNERIE fut « homicidé » à Béliet par ses beaux-parents en juin 1939.

Le 9e nom le plus porté à Belin-Béliet. 875 naissances en 100 ans en France : Gironde, Dordogne, Landes, Corrèze, Cantal…

1891 – 1915 : 194 ; 1916 – 1940 : 248 ; 1941 – 1965 : 232 ; 1966 – 1990 : 201

Zone HTBA – Belin-Béliet, Le Barp, Salles, La Teste-de-Buch, Arcachon, Biganos, Arès Saint-Magne, Lanton, Audenge…

Pendant la même période on relève aussi les naissances de 439 TOURNERIE (50, 19, 16…).

Nous ne trouvons en France qu’un seul lieu-dit ‘Latournerie’, il est situé à Sauveterre-la-Lémance (47). En revanche, on dénombre 90 lieux-dits avec ‘Tournerie’, avec en Gironde, ‘Tournerie’ à Coutras et à Grézillac.

Viographie – Impasse Joseph-Latournerie à Bayonne (64), chemin Latournerie à Lasseube (64)

Monument aux Morts de Belin-Béliet – LATOURNERIE Henri, LATOURNERIE Marcel.

Geneanet – 13 671 résultats en effectuant une recherche dans la base avec le nom LATOURNERIE dont 2 629 pour la Gironde, 2 496 pour la Dordogne, 1 502 pour les Landes. Les principales concentrations apparaissent à Belin-Béliet (1 356 résultats), Sabres 40 (437 résultats), Saint-Aquilin 24 (303 résultats), Bordeaux (301 résultats). Plusieurs souches.

Origine – Il faut remonter au latin classique où tornare voulait dire « façonner au tour ». Le lointain ancêtre devait être potier ou bien habiter en un lieu ‘Tournerie’ qui devait son nom à un potier.

D’autres noms de famille ont la même origine : TOURNADRE, TOURNADOUR, TOURNY, DUTOURNIER, TOURNY, TOURNIÉROUX, TOURNARIE…


LATRILLE

Sylvie LATRILLE est ostréicultrice à Piraillan.

1 122 naissances en un siècle dans l’Hexagone, essentiellement en Gironde mais aussi en Haute-Garonne, Pyrénées-Atlantiques, Landes, Gers…

1891 – 1915 : 253 ; 1916 – 1940 : 299 ; 1941 – 1965 : 303 ; 1966 – 1990 : 267

Zone HTBA – Le Barp, Salles, Arcachon, Belin-Béliet, Biganos, Gujan-mestras, La Teste-de-Buch, Lège-Cap-Ferret…

Pendant la même période, on relève aussi les naissances de 438 LATRY (40, 64…).

Toponymie – Commune de Latrille dans les Landes (160 habitants). On repère ‘Latrille’ au Houga (32), à Lespielle (64) et à Ponson-Debat-Pouts (64) ainsi que ‘Fontaine Latrille’ à Herrère (64). On trouve aussi des Lieux-dits ‘La Trille’ dans les départements 01, 09, 11, 31, 32, 33 (Illats), 66, 81, ainsi que les lieux-ditx ‘Latry’ à Ronsenac (16) et ‘Latrillette’ à Saint-Pierre-du-Mont (40).

Viographie – Allée Jacques-Latrille à la technopole Montesquieu de Martillac. Après discussion avec notre ami Alain Bossavie, ce doit être le professeur de médecine bordelais (1933-2005) qui a ainsi été honoré.

Geneanet – 17 452 résultats en effectuant une requête dans la base avec le nom LATRILLE dont 6 262 pour la Gironde, 2 372 pour la Haute-Garonne, 1 686 pour les Pyrénées-Atlantiques, 551 pour les Landes. Les principales concentrations de porteurs du nom apparaissent à Bazas 33 (920 résultats), Le Nizan 33 (651 résultats), Toulouse 31 (408 résultats), Bordeaux (395 résultats), Roaillan 33 (330 résultats). Dans un rayon de 10 km autour de Roaillan, on obtient 3 433 résultats et, dans un rayon de 30 km, 5 202 résultats.

Malgré la forte concentration du nom dans la Bazadais, il existe plusieurs souches.

Origine – Les mots gascons trilha et trelha désignent une treille, ceps de vigne qui montent contre un mur, un treillage, une pergola ou un arbre. Du latin trichila (berceau de treille ou de verdure, tonnelle).

La treille de la maison du lointain ancêtre devait être remarquable pour sa faculté à créer de l’ombre, un aspect esthétique original… et la possibilité de ramasser de nombreuses grappes de raisin de table.

Michel Grosclaude écrit que LATRY en une variante par cacographie (orthographe erronée).


LAUCHAS

Pour débuter, quelques statistiques – 1891 – 1915 : 1 ; 1916 – 1940 : 5 ; 1941 – 1965 : 4 ; 1966 – 1990 : 6.

Seulement 16 Lauchas sont nés en France en un siècle, dans 3 départements : Gironde (Cavignac). Ils sont sans doute tous issus de la même souche (nom monophylétique).

Quelques Luchat en Haute-Vienne et Yonne. Des Deluchat en Creuse et Haute-Vienne.

Toponymie – Aucun lieu-dit ‘Lauchas’.

En glanant dans les toponymes voisins :

– Sept toponymes ‘Luchat’ : 17 dont une commune), 23, 87

– Six toponymes ‘Luchapt’ (commune du 86 et 87)

– Un toponyme ‘Luchac’ (16)

Origine – J’y vois une variante de l’occitan las aucas, les oies. En Limousin on prononce ‘l’auchè’ ou ‘l’aucha’ pour les oies. Dans ce cas, nous aurions affaire à un lointain ancêtre qui était gardien d’oies.

À Lège-Cap Ferret nous avons la Lède de Las Aucas selon l’incontournable gasconha.com

Autre possibilité, le lieu de résidence : un lieu appelé Luchat, Luchapt, Luchac… Signification du toponyme : le domaine de Lupius (ou Lupidius), nom de personne latine. Cette origine est également possible pour Louchats, commune de Gironde, selon Bénédicte Boyrie–Fénié.

La discussion est ouverte mais je conseille à Jean-Christophe de faire sa généalogie pour chercher précisément de quel coin venaient ses ancêtres.


LAUQUÉ

Statistiques – 1891 – 1915 : 47 ; 1916 – 1940 : 40 ; 1941 – 1965 : 64 ; 1966 – 1990 : 86

237 personnes nées en France depuis 1890, dans 29 départements : Landes, Tarn

4 toponymes : 2 dans les Landes, 2 dans les Pyrénées-Atlantiques.

Geneanet – 747 résultats. Le nom est attesté avant 1650 dans le Tarn et le Tarn-et-Garonne actuels.

Origine – Ce nom désigne un gardeur d’oies (occitan auquier, dérivé de auca = oie).


LAVAUD

Statistiques – 6 654 naissances LAVAUD en France en 100 ans, essentiellement en Haute-Vienne (mon département d’origine) et dans une moindre mesure en Vendée, Dordogne, Deux-Sèvres, Corrèze…

En Pays de Buch, on en voit apparaître à Andernos-les-Bains.
(1891 – 1915 : 1 431 ; 1916 – 1940 : 1 574 ; 1941 – 1965 : 1 943 ; 1966 – 1990 : 1 706)

LAVAUD est au 901e rang des noms les plus portés en France

Pendant la même période on note les naissances de 1577 LAVAUX (75, 71…), 129 LAVEAUX (71…), 473 LAVAU (33, 89…), 1452  LAVEAU (33, 89…), 157  LAVEAUD (17…), 150  DELAVAU (36…), 2 169 DELAVEAU (45, 36…), 1 454, DELAVAUD (85…), 73 DELAVEAUD (36…), etc. Je laisse tomber VAU, VAL, DEVAU, LAVAL et leurs variantes, par paresse !

Toponymie – Nous rencontrons une quantité considérable de noms de lieux avec ‘Lavaud’ ! Rien qu’en Haute-Vienne, on en dénombre 66. En Gironde, on n’en compte que deux à Néac et Pomerol.

Geneanet – 99 077 résultats en effectuant une recherche avec le nom LAVAUD dont  12 469 en Dordogne, 10 473 en Haute-Vienne

Origine – Comme dans 50 % des noms de famille, il provient du lieu où habitait le lointain ancêtre. Dans notre cas il habitait dans la vallée, le vallon, espace de terre resserré entre deux coteaux. Du latin vallis (vallée).


LAVEDAN

369 naissances en France en 100 ans : Hautes-Pyrénées, Haute-Garonne, Gers, Lot-et-Garonne…

1891 – 1915 : 78 ; 1916 – 1940 : 102 ; 1941 – 1965 : 107 ; 1966 – 1990 : 82

Zone HTBA – Gujan-Mestras

Pendant la même période, on relève également les naissances de 417 LABEDAN (32, 31…), 415 LABADENS (32, 64…), 45 LABEDENS (65, 64…).

Toponymie – Trois communes des Hautes-Pyrénées (Arras-en-Lavedan – 485 hab., Aspin-en-Lavedan – 328 hab., Sère-en-Lavedan – 75 hab.), ‘Lavedan’ à Labastide-Pomès (31), Ligardes (32) et Laugnac (47), ‘Le Lavedan’ à Aulon (65) Lau-Balagnas (65) et Guchen (65), ‘Lac du Lavedan’ à Eaux-Bonnes (64), ‘Croix de Lavedan’ à Bouilh-Devant (65), ‘Port du Lavedan’ à Arrens-Marsous (65), ‘Gave de Pau ou du Lavedan’, ‘Labadan’ à Sainte-Eulalie-en-Born (40), ‘Labedan’ à Sarrance (64) et Sérignac (82).

Viographie – Rue Lavedan à Albi (81), rue Henri Lavedan à Orléans et à Loury  (45). Henri Lavedan (1859, Orléans – 1940, Écaquelon 27), était un journaliste et auteur dramatique français.

Geneanet – 21 849 résultats en effectuant une recherche avec le nom LAVEDAN, 1 862 pour les Hautes-Pyrénées, 1 236 pour la Haute-Garonne, 122 en Gironde. Les principales concentrations apparaissent à Paris (407 résultats), Boulogne-sur-Gesse 31 (388 résultats), Tarbes (306 résultats), Salles 65 (152 résultats). Il doit vraisemblablement exister plusieurs souches.

Origine – Ce nom désigne sans doute la région d’origine du lointain ancêtre. Le Lavedan est une région naturelle française montagneuse, au cœur des Pyrénées, constituée d’un ensemble de vallées en amont de la ville de Lourdes. Historiquement, elle fait partie de la province de Gascogne, (comté de Bigorre), de nos jours, elle se situe dans le département des Hautes-Pyrénées. « Lavedan » désigne un sapin ou un bois de sapins, en parler lourdais.


LAVIGNE

Ce nom est très porté : 11 110 naissances en un siècle, dans toute la France.

1891 – 1915 : 2 319 ; 1916 – 1940 : 2 653 ; 1941 – 1965 : 3 386 ; 1966 – 1990 : 2 752

Top 10 des départements : Pyrénées-Atlantiques, Landes, Paris, Gironde, Hautes-Pyrénées, Saône-et-Loire, Ariège, Cantal, Meuse, Haute-Garonne.

En Pays de Buch : Andernos-les-Bains, Arès, Lanton, Audenge, Arcachon, Gujan-Mestras, La Teste-de-Buch, Le Teich, Biganos, Mios, Lacanau, Salles.

Pendant la même période, on relève aussi les naissances de 5 828 VIGNE (07, 30, 13…), 4 042 DESVIGNES (71, 75, 69…),  3 075 VIGNES (65, 31, 40…), 832 DELAVIGNE (27, 75, 80…), 532 DESVIGNE (69, 71…), 219 LESVIGNE (24…), 106 LESVIGNES (24…), etc.

Toponymie – En France, 78 lieux-dits avec ‘Lavigne’ dont six en Gironde, des myriades de lieux-dits avec ‘Vigne’ dont 9 en Gironde avec un ‘La Vigne’ à Lège-Cap-Ferret et un ‘Plante-Vigne’ à Belin-Béliet.

Geneanet – 269 208 résultats en effectuant une recherche avec LAVIGNE dont 3 476 pour la Gironde.

Origine – Il n’y a pas de mystère. On a donné à l’ancêtre un nom en rapport avec le lieu où il habitait comme c’est le cas pour environ 50 % de nos noms de familles. Ici, ce lieu était vraisemblablement caractérisé par une vigne remarquable. Du latin vīnĕa (vignoble, cep de vigne, pied de vigne)

Les anthroponymes gascons correspondants sont LABIT et LAVIT.

Le lieu-dit du Cap Ferret où l’on a installé un port en eau profonde, ne doit pas son nom aux vignes plantées par Léon Lesca. Sur une carte de 1823, on pouvait voir à cet endroit une ‘Dune Lavigne’ qui devait sans doute son nom à un certain LAVIGNE.

Et puis on a aussi, outre les noms cités plus haut, les VIGNAS, VIGNOL, VIGNOLLE, VIGNOLET, VIGNAL, VIGNAR, VIGNALS, VIGNAU, VIGNEAU, VIGNAUD, VIGNAUDON, VIGNERIE, VIGNÉRAS, VIGNEROU, VIGNERON, etc.


LAVIGNOLLE

Un nom peu porté avec cette graphie, seulement 63 naissances en 100 ans en France : Landes, Pyrénées-Atlantiques, Gironde…
1891 – 1915 : 15 ; 1916 – 1940 : 13 ; 1941 – 1965 : 20 ; 1966 – 1990 : 15

Zone HTBA – Salles, Sanguinet, La Teste-de-Buch, Belin-Béliet, Arcachon, Arès, Le Teich, …

Pendant la même période, on relève aussi les naissances de 47 LAVIGNOLE (33, 40…), 653 VIGNOLLE (80, 40, 59…), 72 VIGNOLE (65, 24…), 1 346 VIGNOLLES (40, 33, 09…), 361 VIGNOLES (65, 81…)…

Toponymie – On repère ‘Lavignolle’ à Miradoux (32), à Lüe (40), Saint-Martin-Seignanx (40) et Saint-Julien-du-Tournel (48), ‘Ruisseau de Lavignolle’ à Lüe’ (40), Château de Lavignolle’ et ‘Moulin de Lavignolle à Bescat (64).

On a aussi deux ‘Lavignole’ à Linxe (40) et Saint-Laurent-de-Gosse (40).

29 toponymes avec ‘Vignole’, 23 avec ‘Vignoles’, 31 avec ‘Vignolle’ (dont La Vignolle-de-Salles à Salles) et 58 avec ‘Vignolles’.

Geneanet – 1 067 résultats en effectuant une recherche avec le nom LAVIGNOLLE dont 341 pour les Landes, 301 pour les Pyrénées-Atlantiques, 106 pour la Gironde. Les principaux « clusters » apparaissent à Escources 40 (178 résultats) et Louvie-Juzon 64 (151 résultats). Cela nous incite à penser qu’il existe au moins deux souches.

Origine – Pas de mystère. Du latin vīnĕa (vignoble, cep de vigne, pied de vigne). Du gascon vinha (vigne). Il y a eu agglutination de l’article et adjonction d’un diminutif : la petite vigne. S’agissait-il d’un petit terrain planté de vigne ou bien d’une petite treille rendant l’habitat du lointain ancêtre remarquable ? En tout cas c’est le nom du lieu qui a induit le nom de famille.


LEFAURE

Statistiques – 1891 – 1915 : 199 ; 1916 – 1940 : 256 ; 1941 – 1965 : 273 ; 1966 – 1990 : 222

950 personnes nées en France en un sièle, dans 60 départements : Creuse, Rhône…

Plus 58 097 FAURE (29e rang des noms les plus portés), 938 DUFAURE…

Toponymie – Nombreux toponymes avec ‘Faure’

Origine – Équivalent de Fabre (= forgeron), le nom est présent un peu partout en France, même s’il est plus fréquent dans la moitié sud.


LEVEBVRE

Variante de Lefèvre, le nom désigne un forgeron. C’est l’un des quinze noms de famille les plus répandus en France, on le rencontre notamment dans le Nord-Pas-de-Calais et en Picardie. On retrouve ce b étymologique (latin “faber”) dans la variante Lefébure (76, 62), due à la confusion graphique entre v et u. Autres formes : Lefbvre (62), Lefeber (57), Lefèbre (76, 62), Lefèbres (24), Lefebve (80), Lefebvres (76)


LEFORT

Statistiques – 1891 – 1915 : 2 864 ; 1916 – 1940 : 3 440 ; 1941 – 1965 : 4 706 ; 1966 – 1990 : 4 344

15 354 personnes nées en France depuis 1890, dans 99 départements : Nord, Loire-Atlantique, Maine-et-Loire…

Plus 10 276 FORT, 973 DUFORT…

Toponymie – Nombreux toponymes avec ‘Fort’.

Origine – Surnom s’appliquant à un homme robuste.

Au Moyen Âge c’était aussi un nom de baptême, surtout utilisé dans le Sud-Ouest et popularisé par un évêque de Bordeaux (VIe siècle). La foire Saint-Fort !


LÉGER

Ce nom est à la 141e place des noms les plus portés en France : 25 246 naissances en 100 ans, dans tous les coins de l’Hexagone : Paris, Cher, Haute-Vienne, Seine-Maritime, Saône-et-Loire, Charente…
1891 – 1915 : 4 647 ; 1916 – 1940 : 5 564 ; 1941 – 1965 : 7 957 ; 1966 – 1990 : 7 078

En Pays de Buch : Arès, Andernos-les-Bains, Arcachon, La Teste-de-Buch, Lacanau, Salles.

Pendant la même période, on dénombre aussi les naissances de 528 LEGIER (13, 84…), 1 435 LIGIER (25, 75, 55…), 3 494 LIGER (45, 35, 53…), 84 LIGEY (70…), 114 DELIGEY (33…)…

Toponymie – Un nombre considérable de noms de lieux avec ‘Léger’, ‘Saint-Léger’ dont de nombreux chefs-lieux de communes. En Gironde, nous avons les communes de Saint-Léger-de-Vignague et Saint-Lèger-de-Balson*, ainsi qu’un ‘Saint-Lèger’, commune de Cézac.

Geneanet – 718 012 résultats pour une requête avec le nom LÉGER et 376 666 résultats avec le prénom Léger. Et toujours en recherchant sur les prénoms : 43 539 Ligier 9 399 Liger, 5 805 Légier et quelques Ligey.

Origine – Dans le catalogue des saints, on trouve deux saints Léger 

-Un évêque de Saintes (VIIe siècle), qui fut tué par un certain Ebredulphe durant le chemin qui le menait en pèlerinage aux tombeaux des apôtres à Rome.

-Un évêque d’Autun (✝ 679). Issu d’une vieille famille franque de la région de Poitiers, apparenté aux nobles burgondes, bon évêque d’Autun à partir de 663, il est mêlé de très près aux luttes entre la Burgondie (Centre et Est de la France) et la Neustrie (Nord de la France). Contre la tendance centralisatrice de la Neustrie, il défend les usages et l’autonomie de la Bourgogne. Mais Ebroïn, le maître du palais de Neustrie assiègera Autun. Pour épargner la famine à sa ville, saint Léger se livre. Il a les yeux brûlés et la langue coupée. Un synode convoqué par Ebroïn le déclare ‘prêtre indigne’ et il est interné chez des religieuses. Deux ans après, il sera assassiné, dans une forêt, non loin de Fécamp. Un autre synode le réhabilitera et lui donnera le titre de martyr. ‘La complainte de saint Léger’, écrite en 970, sera l’un des tout premiers textes littéraires de la langue romane, qui commence à devenir une langue populaire.

* À Saint-Léger de Balson, près de Saint-Symphorien, on trouve une source Saint-Clair, source guérisseuse, comme près de la vielle église de Mons à Belin-Béliet.


LÉGLISE

C’est le 31e nom le plus porté en Pays de Buch. 3 213 naissances en France en 100 ans, selon l’INSEE : Gironde, Landes, Lot-et-Garonne, Saône-et-Loire, Jura, etc.
1891 – 1915 : 644 ; 1916 – 1940 : 747 ; 1941 – 1965 : 974 ; 1966 – 1990 : 848

Zone HTBA – Salles, Belin-Béliet, Saint-Magne, Lugos, Mios, La Teste-de-Buch, Lanton, Arcachon, Audenge, Le Barp, Gujan-Mestras, Sanguinet, Biscarrosse…

Pendant la même période, on relève aussi les naissances de 1 702 DELÉGLISE (62, 73, 59…).

Toponymie – On ne repère que trois noms de lieux ‘Léglise’ : Mazères (33), Casteljaloux (47) et Poussignac (47). Inutile de rappeler que le nombre de lieux comportant le mot ‘Église’ est très important.

Viographie – Rue Gabriel-Léglise à Bordeaux, rue Paul-Léglise à Blanquefort.

Geneanet – 46 730 résultats en effectuant une recherche dans la base avec le nom LÉGLISE dont 11 217 en Gironde, 5 397 dans les Landes, 4 995 en Saône-et-Loire, 3 164 en Belgique, 814 dans les Pyrénées-Atlantiques, 676 dans le Lot-et-Garonne… Les principales concentrations de porteurs du nom apparaissent à Bordeaux (1 191 résultats), Mervains 71 (1 076 résultats), Salles (765 résultats), Saucats (708 résultats). Avec un rayon de 30 km autour de Salles, on obtient 3 355 résultats.

Origine – Pas de mystère en ce qui concerne l’origine de ce nom, le lointain ancêtre

– soit habitait près de l’église,

– soit s’occupait de l’église (sacristain).

Ce qui interroge le plus, c’est la concentration de ce nom dans les départements 33, 40 et 47 alors qu’il n’y existe pas plus d’églises qu’ailleurs. On se pose la même question pour les DUBOURG dont la grosse majorité se retrouve dans ces mêmes départements.

Ce nom a été francisé très tôt. En gascon l’église se dit glèisa. Nous avons les noms de familles qui en sont issus : GLEYZE, LAGLEYZE, LASGLEYSES, LAGLEIZE, GLEISES, GLEIZES, GLEYZES, GLIZE.


LEHIMAS

C’est un nom très, très, très peu porté. Les statistiques sont formelles.

1891 – 1915 : 2 (Bordeaux, La Teste-de-Buch)

1916 – 1940 : 3 (La Teste-de-Buch)

1941 – 1965 : 7 (Libourne, La Teste-de-Buch, Arras – 62, Tarbes – 65)

1966 – 1990 : 2 (Thionville)

14 LEHIMAS sont nés en France en un siècle

C’est un nom monophylétique, il n’existe qu’une souche et tous les porteurs sont parents.

Toponymie – Nous avons une maison ‘Lehimas’ dans la commune d’Etcharry (125 hab.) dans les Pyrénées-Atlantiques, province basque de Soule. C’est tout ce qu’il y a d’intéressant.

Geneanet – 491 résultats en effectuant une recherche sur le nom LEHIMAS. Himas est parfois utilisé comme prénom au Royaume-Uni et aux États-Unis.

On voit que les généalogies des contributeurs remontent à Arnaud d’ETCHECON de LEHIMAS (Etcharry, vers 1687 – Etcharry, 1751) sieur d’Etchecon à Etcharry , ainsi que par la suite, sieur de Lehimas à Etcharry par succession de sa grand-mère paternelle Marie de LEHIMAS.

Origine : C’est le nom d’une maison basque. Je n’ai pas trouvé l’étymologie dans les dictionnaires basques en ligne. Je suis désolé.

« Sept maisons dites « franches » ou libres, ne reconnaissant aucune autre autorité que celle du roi (Artetxe, Beheti, Garatetxe, Ihiaga ou Ihiga, Lehimas, Tartas et Tartas-Behere). .. Certaines de ces maisons (Amilchague, Arteix, Garateix, Lehimas) ont traversé les siècles et subsistent encore au XXIe siècle. » Les noms des maisons médiévales en Labourd, Basse-Navarre et Soule, Jean-Baptiste Orpustan, p. 182.

Dans la mythologie grecque, Himas ou Himantes est le père de Plouto et le grand-père de Tantale, mais je pense que cela n’a rien à voir, quoique…


LELARGE

Statistiques INSEE – 1891 – 1915 : 524 ; 1916 – 1940 : 631 ; 1941 – 1965 : 831 ; 1966 – 1990 : 693

2679 LELARGE sont nés en France en un siècle, dans 74 départements : Marne, Paris, Cher, Sarthe, Ardennes, etc. Le patronyme est surtout présent au-dessus d’une ligne Bordeaux-Valence.

On peut aussi prendre en compte notamment 3141 naissances LARGE.

Toponymie – Deux toponymes avec ‘Lelarge’ dans la Marne et dans l’Oise. On repère aussi 88 toponymes avec ‘Large’ (avec un seul de ceux-ci en Gironde, ‘Le Grand Large’ à La Teste-de-Buch)

Geneanet – Le patronyme Lelarge est attesté à Tours, Amboise, Reims, avant 1400.

Origine – Ce nom désignait en ancien français un homme grand.

L’un des sens de l’adjectif ‘large’, qui signifiait aussi ‘généreux’.

Diminutifs : Largeau, Largeaud, Largeault (Poitou-Charentes, Vendée), Largeot (10), Larget (51, 70). Double diminutif : Largeteau (33, 50).

Pour en savoir plus, je vous conseille, si ce n’est déjà fait de démarrer votre généalogie dès maintenant.


LENIEZ

Naissances – 1891 – 1915 : 3 ; 1916 – 1940 : 3 ; 1941 – 1965 : 1 ; 1966 – 1990 : 0

ce qui fait que 7 personnes sont nées en France en 100 ans, dans 3 départements : Paris, Yvelines, Loiret.

Serait-ce un nom en voie de disparition de nos écrans radar ?

Sur Geneanet, les plus anciens LENIEZ vivaient à Lille et Valenciennes au 16e siècle.

Origine – Selon Jean Tosti, il semblerait que ce nom désignait autrefois un neveu (de l’ancien français : Nief ou Leniept ou Leniepz).

Pas de lieu en France avec ce nom.


LENNE
1891 – 1915 : 525 ; 1916 – 1940 : 723 ; 1941 – 1965 : 1 138 ; 1966 – 1990 : 1 098

On voit que 3 484 personnes sont nées en France en 100 ans, dans 75 départements surtout Nord, Somme, Pas-de-Calais

Au 2 034e rang des noms les plus portés en France

On trouve 11 toponymes avec ‘Lenne’ en France dans l’Ardèche, l’Aveyron (dont deux communes : Saint-Martin-de-Lenne et Saint-Saturnin-de-Lenne), le Pas-de-Calais et les Pyrénées-Atlantiques.

Origine- Ton nom est sans doute en rapport avec le lieu d’habitation de ton lointain ancêtre. Lène et Lenne sont des toponymes assez courants, souvent noms de cours d’eau. Selon Ernest Nègre, il s’agirait de rivières aux eaux coulant tranquillement, doucement (adjectif occitan “lene” = doux). Comme pour de très nombreux cours d’eau, une origine préromane, voire préceltique, n’est cependant pas à exclure.

Pour affiner, ce serait bien de savoir si les ancêtres sont du pays d’oc ou du pays d’oil


LESCA

Léon Lesca fit construire la Villa Algérienne à L’Herbe. Elle a disparu. Heureusement, il nous reste sa Chapelle Algérienne.

Statistiques – 1891 – 1915 : 145 ; 1916 – 1940 : 139 ; 1941 – 1965 : 201 ; 1966 – 1990 : 194

679 personnes nées en France e 100 ans, dans 53 départements : Landes, Pyrénées-Atlantiques, Gironde…

Toponymie : Un seul lieu-dit en France, à Morcenx dans les Landes.

Geneanet – 5 806 résultats. Attesté avant 1650 à Azur, Seignosse (40) Bayonne, Biarritz (64).

Origine – Il semble que ce soit un toponyme désignant un lieu où pousse le carex, ou laîche (latin populaire lisca), plante qui croît en touffes dans les lieux humides.


LESCARRET

Un nom gascon et mystérieux. 752 naissances en France en 100 ans essentiellement dans les Landes et en Gironde.

1891 – 1915 : 152 ; 1916 – 1940 : 174 ; 1941 – 1965 : 227 ; 1966 – 1990 : 199

Zone HTBA – Belin-Béliet, Arcachon, Salles, La Teste-de-Buch, Le Barp, Gujan-Mestras, Biganos, Lugos, Lanton, Saint-Magne, Sanguinet, Lège-Cap-Ferret, Arès, Biscarrosse…

679 LESCA (40, 64, 33…) 115 LESCAT (24, 47…), 50 LESCARET (33…), 41 ESCARRET (33, 40…), 17 LALESQUE (33…)

Toponymie – Un seul lieu-dit ‘Lescarret’ en France, il se trouve au Teich. On recense également deux ‘L’Escarret’ (33, 64), trois ‘Les Escarrets’ (33 dont à Belin-Béliet), un ‘Escarrets’ (31), un ‘Escaret’ (65), cinq ‘Lesca’ (32, 40, 64), un ‘Lescaret’ (40), un ‘Lescarras’ (09), un ‘Lescarrat’ (24), un ‘Lescart’ (31), un ‘Lescarie’ (33), cinq ‘Lesque’ (09, 32, 33, 64), un ‘Lalesque (40) et d’autres.

Monuments aux Morts – le nom LESCARRET apparaît sur les Monuments d’Arcachon, Le Barp, Belin-Béliet, Gujan-Mestras, Lanton, Lège-Cap-Ferret, Salles, La Teste-de-Buch,

Geneanet – 13 237 résultats en effectuant une recherche dans la base avec le nom LESCARRET dont 8 736 pour les Landes, 1 455 en Gironde. Les principales concentrations apparaissent à Saugnacq-et-Muret 40 (3 380 résultats), Morcenx 40 (925 résultats), Pissos 40 (833 résultats), Belin-Béliet (339 résultats). Dans un rayon de 30 km autour de Saugnacq-et-Muret, on obtient 6 250 résultats.

Le couple le plus ancien de la base : Etienne LESCARRET, notaire royal né vers 1599 et Pétronille HERREYRE sans doute de Saugnacq-et-Muret.

Il n’existe peut-être qu’une seule souche (nom monophylétque).

Origine – Il n’est pas évident de la trouver. Plusieurs pistes s’offrent à nous.

1 – Nom de lieu correspondant à un endroit où croit l’esque, sorte de plante des marais, des landes et mares forestières, peut-être la laîche ou carex (du latin lisca) – Grosclaude

2 – Du gascon escarret, qui désigne le dernier-né – Grosclaude

3 – L’escat est une ancienne mesure agraire en Gascogne, correspondant à environ un quart d’are – Pégorier

4 – Du gascon escarrar (râcler, nettoyer) qui aurait donné un sobriquet – Grosclaude

5 – De l’ancien français escart, escas, droit prélevé sur un héritage légué à une personne étrangère à la ville – Pégorier


LESCURE

5 457 Lescure sont nés en France en 100 ans, dans 95 départements : Dordogne, Cantal, Corrèze, Aveyron, Lot, Gers, etc.

Le nom est au 1 145e rang des noms les plus portés en France.

Variantes : Escure, Delescure, Eycuras, Lescuras, Leycuras, Désécures, etc;

Origine – Désigne celui qui est originaire d’un lieu appelé Lescure ou L’Escure, toponyme très fréquent dans le Sud-Ouest et le Massif Central

D’après Yves Lavalade ce nom viendrait du germanique skûr qui signifie grange (occitan escura). Cet onomasticien donne aussi pour mémoire deux autres sources possibles mais incertaines: celui qui nettoie (qui cure), ou bien celui qui habite un endroir sombre (obscur).

Trois communes s’appellent Lescure (09, 12, 81). On trouve aussi 93 autres toponymes avec ‘Lescure’ dont 4 en Gironde.


LESPOUX

Un nom médocain peu porté, seulement 89 naissances en France en 100 ans, essentiellement en Gironde. C’est certainement un nom monophylétique, c’est-à-dire qu’il n’est-à-dire qu’il n’existerait qu’une souche et que tous les porteurs du nom seraient parents.

1891 – 1915 : 23 ; 1916 – 1940 : 12 ; 1941 – 1965 : 20 ; 1966 – 1990 : 24

Zone HTBA – Lacanau.

Toponymie – un seul nom de lieu ‘Lespoux’ en France, il est à Ars-sur-Froment dans l’Ain. On repère aussi ‘Lepoux’ à Garc (31), ‘Espoux’ à Labastide-Marnhac (46) et ‘Les Espoux’ à Hallines (62).

Geneanet – 1 708 résultats en effectuant une requête dans la base avec le nom LESPOUX, dont 1 288 en Gironde. Les principaux clusters apparaissent à Lesparre-Médoc (490 résultats), Saint-Trélody (336 résultats), Saint-Germain-d’Esteuil (131 résultats), Bégadan (87 résultats), Vertheuil (61 résultats).

Origine – Je n’ai rien trouvé dans la littérature onomastique concernant ce nom peu porté mais qui mérite néanmoins que l’on s’y intéresse. Je vais donc émettre une hypothèse pour ouvrir le débat.

L’ESPOUX, celui qui se marie ou qui s’est marié, en ancien français. Du latin spondere (promettre solennellement). En gascon : espós.

Pourquoi distinguer le lointain ancêtre des autres époux de la paroisse ? Nous ne le saurons jamais. Peut-être que les épousailles avaient marqué la population locale ?

Il est troublant de constater que le nom LESPOUX et la paroisse d’origine, Lesparre, commencent par les même lettres.

Qu’en pensez-vous ?


LESTAGE

Le 11e nom le plus porté à Lanton. 1 148 naissances en France en 100 ans, essentiellement dans les Landes et en Gironde.

1891 – 1915 : 229 ; 1916 – 1940 : 307 ; 1941 – 1965 : 344 ; 1966 – 1990 : 268

Pendant la même période on relève aussi les naissances de 76 DELÉTAGE (24, 16, 33…)

Zone HTBA – Mios, Salles, Lanton, Andernos-les-Bains, Biganos, La Teste-de-Buch, Audenge, Belin-Béliet, Le Barp, etc.

Toponymie – 40 noms de lieux avec ‘Lestage’ : un en Dordogne, 17 en Gironde dont un à Belin-Béliet, 19 dans les Landes, trois en Lot-et-Garonne. Un ‘Estage’ (40), trois ‘Étage’ (17, 44), quatre ‘Lestagel’ (47), huit ‘Estagel’ (09, 13, 30, 66).

Viographie – Rue Jean-Lestage à La Teste-de-Buch*, rue Lestage à Saint-Seurin-de-Cadourne (33)

Geneanet – 23 937 résultats en effectuant une recherche dans la base avec le nom LESTAGE dont 10 995 pour les Landes, 5 233 pour la Gironde. Les plus fortes concentrations de porteurs du nom apparaissent à Laurède 40 (1 407 résultats), Onard 40 (950 résultats), Mugron 40 (913 résultats), Tartas 40 (666 résultats). Toutes ces communes sont voisines. Dans un cercle de 30 km autour de Laurède, on obtient 7 930 résultats.

Dans notre zone c’est à Mios (254 résultats) et à Salles (238 résultats) qu’on en croise le plus.

Origine – Il faut comprendre L’ESTAGE. C’est le nom du lieu où habitait le lointain ancêtre qui a été transmis à sa famille. De l’ancien français estage, de l’occitan estatge (demeure), avec agglutination de l’article. Même origine que les mots « étage » et « stage »

* Propriétaire d’une ferme, rue Larrieu, Jean Lestage, dit Jeannot, était né le 28 Mars 1926 à La Teste, il y est décédé le 18 Septembre 1984. (La Teste-de-Buch racontée par ses rues et lieux-dits).


LE YONDRE

Madame Nathalie LE YONDRE est maire d’Audenge

356 naissances en France en un siècle, essentiellement dans le Morbihan

1891 – 1915 : 63 ; 1916 – 1940 : 76 ; 1941 – 1965 : 97 ; 1966 – 1990 : 120

Zone HTBA – Audenge

Il convient d’ajouter 19 naissances LEYONDRE (44…)

Toponymie – On trouve le lieu-dit ‘Ker Yondre’ à Saint-Philibert (56).

Geneanet – 9 420 résultats en effectuant une recherche dans la base avec le nom LE YONDRE dont 8 301 pour le Morbihan, 45 pour la Loire-Atlantique… 8 pour la Gironde. Les principales concentrations apparaissent à Baden 56 (3 133 résultats), Plougoumelen 56 (1 134 résultats), Arradon 56 (806 résultats), Plumergat 56 (404 résultats), communes voisines du golfe du Morbihan. Dans un rayon de 15 km autour de Baden, on récolte 7 370 résultats. Ce nom doit être monophylétique, c’est-à-dire qu’il n’existe qu’une seule souche et que tous les porteurs sont parents.

Origine – Ce nom est breton. La seule explication que j’ai glanée dans la littérature spécialisée est que ce nom pourrait provenir de eontr qui signifie « oncle ».

Son équivalent, le nom de famille LONCLE revient 1 422 fois sur un siècle de registres de naissances, essentiellement dans les Côtes d’Armor.

Un appel lancé aux amateurs de langue bretonne pour plus de précisions.


LIGOULE

Statistiques – 1891 – 1915 : 4 ; 1916 – 1940 : 9 ; 1941 – 1965 : 8 ; 1966 – 1990 : 16.

Ce patronyme est très peu porté car seulement 37 personnes sont nées en France en un siècle, dans 13 départements dont la Gironde (Bordeaux) et le Lot-et-Garonne (Villeneuve-sur-Lot).

Geneanet : Le nom est attesté à Monbahus (47) avant 1700.

Toponymie : 0 (2 Ligou, 31 et 44)

Nous avons affaire vraisemblablement à un nom monophylétique (une seule souche, tous les porteurs seraient de la même famille).

Origine – Yves Lavalade propose de décomposer L’ et Igoule. À l’origine Hugues (et Hugon ou Igon), noms de personnes d’origine germanique, Hug (= intelligence). Le nom a surtout été popularisé par Hugues Capet, fondateur de la dynastie des Capétiens à la fin du Xe siècle. L’Igoule pourrait donc être la fille d’une personne nommée Hugon ou Igon.

La référence à la Goulle est moins attrayante ; porté notamment en Seine-Maritime et dans les Yvelines, le nom Goulle se rencontre aussi sous la forme Goule. En Normandie, le mot ‘goule’ désigne encore aujourd’hui la bouche, le visage. Il vient du latin gula (= gorge). On peut penser à un surnom pour un personnage glouton.

À vous de choisir une de ces deux hypothèses… ou bien une autre !


LOGUELLOU

Un nom qui ne se porte pas bien, seulement 12 naissances en France en 100 ans, essentiellement dans les Côtes-d’Armor.

1891 – 1915 : 11 ; 1916 – 1940 : 1 ; 1941 – 1965 : 0 ; 1966 – 1990 : 0

Beaucoup de Bretons sont venus en Pays de Buch, mais je n’ai pas trouvé de trace de passage d’un LOGUELLOU.

Pendant la même période, on dénombre aussi les naissances de 474 GUELOU (22…)

Toponymie – On trouve huit noms de lieux ‘Loguellou’, quatre dans les Côtes-d’Armor (Quemper-Guézennec, Penvénan, deux à Belle-Isle-en-Terre), quatre dans le Finistère (Cléder, Milizac, Locmélar, Pencran). On trouve aussi ‘Le Guellou’ à Plumagoar (22), ‘Loguel’ à Duault (22), ‘Le Loguel’ à Taupont (56), ‘Loguello’ à Plouvara (22), ‘Loguello’ à Pléguien (22), ‘Loguello’ à Saint-Martin-des-Prés (22), ‘Logueltas’ à Saint-Nicolas-du-Pélem (22)

Geneanet – 529 résultats en effectuant une recherche sur le nom LOGUELLOU dont 418 pour les Côtes-d’Armor. Le ‘nid’ semble être vers Bourbriac avec 255 résultats, 311 dans un rayon de 15 km, 413 dans un rayon de 30 km. Le nom est certainement monophylétique (une seule souche, tous les porteurs parents). Le nom est attesté à Ploumagoar (22), paroisse voisine de Bourbriac.

On obtient aussi 452 résultats, avec un noyau dur vers Rostrenen (22), pour la variante LOGUELLO et aussi 10 268 résultats avec GUELOU, 665 avec GUELLOU, 1 799 avec GOUELOU, 904 avec GOUELLOU, 2 320 avec GOELOU, 2 673 GOELO, 2 305 LE GUELL, 2 864 LE GUEL…

Origine – En cherchant dans les dictionnaires de breton, il me semble que ce nom de famille est à rapprocher de l’adjectif guell qui signifie « brun roux ». Le suffixe –OU est vraisemblablement un diminutif.

Le nom se rapporte-t-il au physique du premier porteur (ses cheveux ?) où au lieu qu’il habitait (la couleur de la terre ?). Je ne sais…


LOPEZ

Le 71e nom le plus porté en Pays de Buch, le 5e nom le plus porté en Espagne, le 101e nom le plus porté en France avec 31 156 naissances en un siècle : Pyrénées-Atlantiques, Gironde, Hérault…

1891 – 1915 : 470 ; 1916 – 1940 : 4 050 ; 1941 – 1965 : 10 184 ; 1966 – 1990 : 16 452

Zone HTBA – Arcachon, La Teste-de-Buch, Arès, Biscarrosse…

Pendant la même période, on dénombre également les naissances de 8 714 LOPES (33, 64…).

Toponymie – Pas de nom de lieu ‘Lopez’ en France, on repère seulement ‘Port Lopès’ à Ambès (33).

Geneanet – 2 035 698 résultats en effectuant une recherche dans la base avec le nom LOPEZ dont 1 445 614 pour l’Espagne, 81 332 pour les USA, 66 047 pour la France dont 3 955 pour la Gironde. Les provinces espagnoles où on en rencontre le plus : Albacete (214 391), Valladolid (208 554), Granada (130 655), Navarra (129 043), Lugo (126 096), Murcia (109 328)…

Si on effectue une recherche avec le prénom Lope, on obtient 59 670 résultats.

Origine –  Le suffixe -EZ ou -ES, signifie fille de, fils de. LÓPEZ signifie donc « fils ou fille de Lope ». Ce prénom d’origine hispanique, maintenant désuet, peut être traduit par « loup ». Du latin lupus. LOPES est l’équivalent portugais.


LORILLON

Un nom mystérieux…

Selon l’INSEE, 366 LORILLON sont nés en cent ans : Paris, Yonne, Loir-et-Cher, Seine-Maritime…

(1891 – 1915 : 62 ; 1916 – 1940 : 76 ; 1941 – 1965 : 113 ; 1966 – 1990 : 115)

Pendant la même période, on dénombre les naissances de 64 ORILLON (41…), 168 AURILLON (30 …), 56 LORILLE (56…)…

Toponymie – On ne rencontre qu’un seul lieu-dit ‘Lorillon’ en France. Il est situé dans la commune de Broons dans les Côtes-d’Armor. On trouve aussi Quatre ‘L’Orillon’ (02, 51, 55, 60), un ‘Lorillu’ (50), un ‘Lorillière (61), un ‘Lorille’ (63), un ‘Lorillère’ (22), un lorillot (43), un ‘Lorillard’ (77), un ‘ Orillé’ (49), un ‘Orilla’ (66), un ‘Orillais’ (35), un ‘Orillandière’ (35), un ‘Orillière’ (53), un ‘Orillère’ (44), un ‘Orilladières’ (49), un ‘Orillards’ (36), un ‘Orillettes’ (18), un ‘Orillé’ (49), etc.

Geneanet – 12 067 résultats en effectuant une recherche avec le nom LORILLON dont 4 902 pour l’Yonne dont les plus anciens porteurs, avant 1600, dans les paroisses de  Chaumont, Villeblevin, Champigny et Villethierry. Si on consule les Pages blanches, on constate qu’il y a toujours des porteurs du nom à Villeblevin et Champigny.

Sur Geneanet, on obtient également 262 résultats en recherchant avec le prénom Orille.

Origine – Pourquoi a-t-on attribué ce nom  au lointain ancêtre ? Aucun spécialiste ne s’est penché dessus. Au moins deux hypothèses :

1 – Le diminutif du nom de baptême ancien Orille, associé à l’article l’. On a des éléments dans ce sens avec la base Geneanet. Il existe une sainte Aura, martyre à Cordoue  (+ 856), fêtée le 19 juillet. Son nom viendrait du latin aurus (or).

On peut aussi envisager aussi un diminutif de Laure, nom de baptême plus courant. Dans ce cas l’origine étymologique serait le latin laurus (laurier).

2 – Une des nombreuses variantes (voir ci-dessus) d’un nom de lieu. Il proviendrait alors du latin ora (bord) et des mots d’ancien français ore, oraille, oreille, qui désignaient aussi le bord, l’orée. Avec l’article l’ et le suffixe –on pour  un diminutif.

A Paris (11e), on a une rue de l’Orillon qui tirerait son nom d’une maison éponyme.


LOURADOUR

800 naissances en France en un siècle : Corrèze, Lot, Paris, Charente, Gironde…

1891 – 1915 : 167 ; 1916 – 1940 : 189 ; 1941 – 1965 : 247 ; 1966 – 1990 : 197

Zone HTBA – Belin-Béliet.

Pendant la même période, on relève aussi les naissances de quelques 345 OURADOU (11, 34, 81…), 113 AURADOU (47, 33…), 234 LAURADOUX (23, 63…).

Toponymie – Quatre noms de lieux ‘Louradour’, tous en Corrèze (Tulle, La Chapelle-aux-Saints, Lagarde-Enval, Marcillac-la-Croisille). On relève aussi 15 ‘Louradou’ (12, 15, 30, 84), un ‘Loradour’ (24), deux ‘Loradoux’ (63), un ‘Lauradoux’ (63), un ‘Lauradour’ (19), deux ‘Oradou’ (11, 43), 15 ’Oradour’ (15, 16, 56, 57, 87), trois ‘Oradoux’ (23, 63), six ‘Auradou’ (07, 15, 47, 48), sept ‘Ouradou’ (12, 34, 43, 81), un ‘Ouradour’ (Saint-Louis-de-Montferrand 33)

Geneanet – 11 890 résultats en effectuant une recherche dans la base avec le nom LOURADOUR dont 5 785 pour la Corrèze, 1 600 pour le Lot. La principale concentration apparaît à Eygurande (1 040 résultats) et dans les communes voisines : Laroche-près-Feyt 19, Aix 19, Feyt 19. Dans un rayon de 30 km autour d’Eygurande 19, on obtient 4 144 résultats. Comme les porteurs du nom sont concentrés dans une zone restreinte, on peut penser que le nom est monophylétique (une seule souche).

Origine – L’OURADOUR. Le nom de famille est directement en rapport avec le nom du lieu où la famille habitait aux XIe ou XIIe siècles. Du latin oro, parler, et oratorium : oratoire, modeste lieu de prières, petite chapelle élevée sur le bord d’une voie de circulation pour conserver un souvenir religieux…


LUCINE

C‘est le nom d’une célèbre famille de marins-pêcheurs et de poissonniers du Cap Ferret.

Un nom peu porté avec seulement 86 naissances en France en 100 ans : La Réunion, Martinique, Gironde… Plusieurs souches.

1891 – 1915 : 22 ; 1916 – 1940 : 14 ; 1941 – 1965 : 30 ; 1966 – 1990 : 20

Zone HTBA – Lège-Cap-Ferret, La Teste-de-Buch, Arès, Gujan-Mestras, Arcachon, Andernos-les-Bains.

Toponymie – On repère ‘Lucine’ et ‘Bois de la Lucine’ à Châteauvillain en Haute-Marne.

Geneanet – 1 173 résultats en effectuant une recherche dans la base avec le nom LUCINE dont 193 pour le Jura, 187 pour La Réunion, 87 pour la Gironde,

Il n’apparaît pas franchement de concentrations de porteurs du nom, la plus importante étant à La Teste-de-Buch avec 26 résultats !

Si on remonte l’ascendance des LUCINE du Cap Ferret on arrive à Anne LUCINE, née vers 1823 qui vivait à Saint-Julien-en-Born dans les Landes. Son origine est mystérieuse pour le moment.

Le nom « LUCINE » est attesté en 1515 à Bagnols-sur- Cèze, aujourd’hui dans le Gard.

Le nom « de LUCINE » est attesté en 1191 à Saint-Omer, aujourd’hui dans le Pas-de-Calais.

Si on effectue une Recherche par prénom, on obtient 65 385 résultats pour Lucine dont 1 102 pour les Pyrénées-Atlantiques, 957 pour les Landes.

Origine – Il s’agit d’un nom de baptême féminin qui a perduré comme nom de famille jusqu’à nos jours. Dans le catalogue des saints, on trouve une sainte Lucine, ensevelisseuse de martyrs à Rome (IVe siècle) ; elle recueillit les corps des saints martyrs Marcellin, prêtre, et Pierre, exorciste, et les déposa dans le cimetière “Aux deux lauriers” sur la voie Labicane. Du latin lux (lumière). Quand c’est une femme qui est à l’origine du nom, il s’agit d’un « matronyme ».


LUMMEAUX

Statistiques des naissances

1891 – 1915 : 0 ; 1916 – 1940 : 5 ; 1941 – 1965 : 3 ; 1966 – 1990 : 2

10 personnes sont nées en France en un siècle, dans un département : la Gironde

au 363 955e rang des noms les plus portés en France

Plus 3363 HUMEAU, 566 DELUMEAU, 534 LHOUMEAU, 419 LUMEAU, 310 HOUMEAU, 271 LHUMEAU, 192 LOUMEAU, 41 LOUMEAUD, 17 LUMMAUX, 11 LUMMAU, 2 LOUMAU, etc.

Bernos-Beaulac, Bazas, Préchac, Marimbault, Captieux, etc…

LUMMEAUX est un nom monophylétique (une seule souche, tous les porteurs sont parents)

Pas de lieu-dit avec ‘Lummeaux’

Mais 30 avec ‘Humeau’ (un en 33 : La Roquille), 2 avec ‘Lhoumeau’, 1 avec ‘Lumeau’, 13 avec ‘Houmeau’, etc.

En tout, 1500 lieux-dits en France ont la même origine

Il s’agit de l’orme (latin ulmus), l’un des plus grands arbres de la forêt avant que la graphiose ne l’ait décimé.

Arbre remarquable auquel étaient attachées un grand nombre de croyances populaires.

Apprécié par les ébénistes pour faire des meubles et par les charrons pour confectionner des pièces soumises à de fortes pressions

Noms apparentés : Delorme, Delhorme, Oms, Homs, Homps, Homs, Delhomme, Delhoume, Lom, Delom, Delhom. Lhomme, L’Homme, Belhomme, Delhommeau, Desormeau(x), Delumeau, Lhomel, L’Homel. Heumez, Heumetz, Humet, Humez, Delhomez, Dormoy, Homet, Homette, Aumette, Homais. Désormais, (d’) Ormesson, Aumatre, Aumessas, Lancôme, Dumay, Dumeux, etc.


LURINE

Le nom est peu porté. 52 personnes nées en France en un siècle : Haute-Garonne, Gironde (Saint-Médard-en-Jalles, Eysines, Bordeaux, Mérignac…).

1891 – 1915 : 10 ; 1916 – 1940 : 12 ; 1941 – 1965 : 14 ; 1966 – 1990 : 16.

Pendant la même période on dénombre les naissances de 83 LAURINE (essentiellement Haute-Garonne…)

Toponymie – On relève ‘Lurine’ à Arès, ‘Sainte-Lurine’ à Marillac-le-Franc (16). On repère aussi sept lieux-dits ‘Laurine’, cinq en Haute-Garonne, un dans le Gers et un dans les Landes (Labrit).

Geneanet – 1 000 résultats pour une recherche avec le nom LURINE dont 544 pour la Haute-Garonne, 104 en Gironde. Le nid est à Cassagnabère-Tournas en Haute-Garonne (463 habitants). Le nom y est attesté avant 1600. Dans cette commune on repère un lieu-dit ‘Saint-Laurent’.

Nous obtenons 534 résultats en effectuant une recherche avec le prénom Lurine.

Origine – Le toponyme Sainte-Lurine nous entraîne vers un nom de baptême à rapprocher de Laurine. Laurine vient du latin laurea, qui signifie « couronne de laurier », un symbole de gloire et de victoire dans l’Antiquité. Le masculin de Laurine est Laurent. Ce prénom dérivé de Laure. Plusieurs saintes se prénomment ainsi. Une des saintes patronnes : une chrétienne de Cordoue martyrisée par les Arabes au IXe siècle.


LUYÉ

Ce nom est très peu porté : seulement 74 naissances en France en 100 ans, Pyrénées-Atlantiques (Etcharry, Cardesse, Orègue, Espiute, Pau …), Vaucluse (Camaret-sur-Aigues, Cavaillon, Sarrians…), Meuse (Véry…)… Ils arrivent à Bordeaux dans le 2e quart du siècle.

1891 – 1915 : 11 ; 1916 – 1940 : 24 ; 1941 – 1965 : 20 ; 1966 – 1990 : 19

Geneanet – 1 323 résultats en effectuant une recherche avec le nom LUYÉ, dont 435 pour les Pyrénées-Atlantiques (dont 375 dans un rayon de 30 km autour de Salies-de-Béarn), 185 pour le Vaucluse. Vers 1600, les plus anciens porteurs vivaient à Presle en Savoie.

Toponymie – On trouve quatre lieux-dits en France : ‘Dessus la Luye’ à Rambaud (05), ‘La Luye’ à Saint-Vulbas (01) et à Lattret (c’est une rivière, 05), ‘Luyé’ à Salies-de-de-Béarn (64). On remarque trois rivières qui se nomment ‘Le Luy’ dans les Pyrénées-Atlantiques et les Landes.

Origine – A priori on a LUYE et LUYÉ. Intéressons-nous donc principalement au second. Son nom de lieu vient vraisemblablement d’un mot aquitanien analogue au basque lohi (limon, boue),  peut-être à rapprocher du celtique luto-, (marais), présent de l’Espagne à la Belgique (Xavier Delamarre). En regardant sur Géoportail et sur Google Maps, j’ai bien l’impression que Luyé est situé dans une zone humide alimentée par un ruisseau. Peut-être que les ancêtres habitaient ce lieu boueux.

Voir TANET pour LUYÉ-TANET

Aimé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.