Michel Nolibé

Imprimer cet article Imprimer cet article

Michel Nobilé, président de l’Union des bateliers d’Arcachon (UBA), reçoit demain jeudi la médaille du mérite maritime. Une histoire de famille et de passion.

« Bien sûr que je suis fier, explique Michel Nolibé, mais à travers moi c’est toute la profession des bateliers qui est honorée. » Une profession que ce septuagénaire a toujours côtoyée avant de définitivement l’adopter il y a 20 ans.

Après avoir passé les premières années de sa vie en Lot-et-Garonne, sur les terres de son père, Michel Nolibé arrive à Arcachon, berceau de sa mère, à l’âge de 9 ans. « J’y passais déjà tous les étés », explique celui qui est alors le fils du boucher de l’Aiguillon. Un quartier qui est populaire dans les années 50. Le quartier des marins. « Il y avait un poste de police et la paye se faisait dans les bistrots ! »

La grand-mère maternelle de Michel Nolibé travaille à la Pêcherie de l’océan, sa tante fait des filets. Avec son père qui fournit la viande pour les chalutiers et tous ses amis fils de pêcheurs et d’ostréiculteurs, le garçon grandit dans le milieu. « Sauf qu’à 14 ans quand mes copains se sont embarqués, moi j’ai passé mon CAP de boucher. »

Après son service militaire, Michel Nolibé se marie et s’installe à son compte. « Je deviens un commerçant, mais avec un bateau, qui fait que tous les dimanches je suis sur l’eau !

Et puis, un jour, j’en ai eu marre, marre d’être toutes les nuits aux abattoirs, marre d’être commerçant. En 1994, j’ai vendu et je suis reparti à l’école, à 50 ans ! »

Quand on est fils de boucher, prendre la barre ne va pas forcément de soi. Mais celui-là a grandi à l’Aiguillon, le quartier des marins. Normal, dès lors, qu’après trente ans passés dans le commerce il se lance dans le transport maritime. Une fois les diplômes en poche, Michel Nolibé sait que pour rentrer à l’UBA, il faut qu’un batelier déjà en place s’en aille. C’est ce qui finit par arriver.

Connu de tous dans le milieu, Michel Nolibé rentre dans la place et affrète le « Pin-up ». En 2000, l’ancien président de l’UBA s’en va et vend son bateau. Michel Nolibé en profite et devient président de l’UBA et son fils Patrick, ancien militaire, le rejoint. Il lui cède le « Pin-up » (aujourd’hui possède le Kalititou) et prend la barre du « Marco Polo ».

Au final, trois Nolibé se retrouvent bateliers puisque le frère de Michel, ancien membre de l’encadrement chez Guy Couach, les rejoint. L’UBA une histoire de familles ? Un peu, oui. « Chez les Beaugendre, il y avait le père et les trois fils. Il y avait aussi les deux Castaing, les deux Condou… Oui, il y a un esprit de famille à l’UBA, un esprit d’union, surtout. »

L’UBA regroupe aujourd’hui 27 bateliers. « En 1994 il y en avait 34. Mais ils étaient plus petits ». À bord de vedettes ou de pinasses, ils assurent différentes liaisons et excursions sur le Bassin. Les recettes sont partagées en fonction du nombre de places des bateaux. Le fonctionnement se veut collégial.

Akubra

Des règles toutes particulières sont venues le renforcer ainsi, il a été décidé que les retraités ne travailleraient que les cinq mois d’été. C’est le cas de Michel Nolibé qui ne conduit ses passagers que du 1er mai au 30 septembre.

Se définissant dans le même temps « président à temps complet » il est là pour qu’un bon esprit règne sur la flottille. Quitte à délivrer des amendes s’il apprend par un tiers qu’un batelier n’a pas été correct.

« Nous sommes des ambassadeurs du Bassin. Il est fini le temps des anciens qui conduisaient sans dire un mot. Dans nos commentaires nous vantons le Bassin, nous sommes un peu devenus des commerçants. Des chauvins pur jus ! »

Une autre règle, votée cette année par le président, va incessamment sous peu le concerner. Il s’agit du départ pur et simple des bateliers ayant atteint l’âge de 75 ans. Ce qui laisse encore cinq ans à Michel Nolibé. Enfin, peut-être…

« Quand mon petit-fils Charly était petit et qu’il venait avec moi, il a très tôt décrété qu’il serait batelier… et président de l’UBA ! Bon, aujourd’hui il a 17 ans et a passé tous ses diplômes. Il lui reste deux ans de navigation et après… Hé bien s’il est toujours décidé j’anticiperai mon départ ! »

En 2012, Michel Nolibé reçoit la médaille du mérite maritime.

L’assemblée générale 2014 de l’Union des bateliers d’Arcachon (UBA) a entériné mercredi soir le départ de son président, Michel Nolibé, et la nomination de son successeur, Thibaud Louart. Pour le premier, c’est un chapitre de vie ouvert il y a tout juste 20 ans qui se referme.

 

« Ma première saison… » récit de Jean-Marc Beaugendre

Je me souviens …. La plage, les chaises longues, les pédalos, l’odeur des gaufres de la Marina, l’entrée de la jetée Thiers avec le grand panneau des Bateliers écrit à la main par le peintre en lettres …Départs Cap-Ferret toutes les demi-heures de 9h à 12h et de 14h à 18 h, les deux excursions de l’après midi « tour de l’ile aux oiseaux » et « l’Océan » sans oublier la pêche à la ligne tous les matins …

Je me souviens …les pinasses et vedettes bigarrées, amarrées tout le long de la jetée tantôt à l’est tantôt à l’ouest selon les marées avec une joyeuse pagaille, a l’étale de pleine mer, au moment du changement de côté …Et tout au bout de chaque côté, les deux cabanes jaunes et noires avec une bande blanche couleurs Arcachonnaises obligent !…

Je me souviens… le spectacle permanent du flot des estivants de passage, des interminables palabres avec les familiers des lieux ceux la même qui n’auraient jamais envisagé de passer leur vacances ailleurs que sur ce bout de jetée…

Je me souviens… l’antique caisse enregistreuse qui faisait un sympathique ding-ding à chaque tour de manivelle ; machine à sous aux multiples mini jack-pot …

« SOU-ARRAI  TU ACCOSTES ! » appel en direct du Chef de jetée depuis l’escalier d’embarquement. Sou-Arraï, c’était moi ou plus exactement le nom de mon bateau (rayon de soleil en gascon) c’est ainsi qu’on s’interpellait : Albatros, Santa-Maria, Florida, Origan, Étrangère, Valparaiso, Vamp etc. À chaque bateau, un visage qui se voyait affublé en prime d’un « chafre » (surnom gascon ) Peluche, le Bonze, le Marquis de Parentis, Bijoux, Plaïnot, Fennec, le Kaiser (lui c’était le président)…ainsi la plupart des bateliers de l’époque étaient donc connus sous la triple identité de leur nom, celui de leur bateau et leur chafre parfois balancé dans leur dos…

Je me souviens…

– Moi timidement : « Ce serait bien d’essayer le tour de l’île le matin »

 

– Le Kaiser (président) : « Mais nooon ça marchera jamais vous les jeunes vous avez de ces idées !  TOUR DE L’ÎLE DÉPART IMMEDIAT  ! » dont acte…

Je me souviens …Dans les talkies-walkies une chanson de Gilbert Bécaud :

– Le Kaiser : « Tais-toi Jeannot ou je te colle une amende ! »

– Les autres (Jean-Louis C dit Tatin en tête) : « Continue Jeannot, chante ! Les clients sont contents. Ton amende, on te la paiera »… Le « Jeannot » en question c’était mon père qui foutait la panique sur les ondes aux pires moments, longtemps encore il sévira passant de la CB à la VHF pour le bonheur des uns et le malheur des autres …

Je me souviens… jetée Bélisaire du Cap-Ferret, Roger Juge dit « Commandant Charcot » dit « Clarence » (Clarence le lion qui louchait), pas besoin de micro ou de porte voix pour engueuler les retardataires qui traînaillaient devant l’escale « ARCA-HHON DEPE-HHEZ-VOUS ! LE BATEAU S’EN VA ! » (le son ch n’existant pas en matière d’aboiement…)

Je me souviens … Les seigneurs des jetées : pantalons rouges et Lacoste blanches qui frimaient devant les belles estivantes… je me souviens du plus ancien de l’époque André Auger patron du bateau « Pin-Up » béret basque tiré en avant et cigare au coin des lèvres « ça va mon drôle ? »

Je me souviens … ma première saison de batelier après un dur hiver à la pêche… c’était au siècle dernier, c’était …hier ; aujourd’hui j’ai peine à le croire mais le plus ancien de l’UBA c’est…moi… déjà.

Jean-Marc Beaugendre. Le siège social de son entreprise créée le 09/04/1986 est situé 44 rue du Chemin des Dames – 33260 La Teste-de-Buch

 

 

  1. B. https://www.lexpress.fr/region/les-50-qui-font-bouger-le-bassin-d-arcachon_480513.html

Sabine Menet, Sud Ouest,

https://www.sudouest.fr/2012/01/25/le-president-des-bateliers-a-l-esprit-de-famille-614631-2733.php

https://www.sudouest.fr/2014/10/11/michel-nolibe-lache-la-barre-des-bateliers-1700840-2733.php

https://www.bateliers-arcachon.com/ma-premiere-saison-sur-le-bassin-darcachon/

Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.