Le rapide 48, venant d’Espagne, a déraillé

Imprimer cet article Imprimer cet article

 

Il roulait à vive allure

Le rapide 48, venant d’Espagne, a déraillé vers minuit 30, au poste kilométrique 59,211 entre Ychoux et Lugos, exactement à 1 kilomètre de la station de Lugos.

Deux voitures de queue, des sleepings Pullman de luxe, du poids de 50 tonnes chacune, ont quitté les rails et se sont placées en travers des deux voies ; elles se trouvent à 150 mètres l’une de l’autre. La voie est endommagée sur une distance d’environ 2 kilomètres, les roues d’un wagon ayant labouré le ballast, alors que le train roulait à vive allure.

Il n’y a eu aucun accident de personne.

Du matériel de secours et une grue puissante ont été envoyés à Lugos pour remettre les wagons sur les rails ; la circulation sur une voie unique sera sans doute rétablie ce soir.

À la suite du déraillement, le transbordement a dû s’effectuer dans les trains des voies montantes et descendantes ; le résultat a été un retard de cinq heures.

C’est ainsi que le rapide Pyrénées-Côte d’Argent dans lequel avaient pris place le Prince de Galles et son frère, a subi un retard de plusieurs heures ; la préfecture de la Gironde a été avisée que le Prince de Galles et le Prince Georges avaient passé en gare de Bayonne à 12 h 10, continuant leur voyage. Il a téléphoné à Santander pour que le navire attende.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le rapide des Princes britanniques a dû s’arrêter à l’endroit du déraillement du rapide venant d’Espagne. On conduisit les Princes au wagon réservé du train de secours formé aussitôt après l’accident. Le train est parti aussitôt après le transbordement des bagages.

Le sous-préfet de Bayonne est allé saluer les princes à leur arrivée. Ils firent quelques pas sur le quai puis se rendirent au buffet prendre du café.

Les princes ont accepté avec la meilleure grâce le retard de cinq heures provoqué par l’accident et ont témoigné leur satisfaction des mesures prises pour faciliter la continuation dz leur voyage.

À Santander, les Princes de Galles et Georges et leur suite ont déjeuné vers 15 h 30 puis pris la route en auto sous une pluie violente qui gênait énormément la circulation. On espère que les princes arriveront à 18 h 30 à Castro Urdiales, limite de province où les attendent le Gouverneur et le Consul britannique.

L’embarquement aura lieu sans doute à 20 h l’Oropesa qui a retardé son départ ; de toute façon, les princes prendront la mer dans la soirée à destination de Buenos-Aires.

 

Excelsior du 19 janvier 1931

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4608696p/f1.item.r=%22Castro%20Urdiales%22%22prince%20de%20galles%221931.zoom

L’Écho annamite : organe de défense des intérêts franco-annamites, directeur propriétaire Vo-Van-Thom, du 20 janvier 1931

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k75560122/f3.item.r=Lugos%22janvier%201931%22d%C3%A9raillement.zoom

Excelsior du 19 janvier 1931

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4608696p/f1.item.r=%22Castro%20Urdiales%22%22prince%20de%20galles%221931.zoom

Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.