La Pire connerie, Monseigneur !

Imprimer cet article Imprimer cet article

Nous avons sous les yeux, dit un journal, le contrat de mariage du père du nouveau duc d’Isly, passé devant Me Blacqué, notaire à Paris, le 8 avril 1771, et voici les qualifications données dans cet écrit aux deux époux : « Jean-Ambroise Bugeaud, marquis de la Ribeyrolie, seigneur de la Piconnerie ; et noble demoiselle Sutton de Clonard, fille de haut et puissant seigneur Thomas Sutton, comte de Clonard, seigneur de Lugo et autres lieux. »

Des quatre oncles maternels du maréchal Bugeaud, deux sont morts glorieusement au service de la France, l’un dans la guerre d’Amérique, à l’attaque de Sainte-Lucie, comme capitaine de vaisseau et aide-de-camp du comte d’Estaing ; l’autre, choisi par l’infortuné La Pérouse pour l’accompagner dans sa célèbre expédition autour du monde, périt comme commandant en second de l’expédition.

Les deux derniers fils du même comte de Clonard, grand-père du nouveau duc d’Isly, colonels dans la brigade irlandaise au service de la France, prirent une part active et glorieuse dans la guerre d’émancipation de l’Amérique contre les Anglais.

Il est curieux de remarquer comment un organe du parti aristocratique de la vieille noblesse française, s’exprime sur ce fait. La France dit : « On a créé, M. Bugeaud duc d’Isly ; ce n’est pas tout : on lui a composé une généalogie. Il descend de haut et puissant seigneur, etc. »

Quand on prend du galon, en rien saurait trop prendre.

Il s’est trouvé, sous le consulat, un généalogiste qui a fait descendre Bonaparte de Charlemagne. Peste ! le cultivateur d’Excideuil a de noblesse. Il s’entendait à cacher son jeu, il faut en convenir, et si la victoire de l’Isly n’avait trahi sa modestie, on aurait peut-être ignoré longtemps encore que le gouverneur de Blaye cachait un gentilhomme. On ne s’en serait jamais douté.

[…]

Thomas Robert Bugeaud, marquis de La Piconnerie, duc d’Isly, maréchal de France, est né à Limoges le 15 octobre 1784, et mort à Paris le 10 juin 1849. Gouverneur général de l’Algérie, il joue un rôle décisif dans la colonisation de celle-ci.

Issu d’une branche noble d’une ancienne famille du Périgord vert, il est né de messire Jean-Ambroise Bugeaud, chevalier, seigneur de la Piconnerie, et de dame Françoise de Sutton de Clonard, d’une famille illustre d’Irlande.

Nommé gouverneur de la citadelle de Blaye, il a donc la duchesse de Berry sous sa garde et se charge d’accompagner sa prisonnière jusqu’à Palerme.

En Algérie, invoqué sous le nom de Bijou, Bichou, ou Bouchou, le maréchal de France devient une forme de croque-mitaine. Une mère qui veut effrayer son enfant pour lui imposer silence lui dit : « Tais-toi, voici venir Bichou »

Tout récemment, lors de sa séance du 21 mai 2021, le Conseil municipal de Marseille, eu égard à la brutalité du personnage lors de la conquête de l’Algérie, a débaptisé l’école pour la renommer école caporal Ahmed-Litim, du nom d’un tirailleur algérien qui a été tué lors des combats de libération de Marseille en août 1944.

 

Marie Sutton de Clonard Mère Marie de la Croix (1782-1850), une des filles de Thomas Sutton de Clonard, baron de Lugo et de dame Phillis, est née, comme la plupart de ses frères et sœur, à Wexford  la “base” irlandaise de la famille.

Elle a habité Bordeaux, et s’y est éteinte.

Le 1er mai 1828, à Bordeaux, Mme Sutton de Clonard obtient l’autorisation du Préfet et la reconnaissance de Mgr de Cheverus pour la maison du Bon Pasteur qu’elle a créée avec Monsieur l’Abbé Trocard. Cette veuve a perdu sa fillette qui, avant de mourir, lui a demandé de s’occuper des personnes âgées et infirmes et de donner à sa maison le nom de « Bon Pasteur ».

Dans cette maison elle s’emploie à soulager des personnes de l’ancienne noblesse, revenues d’exil veuves et ruinées, des malades mentales et des personnes dans la misère rejetées par leur famille et des institutrices, qui avaient des pensions trop faibles pour vivre.

En 1829, Madame Sutton de Clonard achète la propriété de Caudéran (Barrière Saint-Médard) pour se consacrer dignement, avec l’aide des Sœurs de la Congrégation du Bon Pasteur de la Visitation, aux dames âgées de la Société Bordelaise. Les soins prodigués aux personnes âgées sont assumés totalement par les Religieuses, aidées de quelques personnes jeunes placées dans l’établissement, jusqu’en 1972.

À cette époque-là débute l’emploi de personnel salarié. L’établissement est dirigé jusqu’en 1990 par une sœur infirmière de la Communauté assistée par une sœur économe.

Dans toute cette histoire des descendants du dernier Seigneur de Lugo il y a des coïncidences étonnantes : Voulant en savoir plus sur Wexford où sont nés nos “héros” et envisageant, pourquoi-pas, un jumelage avec Lugos, j’ai découvert que ce port du sud-est de l’Irlande est déjà jumelé avec… Lugo (près de Ravenne, en Italie). Étonnant, non ?

 

La Démocratie pacifique : journal des intérêts des gouvernements et des peuples, Victor Considerant (1808-1893). Rédacteur, du 29 septembre 1844

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4768937r/f1.item.r=clonard%20lugo.zoom

https://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Robert_Bugeaud

http://aquilugos.canalblog.com/archives/2011/05/12/21117649.html

http://www.adgessa.com/etablissements/ehpad/grand-bon-pasteur

https://www.suoredellacarita.org/wp-content/uploads/2020/08/19-partout-fr.pdf

 

Généalogie

Thomas Sutton comte de Clonard (1700-1776), seigneur de Lugo, directeur et syndic de la compagnie des Indes orientales ayant obtenu en 1768 la concession des mines de Guadalcanal, marié en 1744 avec Phyllis Masterson de Castletown dont :

  • Mary Frances Sutton de Clonard (née en 1744)
  • Phillis Sutton de Clonard (née en 1745) mariée à Jean Howard O’Kian
  • Françoise Frances Sutton de Clonard (1747-1798) mariée le 8 avril 1771 avec Jean Ambroise Bugeaud (1730-1803), marquis de La Ribeyrolle, seigneur de La Piconnerie dont :

Thomas Robert Bugeaud (1784-1849), marquis de La Piconnerie, duc d’Isly, maréchal de France

  • Edward Sutton de Clonard (né en 1748)
  • Tomasina Mary Sutton de Clonard (née en 1749), mariée en 1771 avec Andrew French
  • Jean Sutton comte de Clonard (1750-1833), mestre de camp du régiment de Walsh, marié à Françoise Anastase Preux dont

Jean Édouard Sutton de Clonard (né en 1789) marié en 1826 avec Marie-Jeanne-Adélaîde Ricord

  • Robert Sutton de Clonard (1751-1788)
  • Richard Edward Sutton comte de Clonard (1754-1834) marié à Mary Anastasia Crosby dont :

Jean Jacques Alfred Sutton comte de Clonard (1806-1840) marié à Elizabeth Thierney, dont :

Isabelle Sutton de Clonard mariée avec Elie Le Saige de Landécot vicomte de la Villebrune,

Charles Robert Sutton comte de Clonard (1807-1870), dans l’état-major de son cousin Thomas Robert Bugeaud, marié en 1849 avec Sophie Ursule L’Espagnol de Grimby (1815-1893),

Anne Elise ou Anastasie Élizabeth Sutton de Clonard mariée à Paris en 1833 avec William Arnold Mac Guckin (1801-1878), baron de Slane, membre de l’Académie des inscriptions et Belles-lettres en 1862

Marie Tomassina Sutton de Clonard (1815-1875) mariée en 1837 avec Robert Francis Mac Leod (1805-1873)

Louis Henri Sutton de Clonard (né en 1816),

  • Eleanor Sutton de Clonard (1755-1822), mariée en 1777 avec Daniel Mac Carthy (1749-1795), président du tribunal de commerce de Bordeaux. Elle a fondé la congrégation du Bon Pasteur de la Visitation à Caudéran en 1828 (décédée en 1822 ?), dont

Jean Mac Carthy (1781-1858) marié en 1816 avec Françoise Georgette Lawton (1797-1828),

Eugène Mac Carthy (1786-1870) marié en 1824 avec Erina Delplat

Daniel Robert Mac Carthy (1787-1849), célibataire,

Félicité Mac Carthy, célibataire,

Hélène Eléonore Mac Carthy (1788-1859) mariée à Jean Claude Arnoux (1778-1834), premier adjoint au maire de Bordeaux

  • Thomas Charles Sutton de Clonard (1757-1778), garde de la marine sur le Languedoc, tué à la bataille de Sainte-Lucie le 15 décembre 17885.
  • Sara Sutton de Clonard (née en 1759).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Robert_Sutton_de_Clonard

Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.