Carte de Lugos

Imprimer cet article Imprimer cet article

Le relief conditionnant le drainage peut seul diversifier un territoire aussi uniforme de par sa constitution géologique.

Le profil topographique exécuté selon l’axe S. O. – N. E. de la commune (sens d’écoulement des eaux) fait apparaître l’opposition du modelé entre la haute lande et le versant de la vallée de l’Eyre (planche 1).

De Courlouze à Seouze (bourg actuel), absence de relief sensible. C’est la lande plate, unie. Nous sommes sur le plateau qui sépare la dépression des étangs de Cazaux et de Biscarrosse de la vallée de l’Eyre. La dénivellation est inférieure à 1 pour 1.000. Ni ruisseau, ni thalweg. L’insuffisance de la pente fait obstacle à l’écoulement normal des eaux dont l’infiltration est souvent ralentie par la présence de l’alios. Des lagunes parsèment la haute lande : lagune des Espiets, de Millet, de la Longère. L’hiver l’eau stagne, la lande devient marécage.

Par contre, de Seouze à la vallée de l’Eyre, la pente s’accentue approchant 4 pour 1.000. Les émissaires de l’Eyre ont entaillé le plateau d’étroites et profondes vallées. Entre ces vallées, cuvettes, vallons, buttes sableuses créent un véritable relief aux formes molles mais variées. Là, les eaux ruissellent, lessivant les sols au rebord des vallées, gonflant rapidement les arrious (ruisseaux) après les fortes pluies. Le drainage naturel y est donc actif. Les terrains demeurent sains même par les hivers pluvieux ; mais l’été ils sont desséchés, l’humidité ne subsiste alors qu’au fond des vallées.

https://excerpts.numilog.com/books/9782307335580.pdf

Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.