François Campet

  Imprimer cet article Imprimer cet article

Un article de Sud Ouest nous rappelle l’horreur de ce “Train du zèle Nazi” appelé le train fantôme compte tenu des circonstances et des itinéraires invraisemblables, des détenus qui meurent de soif et de l’acharnement de la gent SS à emmener coûte que coûte ces ultimes déportés vers une mort programmée.

Dans ce train, qui part de Toulouse le  3 juillet 1944 arrive à Bordeaux le 9 juillet et en repart début août, se trouve un résistant Arcachonnais arrêté peu avant sur dénonciation. Il se nomme François Campet. Il est né à Lugos le 13 décembre 1895. Il mourra à Melk en Autriche le 25 février 1945.

La plaque commémorative des résistants Arcachonnais, morts en déportation, ainsi qu’un nom de rue portent son nom à Arcachon.

En vérifiant, sur le monument aux morts de Lugos, que son nom n’y figurait point, je me suis demandé à partir de quel moment on est un “enfant” de la commune ?

François Campet, résidant à Courlouze, a dû “émigrer”  assez tôt vers Saugnac-et-Muret et Arcachon  où François est dans la police au moment de son arrestation.

http://aquilugos.canalblog.com/archives/2009/08/28/14880634.html

http://aquilugos.canalblog.com/archives/2010/05/19/17945624.html

Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *