1834 – Atlantique, Daussy – Bassin d’Arcachon

Imprimer cet article Imprimer cet article

Cette carte sert de support, racontant de nombreuses histoires sur les opérations maritimes et diplomatiques françaises au milieu du XIXe siècle.

Bassin d’Arcachon

Ces navigations témoignent de l’importance de ports comme le minuscule Saint-Pierre et la Martinique dans les Caraïbes. Les traces des navires révèlent des histoires peu connues sur les relations diplomatiques de la France avec l’Union pendant la guerre civile et sur l’invasion du Mexique. Il s’agit d’une représentation importante de l’expansion et de la politique impériales françaises pendant le Second Empire et ce serait un ajout fascinant à toute collection d’hydrographie française du XIXe siècle. Elle illustre une carrière navale historique, y compris les voyages de la Foudre et du SS Arago en novembre 1861 – Missions diplomatiques majeures au début de la guerre civile américaine et l’invasion du Mexique sous Napoléon III.

https://www.raremaps.com/gallery/detail/55742/carte-de-locean-atlantique-septentrionale-depuis-lequateu-depot-de-la-marine

 

Fils de Magloire-Thomas Daussy, Pierre Daussy 1792-1860, est ingénieur hydrographe en chef de la Marine, cartographe.

«  La nouvelle place d’élève est demandée par le sieur Daussy pour son fils âgé de 16 ans qui finit aujourd’hui son cours d’études dans les lycées de Paris, où il a remporté des prix chaque année. Ce jeune homme sait le latin et le grec, et les mathématiques surtout. Il parait avoir les plus heureuses dispositions et l’habitude du travail. Les services de son père et le zèle qu’il a témoigné dans les missions auxquelles il a été employé peuvent solliciter auprès de Son Excellence une marque de satisfaction ».

 ; élève de Beautemps-Beaupré, il est le dernier ingénieur hydrographe en chef ne sortant pas de l’École polytechnique.

En 1842, Pierre Daussy, second ingénieur hydrographe en chef, témoigne du risque de tarissement de la source polytechnicienne, alors qu’une partie du corps législatif préconise un remplacement progressif des ingénieurs hydrographes par des « officiers de la Marine qui se sont adonnés plus particulièrement à la levée des cartes et plans ».

Pierre Daussy fera – lui aussi – embaucher son fils (Pierre-Étienne Daussy, né le 22 août 1827, à Paris), simple bachelier es lettres, en s’engageant à le faire remplacer, s’il tirait un numéro l’obligeant à répondre à la conscription. Sous sa direction, et comme surnuméraire tant qu’il n’aura pas fait ses preuves et qu’il n’y aura pas de crédit pour le payer. Il fera sa carrière comme commis au Dépôt de la Marine, où il terminera sous-chef du Bureau administratif.

https://books.google.fr/books?id=4-bYvARxnjEC&pg=PA781&lpg=PA781&dq=%22pierre+daussy%22+cartographe&source=bl&ots=JOBIA2tla9&sig=ACfU3U3r0hxTaB96ZWk3cW2GkWowlDKgfQ&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwjYy9L92rfzAhUGCxoKHTZzCIg4ChDoAXoECAgQAw#v=onepage&q=%22pierre%20daussy%22%20cartographe&f=false

Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.