1710 – Monde, Wright – Arcazon

Imprimer cet article Imprimer cet article

A new and correct mapp of the world

Arcazon

according to Mr Edward Wright (1558-1615). Éditeur : W. Mount and Th. Page (London)

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530528567.r=A%20new%20and%20correct%20mapp%20of%20the%20world%20%20according%20to%20Mr%20Edward%20Wright?rk=21459;2

Le plus jeune fils de Henry et Margaret Wright, Edward Wright naît dans le village de Garveston à Norfolk, East Anglia, et y est baptisé le 8 octobre 1561. Il est possible qu’il ait suivi les traces de son frère aîné Thomas (mort en 1579) et soit allé à l’école à Hardingham. La famille étant de moyens modestes, il s’inscrit au Collège Gonville et Caius (un des 31 collèges de l’université de Cambridge au Royaume-Uni, fondé en 1348 par Edmund Gonville et à nouveau en 1557 par John Caius), le 8 décembre 1576 en tant que « sizar ». Les sizars sont des étudiants aux moyens limités qui se voient facturer des frais moins élevés et obtiennent gratuitement de la nourriture et / ou un logement et d’autres aides pendant leur période d’études, souvent en échange d’un travail dans leurs collèges.

Wright est reçu au baccalauréat ès arts (BA) en 1580-1581. Il reste étudier à Caius, y recevant son Master of Arts (MA) en 1584 et tenant une bourse entre 1587 et 1596. À Cambridge, il est un ami proche de Robert Devereux, plus tard deuxième comte d’Essex, et le rencontre pour discuter de ses études même dans les semaines précédant la rébellion de Devereux contre Elizabeth I en 1600-1601. De plus, il connait le mathématicien Henry Briggs ; et le soldat et astrologue Christopher Heydon, qui était aussi l’ami de Devereux ; Heydon fait plus tard des observations astronomiques avec les instruments que Wright fabrique pour lui.

Wright enseigne dans cette même université jusqu’en 1600, à l’exception d’une expédition aux Açores : Wright est invité par Elizabeth I à effectuer des études de navigation avec une expédition de corsaires organisée par le comte de Cumberland aux Açores pour capturer des galions espagnols. La reine a effectivement ordonné à Caius de lui accorder un congé à cette fin, bien que le Collège l’exprime de manière plus diplomatique en lui accordant un congé sabbatique « par mandat royal ». Wright participe à la confiscation des prises « légitimes » des Français, Portugais et Espagnols de retour d’Amérique – Derek Ingram, un camarade de Caius, l’appelle “le seul camarade de Caius à avoir jamais obtenu un congé sabbatique pour se livrer à la piraterie”.

Wright navigue avec Cumberland sur la Victoire au départ de Plymouth le 8 juin 1589 ; ils retournent à Falmouth le 27 décembre de la même année.

C’est cette expédition aux Açores qui le détermine, semble-t-il, à calculer les tables loxodromiques de façon plus précise.

Wright identifie les principales difficultés du repérage en mer à la fin du XVIe siècle, et montre qu’une approche mathématique permet d’y remédier. Il montre en particulier que la navigation sous les hautes latitudes se heurte à des tables inexactes des arcs de méridiens au-delà de 45°, ainsi qu’à l’écart entre le pôle magnétique et le pôle géographique. Il indique comment calculer précisément la longueur des arcs de méridiens dans la projection de Mercator, en assimilant cette longueur d’arc à une somme finie de termes. Ce calcul permet par là-même de construire mathématiquement une carte conforme, ce que Mercator lui-même n’avait fait que de façon approchée, par un dessin de proche en proche.

Wright explique la projection de Mercator avec l’analogie d’une sphère gonflée comme une vessie à l’intérieur d’un cylindre creux. La sphère est élargie uniformément, de sorte que les méridiens s’allongent dans la même proportion que les parallèles, jusqu’à ce que chaque point de la surface sphérique en expansion entre en contact avec l’intérieur du cylindre. Ce processus préserve la forme locale et les angles des caractéristiques à la surface du globe d’origine, au détriment de parties du globe avec des latitudes différentes devenant élargies de différentes quantités. Le cylindre est ensuite ouvert en un rectangle bidimensionnel. La projection est une aubaine pour les navigateurs car les loxodromies sont représentées comme des lignes droites.

Comme les longueurs d’arc de méridien sont en réalité les logarithmes de la tangente des arcs en question, on attribue vers 1660 à Wright la paternité de l’invention des logarithmes. Toutefois, cette idée est abandonnée dès 1676 à la suite de l’avis de la Royal Society.

Le parcours de l’expédition fait l’objet de la première carte produite en Angleterre, préparée selon la projection Mercator depuis la carte originale de Gerardus Mercator de 1569, qui est publiée dans « Certaine errors of navigation corrected » Certaines erreurs de navigation corrigées (1599; 2e éd. en 1610). Un compte rendu de l’expédition[1] est annexé à l’ouvrage et, bien qu’il fasse référence à Wright à la troisième personne, il est censé avoir été écrit par lui : dans le récit de l’expédition des Açores, il énumère comme l’un des membres de l’expédition un « Captaine Edwarde Carelesse, alias Wright, qui dans S. Frauncis Drakes antillaise voiage était Captaine de l’Espoir ».

L’Oxford Dictionary of National Biography affirme que pendant l’expédition, Wright s’appelait “Captain Edward Carelesse” et qu’il était aussi le capitaine de l’Espoir dans le voyage de Sir Francis Drake de 1585-1586 aux Antilles, qui évacua la colonie de Virginie de Sir Walter Raleigh. L’un des colons est le mathématicien Thomas Harriot, et si le dictionnaire dit vrai, il est probable que lors du voyage de retour en Angleterre, Wright et Harriot ont fraternisé et ont discuté des mathématiques de navigation. Cependant, dans un article de 1939, EJS Parsons et WF Morris notent que dans le livre du capitaine Walter Bigges et du lieutenant Crofts, « A Summarie and True Discourse de Sir Frances Drakes West Indian Voyage » (1589), Edward Careless est dit commandant de l’Espoir, mais Wright n’est pas mentionné. De plus, alors que Wright parle à plusieurs reprises de sa participation à l’expédition des Açores, il ne fait jamais allusion à un autre voyage.

Wright reprend sa bourse de Cambridge à son retour des Açores en 1589, mais il semble qu’il déménage bientôt à Londres car il y est avec Christopher Heydon faisant des observations du soleil entre 1594 et 1597.

Le 8 août 1595, Wright épouse Ursula Warren (décédée en 1625) à l’église paroissiale de St Michael, Cornhill, à Londres. Ils ont un fils, Samuel (1596–1616), qui est lui-même admis comme sizar à Caius le 7 juillet 1612. Le registre paroissial de St Michael contient également des références à d’autres enfants de Wright, tous morts avant 1617.

Wright démissionne de sa bourse en 1596.

Etc

[1] – The voiage of the right honourable George Erl of Cumberland to the Azores (1589), Londres. Réimprimé par Hakluyt dans Principall navigations, voiages, traffiques and discoveries of the English Nation, vol. 2 (Londres, 1598-1600)

https://en.wikipedia.org/wiki/Edward_Wright_(mathematician)

Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.