1654 – Atlas, Frederik de Wit – Arcachon, La Teste duid Buch, la Motte, lo Barp, Belin, Comprian, Certes, Lietge

 

Atlas hollandais de la mer

publié à Amsterdam par de Wit sous forme d’atlas relié 

Frederik de Wit creator / Claes Jansz Visscher 1586 or 1587-1652 / Willem Janszoon Blaeu 1571-1638 / Anthonie Jacobsz, 1606?-1650 / Theunis Jacobsz, 1632?-1679

Arcachon

comprenant 1 carte et 14 cartes marines

[1.] Nova totius terrarum orbis geographica ac hydrographica tabula / N. I. Piscator.

[2.] Pascaart van de Noort Zee, verthoonende in zich alle de Custen en havens daer rontom gelegen / Frederick de Widt

[3.] Pas-Caart van de Oost Zee, verthoonende alle de ghelegentheyt tusschen ‘t Eylandt Rugen en Wijborg / Frederick de Widt

[4.] Pascaart van de Zee-custen van Ruslant, Laplant, Finmarcken, Spitsbergen en Novazemla / Frederik de Widt

[5.] Pas- Caart van ‘t Canaal vertoonende in ‘t Gheheel Engelandt, Schotlandt, Yrlandt, en een gedeelte van Vrancryck / Frederick de Widt

[6.] Paskaarte om achter Yrlant om te Zeylen van Hitlant tot aen Heijssant / Frederik de Widt

[7.] Pas caart van Hispangien, vertoonende de custen van Granade, Andaluzie, Algarve, Portugael, Galissien en Biscajen; met een gedeelte van Vranckryck, streckende van Heysant tot de Straet van Gibraltar/ Frederick de Widt

[8.] Pas-Caart van de Middelandsche Zee, vertoonende in twee deelen / Frederick de Widt

[9.] De Cust van Barbaria, Gualata, Arguyn, en Geneheo, van Capo S. Vincente tot Capo Verde / Anthonij Jacobssen

[10.] Pascaerte van Guinea, en Angola, van R. de Gambia tot Cabo de Bona Esperança / Theunis Jacobsz

[11]. India quae Orientalis dicitur et insulae adiacentes / Guiljelmus Blaeu

[12.] Pascaerte van Brasil van Rio de Maranhaon tot Rio de la Plata / Theunis Jacobsz

[13.] Pascaert vande Carybes, Nieu Neder landt, Brazil, de Flaemsche en Soute Eylanden; en de landen daer ontrent gelegen / Theunis Jacobsz

[14.] Pascaerte van West Indien van de Caribes tot aen de Golfo van Mexico / Theunis Jacobsz

[15.] Pascaerte van Nieu Nederlant, Virginies, Nieu Engelant en Nova Francia, van C. of Faire tot C. Forchu / Theunis Jacobsz.

 

 

Accès à l’Atlas

https://curiosity.lib.harvard.edu/scanned-maps/catalog?f%5Bgenre_ssim%5D%5B%5D=Early+works+to+1800

ou

https://hollis.harvard.edu/primo-explore/fulldisplay?context=L&vid=HVD2&search_scope=everything&tab=everything&lang=en_US&docid=01HVD_ALMA211843749430003941

1665 – Galliae, de Wit

Accuratissima Galliae Tabula

Gallis Vulgo dicta le Royaume de France, divisa tam in Praefecturas generales, quam in Provincias separatas cum regionibus aquisitis / per Fredericum De Wit (1629-1706). Éditeur : ex officina Frederico de Wit, cum Privil (Amstelodami)

La Teste duid Buch, la Motte, lo Barp, Belin, Comprian, Certes, Lietge

1690 – Europe, de Wit

Nova et accurata totius Europae tabula

Amsterdam : Frédérik de Wit 1610-1698 [C.1690]

18 vues et plans des principales villes,

Une impressionnante carte murale de l’Europe 1190 x 1620 mm, composée de 6 feuilles de cartes, flanquée panneaux latéraux avec un total de 18 vues et plans d’urbanisme en vignette finement exécutés ou des panoramas des principales villes, dont Rome, Londres, Madrid, Venise, Amsterdam et Moscou ; titre en cours d’exécution sur une bande supplémentaire à l’extérieur de la bordure supérieure, texte espagnol typographique en 9 colonnes collées le long la bordure inférieure, colorée à la main, doublée de lin.

Les cartes murales montées pour être exposées étaient particulièrement vulnérables à toutes sortes de dommages à travers les siècles ; malgré des défauts évidents, il s’agit en fait d’un exemple raisonnable du genre et d’une rare survie d’une carte murale de l’âge d’or de la cartographie néerlandaise, cet exemple étant évidemment fabriqué sur commande pour la vente sur le marché espagnol.

http://www.sothebys.com/en/auctions/ecatalogue/2012/travel-atlases-maps-natural-history-l12405/lot.203.html

Frederik de Wit Junior est né Frederik Hendriksz, appelé également Frederick ou Frederico de Witt. Il est né dans une famille protestante vers 1629, à Gouda, l’une des sept provinces unies des Pays-Bas. Son père Hendrik Fredericsz (1608-29 juillet 1668) est un hechtmaecker (fabricant de manche de couteau) d’Amsterdam, et sa mère Neeltij Joosten (d. Avant 1658) est la fille d’un marchand à Gouda. Frederik se marie le 29 août 1661 à Maria van der Way (1632–1711), fille d’un riche marchand catholique d’Amsterdam. Frederik et Maria ont sept enfants, mais un seul Franciscus Xaverius (1666–1727) leur survit.

Grâce à son mariage avec Maria van der Way en 1661, il obtient, en 1662, les droits de citoyenneté d’Amsterdam et devient membre de la Guilde de Saint Luc en 1664. En 1689, De Wit reçoit un privilège de 15 ans des États de Hollande et de la Frise occidentale qui protège son droit de publier et de vendre ses cartes. Puis en 1694, il est nommé bon citoyen de la ville d’Amsterdam.

D’environ 1648 jusqu’à sa mort à la fin de juillet 1706, de Wit vit et travaille à Amsterdam.

En 1648, au plus fort de l’âge d’or néerlandais, de Wit déménage de Gouda à Amsterdam où il devient un membre important de la corporation des marchands de livres de Saint-Lucas. Dès 1654, il ouvre une imprimerie et une boutique sous le nom de “De Drie Crabben” (les Trois Crabes) qui est aussi le nom de sa maison sur la Kalverstraat. En 1655, De Wit change le nom de sa boutique en “Witte Pascaert” (la Carte Blanche ; c’est également le nom de sa maison dans la Kalverstraat.) : c’est sous ce nom que De Wit et son entreprise se font connaître internationalement.

Son plan de Haarlem est daté de 1648, et quelque temps avant 1649, les vues et plans de ville pour les villes de Rijsel et Doornik (Lille et Tournai) qui sont apparus dans le richement illustré Flandria Illustrata par l’historien flamand Antonius Sanderus.

Régnant en maîtres, les bateaux hollandais sillonnent les mers du monde entier au Siècle d’or. Grâce à ces voyages, les scientifiques du pays peuvent mettre au point des cartes géographiques d’une précision encore jamais égalée. Des progrès considérables sont alors effectués, rendus également possibles par le développement des techniques d’impression.

Les premières cartes gravées (Carte nautique de l’Espagne) par de Wit sont publiées en 1654 sous l’adresse “De Drie Crabben”.

La première carte qui est à la fois gravée et datée (1659) par De Wit est celle du Danemark : “Regni Daniæ Accuratissima delineatio Perfeckte Kaerte van ‘t Conjnckryck Denemarcken”. Ses premières cartes du monde, “Nova Totius Terrarum Orbis Tabula in Lucem Edita” et la carte murale « Nova Totius Terrarum Orbis Tabula apparaissent vers 1660.

La datation exacte des atlas et des ouvrages de cartes urbaines est difficile, les cartes ne comportant pas de mention d’année et l’édition de celles-ci prend plusieurs années. Son Atlas paraît vers 1662 et en 1671 ; il comprend de 17 à 151 cartes chacun. Dans les années 1690, il commence à utiliser une nouvelle page de titre “Atlas Maior” mais continue aussi à utiliser son ancienne page de titre. Son atlas des Pays-Bas publié pour la première fois en 1667, est nommé Nieuw Kaertboeck van de XVII Nederlandse Provinciën et contient 14 à 25 cartes. De Wit développe rapidement son premier petit atlas de folio qui contient principalement des cartes imprimées à partir de plaques qu’il a acquises, à un atlas avec 27 cartes gravées par ou pour lui.

En 1671, il publie un grand atlas folio contenant jusqu’à 100 cartes. Des atlas plus petits de 17, 27 ou 51 cartes peuvent encore être achetés et, au milieu des années 1670, un atlas de 151 cartes et cartes peut être acheté dans sa boutique. Ses atlas coûtent entre 7 et 20  florins selon le nombre de cartes, la couleur et la qualité de la reliure (47 € ou 70 $ à 160 € ou 240 $ aujourd’hui). Vers 1675, De Wit publie un nouvel atlas nautique. Les cartes de cet atlas remplacent les cartes antérieures de 1664 qui ne sont connues aujourd’hui que par quatre exemplaires reliés et quelques exemplaires en vrac. Les nouvelles cartes de De Wit sont vendues dans un livre de cartes et dans le cadre de ses atlas. De Wit publie pas moins de 158 cartes du territoire et 43 cartes sur des feuillets distincts.

En 1695, De Wit publie un atlas des villes des Pays-Bas, sous le nom de Theatrum ichnographicum omnium urbium et præcipuorum oppidorum belgicarum XVII provinciarum peraccurate delineatarum,  après avoir acquis un grand nombre de plans de ville lors de la vente aux enchères des plaques d’impression de la célèbre maison d’édition Willem Blaeu.

Frederik de Wit fait la même chose pour l’atlas des villes d’Europe. Pour cet ouvrage il utilise même des plaques de cuivre du Civitates Orbis Terrarum de Georg Braun et Frans Hogenberg. Ces plaques font également partie de la réserve de Johannes Janssonius, elles ont déjà 100 ans, mais sont retravaillées.  

Après la mort de De Wit en 1706, sa femme Maria continue ses activités pendant quatre ans en imprimant et en éditant les cartes jusqu’en 1710. Cependant, comme le fils Franciscus De Wit est déjà un marchand de stocks prospère à cette époque et ne s’intéresse guère aux affaires de son père, il ne reprend pas la maison d’édition et, en 1710, Maria vend l’entreprise aux enchères.

Lors de la vente aux enchères, la plupart des plaques de l’atlas et une partie de la carte murale sont vendues à Pieter Mortier (1661–1711), géographe, graveur sur cuivre, imprimeur et éditeur d’Amsterdam. Après la mort de Mortier, son entreprise est finalement passée à la propriété de son fils, Cornelis Mortier et Johannes Covens I qui fondent Covens & Mortier le 20 novembre 1721. Covens & Mortier s’agrandit pour devenir l’une des plus grandes maisons d’édition de cartographie du XVIIIe siècle.

Lors de la vente aux enchères de 1710, les 27 planches de cartes de son atlas de la mer de 1675 sont vendues au vendeur d’imprimés d’Amsterdam Luis Renard, qui les publie sous son propre nom en 1715, puis les vend à Rennier et Joshua Ottens qui continuent à les publier jusqu’au milieu du XVIIIe siècle.

Une autre partie des cartes reviennent à Léonard Valck, qui agit au nom de son père Gerard Valck et au nom de Peter Schenk l’Ancien.

La plupart des bibliothèques de collections spéciales, des bibliothèques de cartes rares et des collections privées contiennent des copies des atlas et des cartes de De Wit. À ce jour, plus de 121 et des milliers de cartes en vrac ont été identifiées. Les bibliothèques qui en détiennent un nombre significatif sont la bibliothèque de l’université d’Amsterdam, la bibliothèque de l’université d’Utrecht, la bibliothèque de l’université de Leiden, la bibliothèque royale de Bruxelles, la bibliothèque de cartes d’Osher, la collection de cartes de Harvard, la bibliothèque de Beinecke de l’université de Yale, la bibliothèque du congrès, la Bayersche Staatsbibliothek, la Staatsbibliothek zu Berlin, Österreichische Nationalbibliothek, Herzog August Bibliothek Wolfenbüttel, Sächsische Landesbibliothek-Staats-und Universitätsbibliothek Dresden, Bibliothèque nationale de Hongrie et la collection léguée par William Dixson à la Bibliothèque d’État de Nouvelle-Galles du Sud. Le musée du Palazzo Rossi Poggi Marsili à Bologne possède une carte à l’origine de Frederik de Wit (Nova totvs terrarvm orbis tabvla), gravée localement par Carlo Scotti (graveur) .

 

https://en.wikipedia.org/wiki/Frederik_de_Wit

Harvard Map Collection, Harvard University

Images liées:

Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.