1641 – Tabula portuum Galliae, Werdenhagen – Arcachon

Imprimer cet article Imprimer cet article

Tabula portuum Galliae, Biscaiae, et Gallitiae, inter Heisant et Cap Finisteriae situorum. Appartient au volume XI de la collection Gaston d’Orléans contenant la description du royaume de France, partie III.

Extrait de Joannis Angelii a Werdenhagen J. C. C. In Respublicas Hanseaticas pars sexta, de necessaria utilitate et usu ejus foederis commodissimo agens, 1641. Éditeur : (Francofurti)

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53156781h/f1.item.r=%22Royaume%20de%20france%22

 

Johann Angelius (von) Werdenhagen, né le 1er août 1581 à Helmstedt, † le 26 décembre 1652 à Ratzeburg, est un philosophe, politologue et diplomate allemand.

Werdenhagen, qui vient d’une famille de classe moyenne, est inscrit comme enfant à l’Université de Helmstedt. En 1606, il se rend dans les universités d’Iéna, d’Altdorf et de Tübingen ainsi que d’Heidelberg et de Strasbourg. En 1607, il devient directeur à Salzwedel. Peu de temps après, il va à l’Université de Leipzig pendant trois ans en tant que maître de cour des jeunes nobles, en 1612, il est à l’Université de Gießen. Parallèlement, il est employé diplomatiquement par les ducs de Braunschweig comme envoyé, par exemple en 1611 à Strasbourg, en 1612 lors du couronnement de l’empereur Matthias, et envoyé en Saxe et au Danemark. En 1616, il devient professeur d’éthique à Helmstedt contre la résistance de l’université et de la faculté. La résistance contre lui est due à son humanisme religieusement rejeté. En 1618, il s’exécute et devient un syndic de la ville de Magdebourg, où il entre en conflit avec le chapitre de la cathédrale au sujet de l’équilibre qu’il préconise entre la ville et l’administrateur de l’archidiocèse Margrave Christian Wilhelm von Brandenburg. Il expose ses vues en 1622 sous le pseudonyme de Chilobert Jonas. Il sait régler les troubles du temps de basculement et de révolte à Magdebourg avec les citoyens en colère. En 1626, il entre au service de l’administrateur et le représente au Reichskreis de Basse-Saxe.

Après ne pas être accepté comme syndic dans la ville hanséatique d’Hambourg en 1627, il se retire aux Pays-Bas à l’Université de Leiden et à La Haye jusqu’en 1632 pour des études. Son histoire des villes hanséatiques De rebuspublicis Hanseaticis earumque nobili confederatione (2e édition 1641 à Francfort-sur-le-Main avec des illustrations de Matthäus Merian) a été écrite à Leiden en 1631. L’œuvre est particulièrement critiquée par son contemporain Hermann Conring. En raison de ses écrits chrétiens, dans lesquels il sympathise avec les enseignements et les connaissances de Jakob Böhme, il est accusé d’enthousiasme, voire d’athéisme, par l’orthodoxie luthérienne. Pour la publication de ces écrits, il utilise en partie le pseudonyme Angelus Marianus.

En 1632, il devient conseiller privé de l’archevêque de Brême, Johann Friedrich. Après sa mort en 1634, il revient au service de la ville de Magdebourg et du duc de Braunschweig-Lüneburg. En 1634, il devient conseiller secret après la mort du duc Friedrich Ulrich et représente diplomatiquement le duché de Braunschweig-Lüneburg. En 1637, il devient envoyé impérial dans les villes hanséatiques basées à Lübeck et élevé à la noblesse. Il décède à Ratzeburg lors d’une visite à sa fille Dorothée Sophie, qui est mariée en premières noces à Abraham Keyser (1603-1652) et vient juste d’être veuve ; elle épouse Franz Julius Chopius, directeur du bureau judiciaire de Güstrow.

https://de.m.wikipedia.org/wiki/Johann_Angelius_Werdenhagen

Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.