1641 Rivières de la France Nicolas Sanson – Leyra

    Imprimer cet article Imprimer cet article

Carte des rivières de la France curieusement recherchée par Nicolas Sanson,… (1600-1667). Cartographe ; bel exemple de carte gravée de Sanson
Carte figurant les rivières et les principaux bassins hydrographiques de la France, sur laquelle sont également signalés les ponts. Il s’agit de l’une des premières cartes de Sanson, dont la première édition fut publiée en 1634, deux ans après la carte des relais de postes. Republiée en 1737 par Robert de Vaugondy, les éditions du XVIIe siècle étant plus communes.
Reconnu comme le fondateur de la cartographie française, Nicolas Sanson quitte sa ville natale d’Abbeville pour Paris, où il rencontre Richelieu en 1627. Ce dernier, très impressionné par son œuvre cartographique, le présente au roi Louis XIII qui le nomme Géographe Ordinaire du Roi. Il est le premier, en France, à concevoir un atlas mondial et publie près de trois cents cartes. Contours aquarellés à l’époque.
Nicolas Sanson (1600-1667), parfois appelé Nicolas Sanson d’Abbeville ou Sanson d’Abbeville, est le plus important cartographe français du XVIIe siècle : Tooley appelle Sanson “le fondateur de l’école française de cartographie”. Sanson commence à faire des cartes à la fin des années 1620 et, dans les années 1630, il travaille avec Melchior Tavernier. Sanson travaille avec l’éditeur de presse Pierre Mariette (1), jusqu’en 1657, date à laquelle celui-ci décède. Le fils de Mariette, également Pierre, contribue à la publication des Cartes générales de toutes les parties du monde (1658).
Après la mort de Nicolas Sanson en 1667, son fils Guillaume exploite l’entreprise en partenariat avec Alexis Hubert Jaillot. Guillaume Sanson s’impose comme un cartographe français très important à part entière.
Alexis-Hubert Jaillot (vers 1632-1712) est l’un des cartographes français les plus importants du XVIIe siècle. Jaillot se rend à Paris avec son frère Simon, en 1657, dans l’espoir de profiter de l’appel de Louis XIV aux artistes et scientifiques de France pour s’installer et travailler à Paris. À l’origine sculpteur, il épouse la fille de Nicolas Berey (2) (1610 ?-1665), Jeanne Berey, en 1664, et s’associe avec les fils de Nicolas Sanson. À partir de 1669, il regrave et agrandit souvent de nombreuses cartes de Sanson, comblant le vide laissé par la destruction de l’imprimerie de Blaeu en 1672.
(1) – Éditeur et marchand d’estampes et de cartes géographiques. – Fils d’un bourgeois de Paris. Établi vers 1632, il épouse en premières noces en oct. 1633 Geneviève Le Noir (m. 1641), fille du libraire parisien Guillaume II Le Noir. On le dit âgé de 31 ans le 8 oct. 1634. Acquiert le fonds de Jean Messager en décembre 1637 et la majeure partie de celui de Melchior Tavernier en février 1644. Veuf le 29 mai 1641, Pierre I Mariette se remarie le 22 sept. 1641 avec Catherine Du Bray, fille du libraire Toussaint Du Bray. Revend son fonds moyennant 30 000 l. à son fils Pierre II Mariette (1634-1716), le 14 décembre 1657, peu avant son propre décès. Sépulture à Paris le 18 décembre 1657 ; inventaire après décès à partir du 16 janvier 1658. Sa veuve décède en mai 1658.
(2) – Enlumineur, éditeur et marchand d’estampes, en 1644, s’associa avec Antoine de Fer pour acheter les cuivres de Christophe Tassin, installé depuis 1644 au moins et jusqu’à sa mort sur le quai des Augustins.

Aimé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.