1576 – Fernão Vaz Dourado – Arcaxon, Arquaẍao, Arquaxam

Imprimer cet article Imprimer cet article

Fernão Vaz Dourado (c. 1520 Goa-c.1580 Goa) est un militaire et l’un des trois cartographes nés et formés dans l’État de l’Inde. Selon des sources documentaires, l’activité des cartographes portugais à l’est se situe entre 1530 et 1623. Dans ses Atlas de 1568 et 1580, l’auteur prétend être “fronteiro destas partes da Índia”. Fernão Vaz Dourado participe au deuxième siège de Diu, où il est brûlé avec d’autres hommes dans l’explosion de l’un des bastions de la place, recevant du vice-roi la miséricorde commune à tous ceux qui ont servi dans le siège d’une licence pour pouvoir aller au Bengale. Fernão Vaz Dourado a vécu et travaillé à Goa, capitale de l’État de l’Inde et siège du Patronage portugais à l’est, qui a été décrite dans le “Livre des villes et forteresses que la Couronne du Portugal possède dans certaines parties de l’Inde” comme une grande ville peuplée, avec des bâtiments somptueux, où les marchandises viennent de l’ouest et de l’est, et où les civilisations européenne, indienne, chinoise et japonaise et islamique se croisent.

Ses cartes-portulans appartiennent à une classe de chefs-d’œuvre cartographiques de la fin du XVIe siècle, reflétant la demande croissante d’ouvrages cartographiques de l’époque non seulement visuellement impressionnants, mais également suffisamment précis pour la navigation. Quand il s’agissait de cartographie de luxe ou d’apparat, tel que cet Atlas Universel, son procédé de construction semble devoir davantage aux règles de la peinture et, concrètement, de l’enluminure qu’à celles de la cartographie pratique. Le cartographe enlumineur aura plutôt été un enlumineur cartographe ou, ce qui est plus probable, nombreux auront été les artisans et artistes impliqués dans les phases distinctes de l’élaboration de ses cartes. Seule une école avec de l’expérience, des ateliers et des artistes en activité, aurait pu répondre à de telles commandes et produire de telles œuvres. L’Atlas Universel de Vaz Dourado contient une même structure narrative associée à l’intention de concevoir, d’ordonner et d’expliquer le monde, en le rendant intelligible à travers un langage graphique et visuel codifié et fixe. Ce serait ainsi une erreur de réduire la beauté intrinsèque de cet ouvrage à un rôle purement décoratif : au contraire, la mise en page, le choix des couleurs et des éléments iconographiques donnent naissance à une sémiotique visuelle, qui permet au cartographe de développer avec précision et clarté le discours géographique et cosmographique.

Cinq atlas (1568-1580) sont connus et un autre lui est attribué. Deux d’entre eux ont été fabriqués à Goa, deux autres, très probablement aussi, et un autre, peut-être, à Lisbonne :

1568 – 20 feuilles manuscrites sur parchemin, dédiées à D. Luís de Ataíde (Biblioteca Nacional, Madrid) ; contient les premières cartes à grande échelle de Ceylan (Sri Lanka) et du Japon, qui attirent l’attention des cartographes du Nord d’Europe, en particulier Jan Jurgen van Linschoten et Ortelius, et avec eux gagnent en publicité et sont intégrés dans des versions manuscrites ou imprimées ultérieures.

1570 – 20 feuilles manuscrites sur parchemin (Huntington Library, Saint-Marin, États-Unis)

1571 – 20 feuilles manuscrites sur parchemin, dont 2 (le frontispice et la Méditerranée orientale) sont volées en 1851 (Torre do Tombo, Lisbonne). Il est possible de déduire, par des références héraldiques indirectes à la famille Costa, que cet Atlas a été offert à D. Francisco da Costa (1532-33, 1591) qui a été nommé capitaine de Malacca en 1564. Il n’a assumé le poste qu’en 1571, pendant trois ans, et fut capitaine général et gouverneur de l’Algarve jusqu’en 1579. Il est probable que la proximité de D. Francisco da Costa avec le vice-roi de l’Inde de l’époque D. Afonso de Noronha, à qui Fernão Vaz Dourado dédia un autre atlas de 1568, suggèrent que la commande de l’Atlas 1571 a été faite par D. Francisco da Costa.

1575 – 21 feuilles manuscrites sur parchemin (British Museum, Londres)

  1. 1576 – 20 feuilles manuscrites sur parchemin (anonyme, attribué à Fernão Vaz Dourado, Biblioteca Nacional de Portugal, Lisbonne)

1580 – 20 feuilles manuscrites sur parchemin (Biblioteca Nacional de Portugal, Lisbonne)

 

L’atlas présenté ici, de 1576 environ, contient 17 cartes enluminées, des tables de déclinaison et des règles cosmographiques. Il inclut des cartes de la pointe sud de l’Amérique du Sud et du détroit de Magellan, des Caraïbes et des régions voisines de l’Amérique du Nord et du Sud, de la côte atlantique des actuels Canada (Labrador) et États-Unis, de la Scandinavie, des îles britanniques et de la mer Baltique, de l’Europe, de l’est de la Méditerranée, de l’Afrique de l’Ouest, de l’Afrique du Sud, du Brésil, de l’île de Madagascar et du Mozambique voisin, de l’Afrique de l’Est, de la péninsule arabique et de l’Inde, de la Chine et de l’Asie du Sud-Est, ainsi que de la Basse-Californie et de la côte pacifique du Mexique.

Arquaẍao

Les noms de lieux sont indiqués en latin. L’atlas fut conservé dans les collections royales du Palácio das Necessidades à Lisbonne. Les rois dom Luís et dom Carlos commandèrent tous deux des esquisses et des reproductions des cartes. L’atlas appartint à un certain « Cavalheiro Ferron » (ca 1843), membre de la Société de géographie, puis à João Martens Ferrão de Castelo Branco (après 1847) puis entre dans les collections de la Bibliothèque nationale du Portugal après 1910.

1580 Atlas de l’Ancien et du Nouveau Monde

arcaxam

Belle carte de l’Europe tirée de «l’Atlas avec des cartes Portolan (cartes de navigation) de l’ancien monde et du nouveau monde».

Cet atlas se compose de 16 doubles feuilles en fin parchemin blanc, reliées en cuir marocain rouge de grande valeur (en peau de chèvre fine) avec des ornements en or de style oriental. Il appartient à une classe de chefs-d’œuvre cartographiques de la fin du XVIe siècle, qui reflètent la demande croissante de la période pour des œuvres cartographiques à la fois impressionnantes visuellement et utiles pour la navigation pratique. L’atlas est commandé par la couronne portugaise et produit à Goa, en Inde, où Dourado passe ses dernières années.

La portée géographique de l’atlas s’étend de l’Amérique du Sud à l’empire perse, en Chine (où Canton est nommé), à Java et en Nouvelle-Guinée et en Amérique du Nord. Les graphiques sont remarquables pour leur richesse narrative.

arcaxam

Dans les régions affichées, les autochtones sont représentés sans vêtements, avec des attributs considérés comme typiques, alors qu’ils sont occupés à chasser, à cueillir de la nourriture ou à mener d’autres activités représentatives de leurs pays respectifs tels que décrits dans les œuvres littéraires occidentales. Les conquérants, en revanche, apparaissent à cheval, portant des chapeaux et des uniformes. La carte de l’Afrique contient ce qui est probablement une allusion picturale à la bataille entre les Portugais et les Maures près de Ksar el-Kebir (Alcazarquivir, Maroc) en 1578 : les deux cavaliers vêtus de costumes caractéristiques et portant des bannières peuvent représenter les principaux protagonistes de la bataille, le roi Sebastião I du Portugal et le sultan Abd Al-Malik du Maroc coiffé d’un turban. L’atlas a été transféré de l’abbaye de Polling (Haute-Bavière), lors de sa dissolution en 1803, à la bibliothèque de la Cour de Munich, qui est devenue la bibliothèque d’État de Bavière (Bayerische Staatsbibliothek[1], bibliothèque centrale du Land de Bavière), où il est depuis.

https://www.wdl.org/fr/item/14159/

https://digitarq.arquivos.pt/details?id=4162624

https://www.reddit.com/r/MapPorn/comments/4nq0e8/beautiful_map_of_europe_from_the_atlas_with/

Pour feuilleter l’atlas

https://www.wdl.org/fr/item/8918/view/1/43/

https://www.reddit.com/r/MapPorn/comments/4nq0e8/beautiful_map_of_europe_from_the_atlas_with/

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/1b/Europa%2C_Atlas_Universal_de_Fern%C3%A3o_Vaz_Dourado

https://www.wdl.org/fr/item/8918/

Pour en savoir plus https://docs.moleiro.com/Atlas_Mapas_14.pdf

https://www.abebooks.fr/servlet/SearchResults?an=jo%E3o%20carlos%20garcia%20am%E9lia%20pol%F3nia&cm_sp=det-_-bdp-_-author

 

[1] – Avec 380 000 cartes et plans, c’est une des cinq plus importantes collections d’Europe.

Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.