1573 – Teixeira – Arcaxaō, Arcaxon, Arcaxom, Arcason

Imprimer cet article Imprimer cet article

La famille des cartographes portugais Teixeira, dont l’activité s’étend du milieu du XVIe siècle à la fin du XVIIIe siècle, commence avec Pero Fernandes Teixeira, puis ses fils Domingos Teixeira et Luis Teixeira, les fils de ce dernier, João Teixeira Albernaz l’Ancien et Pedro Teixeira Albernaz, entre autres.

Planisphère nautique du Domingos Teixeira, manuscrit enluminé sur parchemin (50 x 100 cm), BNF, Cartes et Plans, SH Arch. N°3 fait en 1573, sous le règne de Sebastian du Portugal. Conservé à la Bibliothèque nationale de France.

Entre S. Mar(ia) (Soulac) et Baion… il n’indique que trois écueils au large d’Arcachon !

Ce planisphère est une des premières représentations complètes du monde. Au centre de la carte figure la ligne imaginaire du traité de Tordesillas (1494), qui fixe la limite entre les possessions coloniales espagnoles et portugaises. En 1529, après le voyage de Magellan, la conférence de Badajoz attribue les Moluques au Portugal : le méridien qui marque cette décision figure sur les deux côtés de la carte, muni lui aussi d’échelles de latitude. Ceci a pour effet de bien montrer le découpage du Monde à parts égales entre Espagnols et Portugais, dont les blasons respectifs ornent les terres conquises. La mer est sillonnée de bâtiments portugais, qui confirment l’origine de la carte.

Il est l’une des premières cartes du monde complet montrant les routes des épices, à la fois la voie portugaise de Vasco da Gama, suivant la route à l’est et la route espagnole vers l’ouest, découverte par Ferdinand Magellan en 1520.

Les lignes de rhumb sont centrées sur deux points focaux ; chaque point de focalisation a un cercle externe implicite. Les deux cercles combinés couvrent la majeure partie de la carte. La circonférence de chaque cercle externe est ponctuée de seize roses de vents équidistantes de 32 points. Parfois une rose de vents est minutieusement dessinée, parfois, on observe simplement la convergence de lignes quand le dessin de la rose risquerait de cacher les détails des côtes. Les cercles externes occidentaux et orientaux sont tangents entre eux. Ce point de contact est matérialisé par une rose des vents au centre de l’Afrique. La carte comporte également plusieurs échelles en barre, dispersées, qui permettent de mesurer les distances.

Luis Teixeira, mathématicien et cartographe, est examiné par le cosmographe en chef Pedro Nunes et Jorge Reinel, et reçoit l’agrément le 18 octobre 1564 comme cartographe et fabricant d’astrolabes, de boussoles, et « capable d’établir des règles de mesures de hauteurs et de déclinaison du Soleil » (regimentos d’altura e declinaçao do sol) ; il est alors cosmographe du royaume de Portugal, en activité entre 1564 et 1613. On lui attribue 15 cartes. Il se rend au Brésil entre 1573 et 1578, durant le gouvernement général de Luis de Brito e Almeida, pour faire un relevé des côtes de ce pays. Il entretient des relations suivies avec des cartographes néerlandais comme Jodocus Hondius et Abraham Ortelius, géographe du roi Philippe II d’Espagne, avec lequel il est en contact depuis 1582.

Luís Teixeira enseigne son fils Joâo Teixeira Albernaz l’Ancien (1602-1648) et son neveu Pedro de Lemos (petit-fils de Pero Fernandes (1558) ; i1 succéda à Sebastiao Lopes comme cartographe de la Casa da India) ; on remarque aussi son autre fils Pedro Teixeira Albernaz, entre autre.

Luís Teixeira entretient des relations suivies avec des cartographes néerlandais comme Jodocus Hondius et Abraham Ortelius, avec lequel il est en contact depuis 1582 (Ortelius est en 1575 géographe du roi Philippe II d’Espagne). Dans une lettre datée du 2 février 1592, Teixeira envoie à Ortelius deux pièces avec des descriptions de la Chine et du Japon : Luís Teixeira a peut être des jésuites pour informateurs, bien qu’il n’y ait aucune preuve. Sur la base de ces données Ortelius a produit une carte représentant la Corée comme une île et le Japon qu’il appelle Iaponiae insulae Descriptio. C’est la première carte isolée du Japon, et utilisée par les Européens comme carte par défaut du Japon jusqu’en 1655, avant la carte de Martino Martini. La carte du Japon et de la Corée sera utilisée dans l’atlas Theatrum Orbis Terrarum, en 1595.

1600 AD Carte nautique de la mer Méditerranée, Luís Teixeira

Ca 1600 – Carte nautique de la région méditerranéenne, y compris l’Europe avec les îles britanniques et une partie de la Scandinavie. Numéro d’appel: HM 1549 LUÍS TEIXEIRA, PORTOLAN CHART. Lisbonne, ca. 1600 Inscrit sur un parchemin « Por Luis Te [ixe] ira em Lix [bo] a ».

 

arcaxaō

Cette carte montre, en détail, le Nord du Maroc et la côte méditerranéenne européenne. Le Nord de l’Afrique est ponctué par diverses roses des vents. La toponymie constitue un autre élément de valeur car elle y est assez détaillée. La carte montre aussi des boucliers ou des bannières héraldiques d’un certain nombre de royaumes, y compris l’Écosse (d’azur à sautoir de gueules) et l’Angleterre (d’argent à croix de gueules).

Carte vendue en 1867 par Henry Stevens (1791-1867) à Henry Huth (1815-78), The Huth Library (1880), pt. 4, 1171. Vente d’Alfred Henry Huth (1850-1910), Sotheby’s, 11 juillet 1917, pt. VI, n. 5914 à GD Smith pour Henry E. Huntington.

João Teixeira (également connu sous le nom de João Teixeira Albernaz I, pour le différencier de son petit-fils homonyme 1622-1681), est né à Lisbonne peut-être au début du dernier quart du XVIe siècle ; il apprend la cartographie avec son père Luiz Teixeira. Examiné par Baptista Lavanha et par Francisco Luiz (mestre examinado na sciencia arte) il reçoit le 29 octobre 1602, la lettre du métier de maître dans la réalisation de « cartes marines, astrolabes, boussoles et balestilhas

(bâton de Jacob, également appelé arbalestrille ou arbalète) ». João Teixeira est nommé cartographe de la Casa da India en 1603 et, comme son père, est cosmographe de la cour ; à partir de 1605 il travaille à l’entrepôt de Guinée et d’Inde, où il reste jusqu’à la fin de sa vie (décédé à une date qui pourrait se situer peu après 1652).

  1. Teixeira, héritier de la tradition de son père lequel avec d’autres tels Bartolomeo Lasso, Diogo Homem, Bartolomeu Velho, Sebastiào Lopes, Lâzaro Luis et Fernào Vaz Dourado, forme une brillante pléiade de cartographes portugais au XVIe siècle (Guedes 1997).

1640 Atlas nautique du monde João Teixeira

Cette carte tirée de l’Atlas nautique du monde – dit Atlas de la Duchesse de Berry – est attribuée à João Teixeira Albernaz.

Arcaxon

Ses coloris, le détail dans la représentation de la côte africaine et les diverses roses des vents y existantes l’enrichissent de façon particulière. Le dessin d’un méridien gradué constitue un élément technique important.

 

1640 Carte portugaise des océans du globe attribuée à Joao Teixeira Albernaz I

Arcason

1643 Atlas nautique du monde João Teixeira Albernaz I

Cet atlas est composé de huit cartes sur des feuilles de parchemin :

– Atlantique Nord avec Europe occidentale, Afrique du Nord-Ouest et Terre-Neuve.

– Atlantique Sud avec les côtes d’Afrique et du Brésil.

– sud-ouest de l’océan Indien avec l’Afrique de l’Est, Madagascar, l’Inde du Sud, Ceylan et Samatra Nord.

– Proche et Moyen-Orient avec la Méditerranée orientale et l’océan Indien Nord.

– Asie du Sud-Est et Extrême-Orient, avec les côtes du golfe du Bengale au Japon.

– Pacifique Nord de la Nouvelle-Guinée et du Japon au Mexique.

– Amérique du Sud avec des terres au sud de l’Équateur, sans la partie orientale de la côte du Brésil.

– Atlantique Nord avec les côtes américaines de Terra Nova au Brésil, au-delà de Maranhão, avec les îles et les côtes de l’Amérique centrale occidentale.

Arcaxom

Cet atlas présente des éléments iconographiques : des roses des vents, des châteaux avec des drapeaux, des armes du roi du Portugal et d’autres rois, pour marquer la possession de territoires, une croix à côté de laquelle est un chrétien en prière au Congo, et une tente marquant le royaume de John Payez, en Éthiopie.

En février 2005, les Archives nationales Torre de Tombo achètent cet atlas aux héritiers de José Caetano Salema Garção.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lu%C3%ADs_Teixeira

https://press.uchicago.edu/books/HOC/HOC_V3_Pt1/HOC_VOLUME3_Part1_chapter38.pdf

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lu%C3%ADs_Teixeira

https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Nautical_Chart_of_the_Mediterranean_Sea.jpg

https://www.alamyimages.fr/anglais-carte-nautique-de-la-region-mediterraneenne-y-compris-l-europe-avec-des-iles-britanniques-et-une-partie-de-la-scandinavie-numero-d-appel-hm-1549-luis-teixeira-…

https://www.uc.pt/fluc/coimbra-marrakech/fontes/iconograficas/catalogue

https://digitarq.arquivos.pt/details?id=4162627

https://archive.org/stream/leslgendesalle00bens/leslgendesalle00bens_djvu.txt

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b59011180/f8.item.r=atlas%20Mary

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b59011180/f8.item.r=Atlas%20de%20la%20Duchesse%20de%20Berry

https://www.uc.pt/fluc/coimbra-marrakech/fontes/iconograficas/catalogue

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53028106n.r=teixeira?rk=944210;4

Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.