1570 – Atlas portulan, Joan Martines – Arcasoni, Arcaxoni

Imprimer cet article Imprimer cet article

 

Joan Martines est un cartographe et cosmographe italien (son origine est incertaine : peut-être catalan, majorquin, portugais ou juif, allez savoir !) La première carte signée de lui date de 1556 ; il l’a réalisée à Messine où il travaille au moins jusqu’en 1587. En 1588, il est nommé « Cosmógrafo Real » par Philippe II roi d’Espagne, de Naples et de Sicile ; Joan Martines déménage alors à Naples pour remplacer le défunt Domenico Vigliarolo. Joan Martines meurt probablement en 1591 et il ne semble pas qu’il ait été remplacé dans sa position de cosmographe royal.

Carte datée de 1570

arcasoni

Joan Martines réalise des portulans du bassin méditerranéen et des atlas géographiques (dont le premier connu est réalisé en 1562), qui ont comme référence, entre autres, l’œuvre de Giacomo Gastaldi. Dans ses cartes de l’Atlantique sont rapportées, comme l’ont fait de nombreux cartographes contemporains et ultérieurs, les îles inexistantes de Frisland et l’Île de Brasil.

Atlas nautique d’une partie de l’Océan Atlantique et de la Mer Méditerranée, Martines, Joan (1556-1590). Date d’édition : 1580-1589

arcaxoni

Atlas nautique du monde composé de sept cartes manuscrites sur vélin] / [signé] Joan Martines 1556-1590) en Messina, anny 1582

arcaxoni

Ce somptueux portulan est le premier d’un atlas nautique du monde composé de sept cartes manuscrites enluminées datant de 1582. Ce sont les seules cartes marines vraiment attestées de ce cartographe et cosmographe italien qui travaille pour Philippe II.

Tout en s’appuyant sur la tradition de l’École de cartographie de Majorque, spécialisée dans les cartes-portulans décoratives, Joan Martines s’inspire aussi des principes de l’école cartographique des Pays-Bas, fondés quant à eux surtout sur les découvertes de la Renaissance afin de produire des cartes contenant davantage d’informations que les portulans traditionnels. Il intègre ainsi à son atlas les connaissances les plus récentes en géographie, en astronomie et en mathématiques. Les toponymes sont scrupuleusement inscrits à l’intérieur des côtes, de façon perpendiculaire, conformément aux codes de l’époque. La carte à plat peut ainsi être lue dans plusieurs sens. En déployant sur tout le parchemin son réseau de lignes de rhumb rouges, vertes et noires, qui correspondent aux directions de la boussole, rayonnent à partir de six roses des vents enluminées et rehaussées d’or ; ce système graphique permet aux marins de s’orienter le plus précisément possible – ils peuvent reporter les distances qu’ils estiment avoir parcourues directement sur la carte – tout en contribuant à l’esthétique cartographique. Ces lignes sillonnent des terres peuplées d’animaux fabuleux et de cités colorées.

Atlas nautique du monde composé de sept cartes manuscrites sur vélin, [signé] Joan Martines en Messina, any 1583. Cartographe (1556-1590).

arcaxoni

Atlas de 1587 dédié au roi Philippe II. Il est composé de 19 cartes à double folio, de six cartes marines, de onze cartes régionales et de deux cartes du monde luxueusement illuminées en gouache en couleurs, avec des pains d’or et d’argent. Les cartes remplissent chacunes deux pages respectivement, que les dessins occupent presque entièrement. Celles-ci sont bordées de cadres de différentes couleurs. Cet atlas représente la synthèse de deux des courants cartographiques qui coexistent à cette époque : celui traditionnel de l’école majorquine et l’école cartographique des Pays-Bas, typique de la mentalité de la Renaissance.

La première carte indique : « Joan Martines à Messine Année 1587 ». Grandes roses des vents à 16 et 32 directions.

 

arcaxoni

Les noms d’emplacements respectifs sont écrits en caractères gothiques à l’encre rouge ou noire. Les éléments particulièrement charmants incluent les petits navires qui naviguent sur les mers ou les architectures conçues avec amour au-dessus des noms de ville. Ces détails fins correspondent à un jeu de couleurs tout à fait brillant, qui est encore renforcé par l’application d’or et d’argent.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Joan_Martines

Atlas portulan conservé à la Bibliothèque nationale d’Espagne.

http://www.omnia.ie/index.php?navigation_function=2&navigation_item=%2F2022717%2Fbnesearch_detalle_bdh0000000796&repid=1

http://bdh-rd.bne.es/viewer.vm?id=0000000796&page=1 https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53103904q/f3.item

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b5901113x/f15.highres

https://www.lessaintsperes.fr/fr/86-atlas-nautique-du-monde-9791095457596.html

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b5901113x/f15.item.r=Atlas%20nautique%20de%20la%20Mer%20M%C3%A9diterran%C3%A9e%20et%20de%20l’Oc%C3%A9an%20Atlantique%20nord-est

http://www.bne.es/es/Micrositios/Guias/12Octubre/MapasAmerica/GaleriaMapas/DetalleImagen2.html

https://www.ziereisfacsimiles.com/atlas-de-joan-martines

Voir aussi « Manuscript Maps, Charts, and Plans, and Topographical Drawings in the British Museum », 1844

https://books.google.fr/books?id=EvmziPYwmkAC&pg=PA30&lpg=PA30&dq=%22Joan+Martines%22&source=bl&ots=-8uoCxsS33&sig=ACfU3U1POBfdj4CbHRQU4QF02_WR2VM6Yw&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwiUuOjerd3nAhXWCWMBHabkBTQ4WhDoATABegQIChAB#v=onepage&q=%22Joan%20Martines%22&f=false

Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.