1569 – Paolo Forlani (ou Furlani) Veronese- Arcaxam

Imprimer cet article Imprimer cet article

Le portulan de 1569 est la première carte maritime gravée et imprimée sur une plaque de cuivre. Représentant en théorie la région méditerranéenne, la carte s’étend vers l’ouest jusqu’à l’Irlande et vers le nord jusqu’à la Russie et la Mer Noire (indiquée sous le nom de Mare Maggiore).

arcaxam

Quant au style de gravure de Forlani, il est difficile de fournir des règles strictes et rapides, mais il utilise un ”g” minuscule très caractéristique, dans lequel la queue du ”g” remonte jusqu’au corps principal de la lettre, et cela reste assez constant tout au long de sa carrière, bien que son style change ; Forlani aime également inclure dans ses cartes des roses des vents minutieusement gravées.

Une autre caractéristique est la dédicace très longue et très servile à des individus particuliers, souvent de Vérone, sa ville natale. À titre d’exemple, la dédicace sur la carte de Forlani du territoire de Vérone[1], qui comprend l’empreinte, est de plus de 400 cents mots, tandis que la dédicace sur sa carte du monde d’environ 1563 ne compte que 318 mots. Alors que des dédicaces peuvent être trouvées sur d’autres cartes italiennes de l’époque – Gastaldi a parfois consacré ses cartes – Forlani se démarque vraiment de ses contemporains à cet égard. Parmi les auteurs desquels il puise ses gravures, le Néerlandais Jacob van Deventer (Hollande 1566) et Girolamo Bellarmato (Toscane 1563).

Il y a deux écoles de cartographie à la fin du XVIe siècle : l’aînée, l’école majorquine, est spécialisée avant tout dans les cartes portugaises décoratives : avec les noms des ports, elles sont déjà obsolètes à cette époque en ce qui concerne les informations géographiques qu’elles véhiculent. Au contraire, la plus jeune école hollandaise applique les principes de la Renaissance afin de produire des cartes contenant des informations nautiques telles que les points de repère, les phares, les marées et les conditions du port.

Paolo Forlani est actif à Venise entre 1560 et 1574 en tant que marchand d’estampes et gravures, en particulier de cartes, vues et plantes ; ses gravures, principalement géographiques, sont publiées par les principaux éditeurs et imprimeurs vénitiens. Les dédicaces figurant sur les tirages nous informent sur son activité commerciale et permettent de vérifier l’existence de sa propre boutique pour le commerce de gravures. Ses premières œuvres connues remontent à environ 1560, et parmi elles : un Globe (10 cm de diamètre) dans lequel Forlani se souvient de “Giacomo gastaldo rare cosmographer” qui “il y a quelques mois m’a donné un dessin ou une description universelle de la terre entière”. La collaboration de Forlani avec Giacomo Gastaldi est importante puisqu’il grave 13 cartes. De 1560 à 1564, il semble avoir travaillé pour Giovanni Francesco Camocio qui se signe comme propriétaire des succursales “aereis formis”. Doté d’une capacité technique considérable et d’une rapidité dans la réalisation des gravures, Forlani collabore en même temps avec d’autres imprimeurs et imprimeurs vénitiens : vers 1562 avec Ferrando Bertelli, faisant de plus en plus de travail pour lui. Au cours de la période 1565 et 1566, il produit un certain nombre d’articles pour Bolognini Zaltieri de Venise pour qui il grave “Il Gran Consiglio”, l’une des rares images figuratives où est représentée la réunion du Grand Conseil de la République de Venise, tenue au Palais des Doges le 8 juillet 1566. En 1570 et 1571, Forlani entretient une relation commerciale avec Claudio Duchetti, éditeur romain, pour qui il grave des cartes – bien que ces dernières soient presque toutes non signées – dont l’Europe avec la Méditerranée, un planisphère, l’île de Crète, la Morée et Rhodes. Une explication possible de toutes ces collaborations serait que Forlani soit relativement pauvre et qu’il a besoin d’un sponsor pour financer ses propres publications. Tous ces cartographes sont membres de l’école Lafreri[2].

L’œuvre la plus importante du graveur est la première collection organique de cartographie urbaine imprimée en Italie, avec des gravures datées de 1566 et 1567 intitulées « La première des villes et principales forteresses du monde », publiées en 1567 et vendues dans sa boutique « sous le signe de la colonne » : dans une demande au conseil municipal, datée du 7 juin 1566, Forlani sollicite l’autorisation d’installer une enseigne « al segno della colonna » (au signe de la colonne) dans le quartier Merzaria[3] (Mercerie) de Venise, tandis qu’à partir de 1569, il dédicace ses cartes « In merceria alla libreria dalla nave ».

 Concernant l’œuvre dédiée à Alfonso dal Corno, fonctionnaire du duc de Ferrare, la seule collection complète de ce volume est conservée à l’Osterreichische Nationalbibliothek et se compose de 32 vues et vues urbaines (21x29cm). Forlani n’a jamais publié la deuxième partie car il a livré les plaques qui ont été utilisées, la même année, par Domenico Zenoi dans une collection sans titre d’images urbaines, et par Bolognino Zaltieri, en 1569, dans le volume « Le premier livre des villes et principales forteresses du monde », édité par Giulio Ballino.

Après 1574, nous perdons la trace de Paolo Forlani ; il est probablement mort lors de la peste qui a frappé Venise entre 1575 et 1576. Le planisphère de 1581, l’Allemagne de 1583 et le golfe de Venise de 1585 sont des éditions tardives imprimées par les propriétaires successifs des plaques.

https://www.mapforum.com/11/forlani.htm

http://www.antiquarius-sb.com/Details_c.asp?ID=12810

https://www.wdl.org/es/item/6765/

https://www.wdl.org/fr/item/6765/#additional_subjects=Portolan+charts

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55000478p/f1.item.r=Paolo%20Forlani.zoom

Lire https://www.myoldmaps.com/renaissance-maps-1490-1800/398-forlani.pdf

[1]

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530427269.r=V%C3%A9rone%20forlani?rk=42918;4

[2] – L’école de Lafreri est le terme générique fréquemment appliqué – faute d’un terme plus précis – au groupe vague de cartographes, graveurs et éditeurs italiens travaillant à Venise et à Rome d’environ 1540 à environ 1580 (avec certaines de leurs plaques d’impression utilisées jusqu’au XVIIe siècle).

[3] – Quartier très commerçant entre Rialto et San Marco, beaucoup de magasins « attrape-touristes », des vendeurs de masques à tire-larigot…

Raphaël

Un commentaire

  1. SVP , your chart is in colour. The BnF is B&W but the NMM greenwich is coloured and has the Red Sea appended also.
    Please inform me of where this coloured version was found, thanks Michael Ferrar

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.