1559 – Mateus Prunés ou Pruners – arcaxoni, arcaxam, carcaxonia

Imprimer cet article Imprimer cet article

Mateus Prunés 1532-1594, membre dirigeant d’une famille de cartographes Mallorcains ; les Prunes est la seule famille de cartographes majorquins (de Palma de Majorque) à la fin du XVIsiècle qui n’émigre en Italie, mais reste à Majorque en faisant des cartes et des atlas de navigation de la Méditerranée et des côtes atlantiques d’Europe et d’Afrique. Les principaux membres de la famille sont Matthieu, dont 12 cartes marines et un atlas dessiné entre 1553 et 1594 sont conservés, Vicente, qui a fait deux atlas, l’un daté de 1597 et l’autre en 1600, Miquel et Joan Bautista, qui a encore dessiné des cartes jusqu’en 1649, ainsi que Piero Ioan Prunés qui, en 1625, reçoit la moitié des modèles de portulans de son père Vicente[1]. Leurs œuvres sont répertoriées dans La cartografia Mallorquina, Julio Rey Pasor et Ernesto Garcia Camarero, 1960

Carte marine de la Méditerranée, de la mer Noire et des côtes de l’Europe occidentale et de l’Afrique du nord-ouest ; disponible également sur le site Web de la Bibliothèque du Congrès (Library of Congress Geography and Map Division Washington, D.C. 20540-4650 USA).

L’auteur et la date de cette carte figurent dans l’inscription trouvée près de la bordure gauche : “Mateus Prunes in ciuitate Majorica, anno 1559.” Ce portolan est exécuté sur un seul morceau de vélin (19 par 32 inches / 66 x 97 cm) et est richement orné de miniatures de la Vierge, des saints, des anges, des rois, des châteaux, des vues des villes et des forts ;

arcaxoni

il contient également de nombreux noms de lieux et toutes les caractéristiques que l’on trouve généralement dans des œuvres similaires. Titre conçu par le catalogueur. Titres catalans pour les illustrations. Déclaration de responsabilité en latin. Orienté au nord (à droite). Contient 5 roses des vents. Plume, encre et gouache. Comprend 2 échelles à barres dans des unités non identifiées et de nombreuses illustrations.

En tant que document géographique de la seconde moitié du XVIe siècle, il est d’une importance considérable et constitue un ajout précieux à la collection de trésors cartographiques conservés dans cette division. On sait que d’autres portolans de ce cartographe majorquin existent ; ceux qui ont heureusement été trouvés dans les bibliothèques européennes se trouvent décrits dans les travaux de Nordenskiold, Kretschmer, Uzielli et d’autres étudiants bien connus de la cartographie ancienne.

L’original de 1563, signé Prunes sur la partie ouest  près de ce qui est le cou de l’animal. Sous sa signature se trouve une image de la Vierge Marie, un élément commun des cartes majorquines ;

arcaxam

deux grands dessins de navires et une partie des îles Canaries, est omise dans la copie. Il a conservé les éléments décoratifs caractéristiques du style majorquin de fabrication de cartes, comme on le voit en particulier dans les drapeaux ondulés, les roses des vents élaborées et les paysages urbains reconnaissables, tels Barcelone, Gênes et Venise. Une mer Rouge de la couleur de son nom (fanée mais visible) et un Nil qui s’étend plus loin dans l’intérieur que n’importe quel autre fleuve, également typiques des cartes marines des siècles précédents. Cet exemplaire sert désormais de document historique fascinant à part entière, lié à l’héritage de l’objet auquel il ressemble et aux circonstances de sa propre copie trois siècles plus tard.

Il est impossible de préciser la date exacte à laquelle la copie a été faite, mais l’écriture manuscrite au verso indique quelque temps avant 1850. Cela coïncide avec les efforts concertés des gouvernements espagnol et français pour copier des cartes rares dans leurs différents dépôts. Cependant, certains mystères demeurent. Par exemple, certaines des villes de Prunes en Asie Mineure, dans le sud de la France et dans le sud de l’Espagne semblent avoir été partiellement supprimées du graphique ; pour quelle raison nous ne savons pas. Il y a aussi des signes d’un cachet institutionnel et au moins deux autres timbres, indiquant que cette carte a traversé plusieurs mains au cours de ses 200 ans d’existence.

Carte de l’Océan Atlantique Nord-Est, de la Mer Méditerranée, de la Mer Noire et d’une partie de la Mer Rouge] / Matheus Prunes in civitate majoricaru[m] anno 1586

Carcaxonia

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b5906265j/f1.item.r=prun%C3%A9s

https://elgranerocomun.net/IMG/pdf/Cartografia_Mallorquina_JRP_EGC.pdf

http://hdl.loc.gov/loc.gmd/g5672m.ct002457

https://www.loc.gov/item/2014588812/

https://books.google.fr/books?id=2SLLippHEKcC&pg=PA176&lpg=PA176&dq=%22mateus+prunes%22&source=bl&ots=MGDJBBQowy&sig=ACfU3U3z57RuQXjmrlQtxCOpDPYgqztwbw&hl=fr&sa=X&ved=2ahUKEwiG-KWBusHnAhWux4UKHUxhBWsQ6AEwBnoECAoQAQ#v=onepage&q=%22mateus%20prunes%22&f=false

voir https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b5906265j/f1.item.r=prunes

https://www.raremaps.com/gallery/detail/46947/manuscript-portolan-chart-of-the-mediterranean-prunes

[1] – « Les cartes portolanes medievals, una gloria catalana ? », Vicenc M. Rosselló i Verger, Treballs de la Societat Catalana de Geografia, .52, 2001

http://www.mcnbiografias.com/app-bio/do/show?key=prunes

Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.