XIVe siècle – Possessions des Hospitaliers et des Templiers

  Imprimer cet article Imprimer cet article

Carte de la Gironde, avec reproduction des villes, châteaux, etc., et autres possessions des Hospitaliers et Templiers du XIIe au XVIIIe siècle, 10 janvier 1866 / Signé de Marquessac

Les Templiers possédaient, dans les solitudes de la Grande-Lande, et à proximité de la mer, le petit établissement Le Temple près de Sautuges de peu d’importance, qui, était membre de la Maison du Temple de Bordeaux.

Les dépendances du Temple de Bordeaux étaient très nombreuses, soit dans le Bordelais, soit dans les contrées limitrophes. Diminué dans le principe par la création de la commanderie d’Arceins, leur nombre s’accrût peu à peu dans la suite par la suppression de plusieurs petites circonscriptions qui vinrent se fondre successivement dans leur importante voisine. Ses principaux membres étaient : Le Vigean, Blanquefort, Eysines, Martignas, Salles, Billos, Cunctis (peut-être un des quartier de Bordeaux où il fut construit une église au XIVe et XVe siècle), Parentis, la Grave d’Ambarès, Arbeyre, avec son annexe Saint-Pierre-de-Vaux, Cadarsac, la Lande, Pomeyrols et Chalauze près de Libourne ; Marcenays, Queynac, Mayrigne, dans le Fronsadois ; Salebruneau, Puch, Mauriac, Frontenac, Buch, Saint-Léger, en Bazadais ; Benon en Médoc et ses dépendances La Grayanès, Pellecahut, Saint-Germain d’Esteuil, Mingot, Marcithan, Castelnau-de-Médoc, Saint-Sauveur, Vertheuil, etc.

À Sautuges, les chevaliers du Temple n’avaient que la seigneurie spirituelle de la paroisse, la perception des dîmes, etc., la juridiction de cette localité appartenant au seigneur des Arretz.

Le Grand-Prieur de Toulouse, P. de Raffin, ayant prononcé la réunion à la commanderie de « Cazalis » des membres de « Cunctis » et « Parentis », « Saint-Geniez » et « Billos », qui dépendaient jusqu’alors de celle de Bordeaux, le commandeur de cette dernière, Guyot de Montarnal, réclama énergiquement la restitution de cette partie de ses domaines. Le Grand-Prieur, Pons de Maleville, transigea avec lui et, pour calmer son mécontentement, consentit à lui rendre les membres enlevés à sa commanderie, et, accorda en échange à son compétiteur « Asques » et « Barbefère », qui avaient été joints quelque temps auparavant à la circonscription de Bordeaux (4 juin 1485). Source : Histoire du Grand Prieuré de Toulouse A. Du Bourg, 1883.

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8440013s.r=possession%20des%20hospitaliers?rk=21459;2

http://www.templiers.net/departements/index.php?page=33

Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.