Salles-en-Buch

Imprimer cet article Imprimer cet article

Les communes limitrophes en sont Le Barp au nord-est, Belin-Béliet à l’est, Lugos en sud-est et sud, et, en quadripoint (point qui touche quatre communes distinctes), Sanguinet (Landes) au sud-ouest, Le Teich à l’extrême sud-ouest, et Mios du sud-ouest au nord-ouest.

Salles, en Buch, est un gros bourg ou village, bien peuplé. Son église est vaste et proportionnée à la grandeur de la paroisse, qui n’a pas moins de douze lieues de circuit sur quatre de diamètre. Salles a des fontaines dont l’eau salubre est renommée.

Il est aussi baigné par la rivière de l’Eyre. Près du village nous visitâmes le château du ci-devant seigneur, devenu propriété nationale. La loi portant une exception en faveur des forêts d’une certaine étendue, celles qui dépendent de ce château furent conservées ; elles sont vastes, et les pins qui produisent de la résine y semblent parfaitement taillés. Quelques-uns de ces pins sont de la plus belle élévation. Des chevreuils, des sangliers habitent encore ces forêts. Sous les murs du château, en descendant vers la rivière, on trouve une promenade plantée en vieux charmes sans alignement et sans symétrie. Ces arbres, rapprochés et touffus, produisent un demi-jour délicieux. Je n’ai pu m’arrêter dans ce lieu sans me rappeler un lieu plus délicieux encore, et qu’un avide spéculateur a détruit : le bosquet de Médous, près de Bagnères-de-Bigorre, qui, par sa fraîcheur, sa tranquillité, son heureuse situation, ses beaux arbres, l’ombre légère et transparente dont il était rempli, rappelait lui-même l’Élysée.

Voyage agricole, botanique et pittoresque dans une partie des landes de Lot-et-Garonne et de celles de la Gironde, Jean-Florimond Boudon de Saint-Amans, (1748-1831), 1818

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9603734d/f67.item.r=%22%20Salles%20en%20Buch%20%22#

Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.