1787 – Europe, Kitchin – Teste de Buch, Bassin d’Arcachon

Imprimer cet article Imprimer cet article

Europe, 1er janvier 1787

 

 

 

Teste de Buch

De chaque côté des deux cartes se trouvent des tableaux concernant les distances, les statistiques et la population. Offre un code couleur dans le style de contour et note les caractéristiques politiques et topographiques, y compris les montagnes, les rivières, les villes, les rives et les hauts-fonds sous-marins.

Au bas de la carte se trouve une série de drapeaux navals miniatures pour chacun des nombreux pays et villes du monde, allant de l’Allemagne au Japon en passant par l’Éthiopie. Le drapeau des États-Unis naissants, avec treize étoiles, apparaît dans le coin inférieur droit, a été clairement ajouté après coup. Préparé à partir du travail de d’Anville et publié par Laurie & Whittle dans « Kitchin’s 1794 General Atlas ».

 

Même carte reprise en 1795 Europe par Thomas Kitchin, hydrographe of the King d’après les dernières observations de M. d’Anville : l’Europe divisée en ses empires, royaumes, républiques étatiques, etc., une grande et spectaculaire carte murale de l’Europe sur deux panneaux. Publiée par Laurie et Whittle basé sur le travail de l’important cartographe J. B. B. d’Anville. Feuille supérieure de l’Islande à la Russie et de l’Arctique à Calais et Astrakhan.

 

 

La feuille méridionale couvre du Portugal vers l’est jusqu’à la mer Caspienne, et de la Hongrie au sud jusqu’à l’Afrique du Nord. Comprend l’Islande et certaines parties de l’Asie, y compris la Turquie et la Palestine / Israël.

avec ajout de « Bassin d’Arcachon »

Thomas Kitchin (Kitchen) naît dans le quartier londonien de Southwark en 1718 ; en 1732, il est apprenti du graveur de carte géographique, éditeur et marchand d’estampes gallois Emanuel Bowen (1694 – 1767).

D’abord basé à Clerkenwell, à Londres, en 1754, Kitchin, s’établit ensuite à Charing Cross (1758-1767), puis à Holborn Hill, de 1768 à 1779.

En 1739,  Thomas Kitchin épouse Sarah, fille d’Emanuel Bowen et héritera plus tard d’une grande partie des affaires prospères de son précepteur, puis Jane, fille du ministre baptiste Joseph Burroughs, en 1762.

Thomas Kitchin produit de nombreuses cartes, avec l’aide d’autres graveurs, dont Anthony Walker.

Vers 1752, John Tinney acquiert de John Hinton les plaques du « Large English Atlas » (1748-1760) d’Emanuel Bowen et Thomas Kitchin, qui reste le plus important atlas du pays jusqu’à celui de John Cary en 1787. Robert Sayer et les frères Bowles participent aux coûts de ce projet à partir de 1755, et financent par la suite d’autres estampes de bâtiments et jardins. Tinney grave probablement les premières de ces estampes, mais confie les autres à ses élèves, dont Woollett.

À partir de 1858 environ, Kitchin est le graveur du duc d’York, et à partir de 1773 environ, il acquiert le titre d’hydrographe du roi George III. Il est responsable de nombreuses cartes publiées dans The Star, Gentleman’s Magazine et London Magazine, ainsi que des partenariats avec, à plusieurs reprises, Thomas Jefferys, Emmanuel Bowen, Thomas Hinton, Issac Tayor, Andrew Dury, John Rocque, Louis de la Rochette et Alexander Hogg, entre autres. Il vit et travaille à Londres jusqu’à sa retraite. Les apprentis de Kitchin comprennent George Rollos, Bryant Lodge, son fils Thomas Bowen Kitchin, Samuel Turner Sparrow, John Page et Francis Vivares.

Thomas Kitchin meurt à St-Albans le 23 juin 1784. Il est enterré à la Cathédrale Saint Alban de St-Albans, mais sa pierre commémorative n’a pas survécu.

Son fils, Thomas Bowen Kitchin, également graveur a rejoint l’entreprise familiale, qui a ensuite publié sous l’enseigne « Thomas Kitchin and Son » et qui poursuit la publication de plusieurs des cartes bien après sa mort de son père.

 

Jean Baptiste Bourguignon d’Anville (1697 – 1782) est peut-être le cartographe le plus important et le plus prolifique du XVIIIe siècle. La passion de d’Anville pour la cartographie se manifeste au cours de ses années d’école où il s’amuse à composer des cartes pour des textes latins. Il existe un manuscrit préservé datant de 1712, « Graecia Vetus », qui est peut-être sa plus ancienne carte encore existante – il n’avait que 15 ans lorsqu’il l’a dessinée. Il conserve un intérêt pour la cartographie de l’Antiquité tout au long de sa longue carrière et publie de nombreux atlas pour se concentrer sur le monde antique. À vingt-deux ans, d’Anville, parrainé par le duc d’Orléans, est nommé géographe du roi de France. À la fois cartographe et géographe, il institue une réforme de la pratique générale de la cartographie. Contrairement à la plupart des cartographes d’époque, d’Anville ne s’appuie pas exclusivement sur des cartes antérieures pour éclairer son travail, il base plutôt ses cartes sur des études et des recherches intenses. Ses cartes sont donc les plus précises et les plus complètes de sa période – véritablement les premières cartes modernes. Thomas Basset et Philip Porter écrivent : «C’est à cause de la volonté de d’Anville de ne représenter que les éléments dont on peut prouver la véracité que ses cartes sont souvent considérées comme représentant une réforme scientifique de la cartographie. (The Journal of African History, Vol. 32, N ° 3 (1991), pp. 367-413).

En 1754, alors que d’Anville a 57 ans et atteint le sommet de sa carrière, il est élu à l’Académie des inscriptions. Plus tard, à 76 ans, à la suite du décès de Philippe Buache, d’Anville est nommé aux deux postes convoités que Buache occupe : Premier Géographe du Roi, et Adjoint-Géographe de l’Académie des Sciences.

Au cours de sa longue carrière, d’Anville a publié quelque 211 cartes ainsi que 78 traités de géographie. La vaste bibliothèque de référence de d’Anville, composée de plus de 9000 volumes, est acquise par le gouvernement français en 1779 et devient la base du Dépôt géographique – bien que d’Anville ait conservé la possession physique jusqu’à sa mort en 1782.

Remarquablement presque toutes les cartes de d’Anville sont produites de sa propre main. Ses cartes publiées, dont la plupart sont gravées par Guillaume de la Haye, sont connues pour être des reproductions presque exactes des manuscrits de d’Anville. Les bordures ainsi que les cartouches décoratives présentes sur nombre de ses cartes sont réalisées par son frère Hubert-François Bourguignon Gravelot.

Les travaux de d’Anville marquent ainsi un point de transition dans l’histoire de la cartographie et ouvrent la voie aux cartes des cartographes anglais Cary, Thomson et Pinkerton au début du XIXe siècle.

 

https://fineartamerica.com/featured/old-map-of-europe-1787-dusty-maps-store.html

https://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Kitchin

https://www.geographicus.com/P/AntiqueMap/europe-anville-1794

Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.