1771 – Atlantic or Western Ocean, Bowles – C. Ferrat

Imprimer cet article Imprimer cet article

A new chart of the vast Atlantic or Western Ocean

including the sea coast of Europe, Africa, America, and the West India Islands with the banks, shoals, rocks & course of sailing, Carington Bowles 1724-1793

C. Ferrat

Carte en une feuille de Bowles de l’Atlantique ou de l’océan occidental, établie à partir des dernières découvertes et régie par de nombreuses observations astronomiques.

Printed for the proprietors Bowles & Carver, N° 69 in St Paul’s Church Yard, London

Carington Bowles (1724-1793) & Jean Palairet (1697-1774), cartographes

Jonathan Carver et Carington Bowles II ; « Bowles & Carver » est l’une des principales sociétés de cartographie britanniques de l’époque, à une époque où Londres est l’endroit où les meilleures cartes sont réalisées.

Une nouvelle carte du vaste océan Atlantique ou Occidental comprenant la côte maritime de l’Europe, de l’Afrique, de l’Amérique et des îles des Indes occidentales avec les rives, les hauts-fonds, les rochers, établie à partir des dernières découvertes & régulée par de nombreuses observations astronomiques ; les Antilles et la côte est de l’Amérique du Nord sont très bien délimitées. La caractéristique la plus notable de la carte est qu’elle met l’accent sur les diverses routes commerciales de l’Europe vers les différentes colonies européennes ;

La plupart des navires empruntaient des routes bien établies pour traverser l’Atlantique Nord pendant la période coloniale. Cependant, peu de cartes contemporaines décrivent des voyages spécifiques. Cette carte de 1771 délimite plusieurs itinéraires généraux, tels que « le cours habituel vers les Antilles, les Carolines et la Virginie pour le bien des alizés et des courants ». La carte indique les itinéraires des navires naviguant entre l’Europe et l’Amérique ; elle montre des navires débarquant à Boston, New York et Charleston, tandis que les cartes modernes indiquent que les navires sont arrivés tout le long de la côte des colonies nord-américaines.

Au magasin des curiosités : 1797 – Bowle’s geographical games –Arcachon n’y figure pas

Jeu géographique du monde dans un nouveau tour complet et élégant à travers des parties connues de celui-ci

posé sur la projection de Mercator ; imprimé pour les propriétaires Bowles & Carver, No 69 St. Paul’s Church Yard.

Plateau de jeu pour “Bowles’s Geographical Game of the World” imprimé avec une carte du monde 49 x 65 cm. Il est destiné à être joué avec plusieurs joueurs, faisant tourner un teetotum pour déplacer leur marqueur sur la carte et enseigner aux joueurs des faits de base sur différentes parties du monde.

Le teetotum ou toton est une toupie en bois, ou autres matériaux tels que l’ivoire, constituée par un cube traversé par un axe. On le lance au-dessus d’un tableau de nombres avec l’espoir qu’elle s’arrêtera sur celui qu’on souhaite. Dans sa forme la plus ancienne, le corps est carré marqué sur les quatre côtés par les lettres A (du latin Aufer, prendre) indiquant que le joueur en prend un de le pool, D (Lat. depone, déposé) quand une amende doit être payée soit une mise égale à celle que vous avez mise au départ, N (Lat. nihil , rien), et T (Lat. totum , all), quand le pool entier doit être pris. Les totons sont maintenant fabriqués avec plus de côtés.

Les instructions de jeu sont imprimées sous la bordure sud de la carte.

Créé à l’origine durant le XVIIIe siècle, le jeu partage une vision clairement chrétienne occidentale du monde, avec des gages comme devoir reculer si vous atterrissez à La Mecque et choisissez de suivre la religion musulmane.

La famille Bowles

L’entreprise familiale est fondée par Thomas Bowles, menuisier et marchand d’estampes à Londres, décédé en 1720 ou 1721. Le cœur de son activité, et celle de ses successeurs, est la vente d’imprimés et l’édition, avec une édition de cartes qui pourraient intéresser les visiteurs de sa boutique, située au coin de ‘Paul’s Alley’, à côté de la Salle capitulaire dans la cour de l’église Saint-Paul, une artère animée au cœur de la ville de Londres, près de la cathédrale Saint-Paul.

Thomas Bowles est suivi dans les affaires par ses deux fils, Thomas Bowles II (1688-1767) ; il se forme chez son père à partir de 1704) et John ; l’entreprise est transférée à Thomas II vers 1714, avec l’accord qu’il paierait un total de 1 000 £ à John lorsqu’il serait majeur, afin qu’il puisse créer sa propre entreprise.

Thomas Bowles II, libraire, graveur, éditeur et marchand d’estampes et de cartes, devient imprimeur et éditeur londonien de premier plan et très prospère. En tant que détaillant, il s’occupe également de la cartographie des acheteurs ; il publie ce que l’on pourrait appeler « un bon fonds de magasin » : des plans publiés séparément de Londres et des environs, y compris un premier plan de poche de la ville, des cartes d’Angleterre et du Pays de Galles, de l’Écosse, des îles britanniques, du monde, etc. Il est également partenaire dans un certain nombre de projets d’atlas, notamment le road-book d’Owen et Bowen, le « Britain depicts », (1720), « New Description of England and Wales » de Moller (1724), « The World Described » (à partir de 1726) et le « Grand Atlas anglais » dans les années 1750.

Puis, travaillant souvent en collaboration avec son frère John Bowles, il publie un certain nombre de cartes grand format intéressantes décrivant des événements importants de la période, tels que des cartes de théâtre de guerre, des plans de siège et des plans de bataille qui intéressent et informeent ses clients, pour compléter les comptes-rendus parus dans les quotidiens, non illustrés pour la plupart.

Son frère John Bowles (1701–1779), du moins en termes de carte, est le plus intéressant des frères ; sans le bénéfice d’un stock existant à exploiter, il doit s’appuyer sur la production de cartes nouvelles et intéressantes pour ses clients. On le trouve généralement en tant que co-partenaire avec son frère sur des projets d’atlas, et ils partagent parfois d’autres publications. Ils sont également de fervents acheteurs de plaques existantes, qui peuvent être remises en service, mais John est un éditeur prolifique de matériel original, vendu séparément au comptoir de sa boutique, qu’il s’agisse des dernières découvertes dans l’Arctique canadien, des sièges espagnols de Gibraltar, des cartes de Londres avec les derniers développements, ou des cartes murales du monde, des Amériques, etc.

Vers 1753, John Bowles est en partenariat avec son fils Carington (1724-1793 ; apprenti en 1741), et ils travaillent ensemble pendant environ dix ans sous le nom de John Bowles & Son au Black Horse, Cornhill, Londres,

En 1762, Thomas II se retire en faveur de son fils Thomas III (1712 ca-1762), mais Thomas III meurt subitement ; Thomas II est contraint de reprendre le commerce, mais sans aucune intention de le conserver ; un accord est conclu, et son neveu Carington quitte le partenariat avec son père John pour prendre le relais de Thomas II, cimetière St Paul (on suppose que Carington déménage au cimetière de St Paul en 1767 à la mort de Thomas II, mais la date de 1766 apparaît avec le nom de Carington comme éditeur au cimetière de St Paul sur un portrait de Lord Camden (Faber Junior, Chaloner Smith, 52.II) ; Carington est un imprimeur dans la tradition de son oncle ; il publie des cartes intéressantes et rares, adaptées au stock du magasin, capitalisant notamment sur le nouveau genre de cartes de jeu (John Jefferys, est le premier concepteur de « A Journey Through Europe », publié en 1759)  et la demande nouvelle de road-books, avec son « Post-Chaise Companion » [c.1780], tout en mélangeant carte et estampe caricature d’Angleterre et du Pays de Galles, d’Écosse et d’Irlande représentés comme des figures humaines dans l’édition des dessins de Robert Dighton. Son fils, Henry Carington Bowles (1763–1852) et Samuel Carver, lui succédent à leur tour, et exploitent, plutôt que de le reconstituer, le stock de plaques existant

Lorsque John meurt en 1779, l’entreprise revient à Robert Wilkinson, celui-ci se contentant de réutiliser le stock de plaques existant sans avoir intérêt à l’améliorer.

 

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b531775128.r=bowles?rk=21459;2

https://pps-west.com/product/bowles-carver-atlantic-ocean/

https://picryl.com/media/bowless-new-pocket-map-of-the-atlantic-or-western-ocean-ae419f

https://www.raremaps.com/gallery/detail/66780/bowless-one-sheet-chart-of-the-atlantic-or-western-ocean-l-carver-bowles-ii

Boston Public Library

https://www.digitalcommonwealth.org/search/commonwealth:3f462v59f

https://www.google.com/imgres?imgurl=https%3A%2F%2Ffedora.digitalcommonwealth.org%2Ffedora%2Fobjects%2Fcommonwealth%3A3f462v606%2Fdatastreams%2Faccess800%2Fcontent&imgrefurl=https%3A%2F%2Fwww.digitalcommonwealth.org%2Fsearch%2Fcommonwealth%3A3f462v59f&tbnid=eMJsuF58Ew1YCM&vet=12ahUKEwiq6pmr3JPvAhUINhoKHcP5CIcQMygDegUIARCKAQ..i&docid=-UaDRekH_H5ueM&w=1058&h=800&itg=1&q=Bowles%20%22Chart%20of%20the%20Atlantic%20%22&ved=2ahUKEwiq6pmr3JPvAhUINhoKHcP5CIcQMygDegUIARCKAQ

https://www.digitalcommonwealth.org/search/commonwealth:3f462v59f

British Printed Images to 1700 Publishers & Printsellers Database

https://www.royalacademy.org.uk/art-artists/name/carington-bowles

https://curiosity.lib.harvard.edu/scanned-maps/catalog/44-990128380050203941

https://digital.library.unt.edu/ark:/67531/metadc1705382/

https://www.crouchrarebooks.com/discover/mapmakers/bowles-john

https://data.bnf.fr/fr/15327053/thomas_bowles/

 

À étudier : cliquez sur chaque cercle pour voir la légende attachée à chaque ville, légende reportée au-dessous de la carte.

https://hist1952.omeka.fas.harvard.edu/neatline/fullscreen/geographical-game-1#records/523

Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.