1748 – France, Le Rouge – Bassin d’Arcachon, Bassin d’Arachon, Teste de Busch, Gujan, La Barp, Belin, Andernos

    Imprimer cet article Imprimer cet article

1748 – France, Le Rouge – Bassin d’Arcachon

La France divisée en ses 37 gouvernements militaires

Georges – Louis Le Rouge (1712-179.)

Bassin d’Arcachon

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53078132n.r=Le%20Rouge%2C%20Georges%20Louis?rk=21459;2

 
Victor Hugo, grand voyageur et témoin du temps, livre ses impressions, sous la forme d’une métaphore politique, lors d’un trajet de Bordeaux à Bayonne : « Une diligence, c’est bien plus qu’une préfecture ; c’est l’image parfaite d’une nation avec sa constitution et son gouvernement. La diligence a trois compartiments comme l’état. L’aristocratie est dans le coupé ; la bourgeoisie est dans l’intérieur ; le peuple est dans la rotonde. Sur l’impériale, au-dessus de tous, sont les rêveurs, les artistes, les gens déclassés. Le roi, c’est le conducteur, qu’on traite volontiers de tyran ; le ministère, c’est le postillon qu’on change à chaque relais.
Quand la voiture est trop chargée de bagages, c’est-à-dire quand la société met les intérêts matériels par-dessus tout, elle court le risque de verser. » Victor Hugo, Pyrénées, 1843.
De nos jours, la plupart des relais ont disparu, même si la toponymie en garde la mémoire ainsi que les nombreux hôtels restaurants qui en sont issus : « hôtel de la poste » « Au relais » etc.
 
1756 Guyenne, Le Rouge – Bassin d’Arachon, Teste de Busch…
 
 
Guyenne, Gascogne, Perigord, Bearn et Navarre.
Paris, 1756
 
Petit Bordeaux, La Barp (Le Barp), Le Puy de Langubat, Belin,
Le Muret, Lipostey, La Bouhere, Languillet, Laharrye, Lesperon, Castel (Castelz), Magescq (Mayesc), Les Mons, StVincent, Les Vagues Ondres, Bayonne, Bidar, St Jean de Luz.
 
Georges-Louis Le Rouge (1712ca-1790ca) est un cartographe, graveur et architecte, ingénieur géographe du roi Louis XV, auteur d’atlas, de cartes, de plans de bataille et relevance de place fortes. Son parcours et ses connexions sociales, à cheval sur l’Allemagne et la France, sont caractéristiques des ingénieurs géographes de son temps, qui circulaient à travers l’Europe pour acquérir puis faire valoir leurs compétences cartographiques.
Né à Hanovre vers 1712, Georges-Louis Le Rouge est probablement le fils d’un architecte d’origine française, Louis Rémy de la Fosse. Il quitte Darmstadt après avoir poursuivi de 1727 à 1732 le travail inachevé de son père, une grande carte de Darmstadt, et compose une carte de l’Alsace en cinq grandes feuilles, sans doute à des fins militaires ; il réalise ultérieurement des cartes dans le cadre de la Guerre de Succession de Pologne, entre 1733 et 1735. À partir de 1736 il vit à Paris, où il se marie pour la deuxième fois en 1741 et remplit la fonction d’ingénieur géographe du roi de France Louis XV au service du comte de Clermont. Dès 1738, il devient lieutenant au service de Maurice de Saxe (les ingénieurs géographes sont alors souvent assimilés aux ingénieurs militaires). En 1744, il fait paraître une carte de la Hollande en 21 feuilles. À partir de 1747 il adapte et traduit des cartes venues d’Angleterre en collaboration avec John Rocque. Il crée en outre et entre autres un Atlas d’Allemagne, en cent feuilles, qui comprend une description écrite de l’Allemagne, publié en 1759. Après des problèmes financiers en 1773, Le Rouge commence à publier, en sus de ses ouvrages cartographiques, des plans et vues de jardins. La production de cette œuvre s’étale jusqu’en 1789, selon un rythme de parution irrégulier : l’ouvrage final regroupe 492 gravures rangées dans des chemises, au format de 32 x 44 cm, où les vues de tailles plus importantes sont pliées ; beaucoup de feuilles contiennent des motifs secondaires supplémentaires ; le nombre total de ces vues de détail dépasse les 1500. On y remarque un nouveau style de jardins de style anglais, dits anglo-chinois ; pour ses représentations détaillées concernant l’art du jardin, à partir de formes géométriques strictes, Le Rouge utilise le terme de jardin anglo-chinois bien avant Horace Walpole. Plus largement, l’œuvre de Le Rouge contribue à la circulation en Europe de nouveaux modèles de jardins : jardin allemand (Jardin de Sanssouci à Potsdam), anglais (Stowe Garden ou Kew Gardens) ou français (ceux de la folie Saint-James à Neuilly, du Désert de Retz à Chambourcy, du parc d’Ermenonville, etc.). De son dernier ouvrage, vingt-et-unième chemise, n’ont paru en 1789 que six gravures. Le Rouge, malgré son grand âge, est alors chargé d’une mission par le comte Guillaume Cédric Louis de Bentheim-Steinfurt (1756-1817). Ses clients étant essentiellement des nobles français, la Révolution le ruine et on perd alors sa trace, sans qu’on sache s’il meurt en 1790, ou plus tard, en 1793 ou 1794.
 

1757 – Recueil des Côtes maritimes de France , Le Rouge

Carte Generale des Cotes de France

Tiré des meilleures Cartes gravées et manuscrites. Publié en 1757 et dédié à son Altesse Sérénissime M. le Comte de Clermont.

 

ou sont marques les Numeros des 50 Feuilles du present Recueil des Côtes maritimes de France sur quatre lieues de large environ en 50 feuilles

Bassin d’Arcachon, la Teste de Buch, Gujan, Parc de Gachon, Belin

Revu en 1766, et augmenté des Divisions et Noms des Provinces, par Mr. Brion Ingénieur – Géographe du Roy.

A Paris, chez le Sr. Desnos Ingénieur – Géographe pour les Globes et Sphères, rue St Jacques à l’Enseigne du Globe et de la Sphère.

Avec Privilège du Roy Coloré à la main ; Carte-clé décorative en 50 feuilles du littoral français, publiée par Desnos.

Comprend une vignette de construction navale élaborée, montrant le lancement d’un navire nouvellement construit.

Georges Louis Le Rouge, (1712-179.). (Wyd.)  François-Nicolas Martinet (1725?-180.). Ryt.

https://www.raremaps.com/gallery/detail/64421/carte-generale-des-cotes-de-france-ou-sont-marques-les-numer-desnos

https://www.rcin.org.pl/igipz/dlibra/publication/37866/edition/26957/content

https://kolekcijos.biblioteka.vu.lt/en/islandora/object/atmintis:VUB01_000434334#00127

1757 – Cote d’Arcasson, Le Rouge – Cote d’Arcasson, etc.

Extrait du Recueil des Côtes maritimes de France

Très rare estampe originale aquarellée d’époque de Georges-Louis Le Rouge (1707-1790) réalisée en 1757 sur papier Vergé, intitulée « Cote d’Arcasson »

Bassin d’Arcachon, Cap Feret, Isle du Terray, Passe du Papon, Bassin du Pila, Etang de Cazaux, Cazaux, Balises, Pte de Laiguillon, Le Muscla, Isle de la Matote, La Tête de Buch, M. de la Hume, Gujean, Mestras, Ruat, Teiche, Tour de la Motte, Tegon, Biganos, Comprian, Audenge, Certes, Lenton, Andernos, Arès, Leguez, Port de Léguez, Ignac, Gd Ruisseau des Etangs, le Porges

Dimensions cadre : 32 x 41,5 cm

https://picclick.fr/LE-ROUGE-Cote-d%E2%80%99Arcasson-1757-Arcachon-TRES-233245436910.html

Brion de la Tour reprend en 1766 les cartes éditées par Le Rouge en y ajoutant un encadrement richement décoré et une indication dans un rectangle ; les villes sont indiquées en rouge.

Nous donnons en complément la partie sud extraite du « Recueil des Cotes Maritimes de France » édité chez Desnos :

 Partie de la Guyenne

carte coloriée encadrée d’une belle bordure gravée‎,

Bassin d’Arcachon, Cap Feret, Isle du Terray, Passe du Papon, Bassin du Pila, Etang de Cazaux, Cazaux, Balises, Pte de Laiguillon, Le Muscla, Isle de la Matote, La Tête de Buch, M. de la Hume, Gujean, Mestras, Ruat, Teiche, Tour de la Motte, Tegon, Biganos, Comprian, Audenge, Certes, Lenton, Andernos, Arès, Leguez, Port de Léguez, Ignac, Gd Ruisseau des Etangs, le Porges

http://static.livre-rare-book.com/pictures/BRK/24530_1.jpg

http://static.livre-rare-book.com/pictures/BRK/24527_1.jpg

http://static.livre-rare-book.com/pictures/BRK/24528_1.jpg

Aimé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.