1715 – Europe, John Senex, Henry Wilson – C Horret, Bassind, B. Arcazon, Arcasson B, Bay of Arcachon, I. du Terray, Ospitalat, Barcq, Belin, Leige

Imprimer cet article Imprimer cet article

 

1715 & 1721 – Europe, John Senex, Henry Wilson – Bassind, C Horret

A New Mapp of Europe / From the latest Observations. Inscribed to the Hono[ra]ble Samuel Molyneux Esq., Secretary to his R.H. the Prince ; by Iohn Senex(1678?-1740).

 

 

 

 

 

C Horret, Bassind

À  Scale of Miles 60 to a Degrie, 300 [=0m. 058 ; 1 : 9 600 000 environ]. Henry Wilson 1673-1741 delint. E. Senex sculpt

John Senex, fils d’un gentleman du Shropshire, naît à Ludlow (Shropshire) en 1678.

C’est l’un des principaux cartographes anglais du XVIIIsiècle ; graveur et explorateur, il est aussi astrologue, géologue, et géographe de la reine Anne (1665-1714), la première souveraine (de 1707 à 1714) du Royaume-Uni, formé en 1707 par la réunion de l’Angleterre et de l’Écosse ; éditeur et vendeur de cartes anciennes (à partir de 1710, il possède son entreprise sur Fleet Street), il est surtout créateur de la carte de poche du monde.

En 1692, il commence son apprentissage chez le libraire Robert Clavell, à la Stationers Company. Puis, il travaille pendant trois ans en association avec Jeremiah Seller et Charles Price sr., successeurs du cartographe John Seller, jusqu’à leur faillite vers 1706. De là, jusqu’en 1710 environ, il travaille avec Charles Price ; pendant cette période, on suppose que Price lui apprend l’arpentage et la gravure. Ensemble, Price et Senex annoncent un atlas de cartes du monde à deux feuilles, un projet rival de celui d’Herman Moll ; à la fin du partenariat, Senex publie sa propre version tandis que Price travaille avec George Willdey sur un atlas similaire. L’atlas de Senex, intitulé à l’origine « ​The English Atlas » (1714), est l’un des plus réussis du jour, restant en version imprimée dans les années 1760 et peut-être au delà.

Senex est célèbre pour ses cartes du monde, dont certaines ont des élévations supplémentaires, et qui comportent de minuscules gravures détaillées. Beaucoup de ces cartes se trouvent dans les collections des musées ; rarement, des copies sont disponibles pour la vente privée. Certains exemplaires sont conservés au National Maritime Museum ; beaucoup de ses cartes sont maintenant en possession du Trinity College de Dublin.

En 1719, il publie une édition miniature de Britannia par John Ogilby, avec des cartes routières mises à jour de l’Angleterre et du Pays de Galles.

Il dépeint la Californie comme une île plutôt que comme une partie de l’Amérique du Nord continentale, un trait qui rend bon nombre de ses cartes attrayantes pour les collectionneurs. En 1721, il publie un nouvel atlas général. Il s’inspire du travail du cartographe Guillaume de L’Isle.

En 1728, Senex est élu membre de la Fellowship de la Royal Society of London, ce qui est rare pour les cartographes. La bourse reflète son association tout au long de sa carrière en tant que graveur pour la Société et éditeur de cartes par Edmund Halley, entre autres sommités.

Après sa mort en 1740, chez lui à Londres, sa veuve, Mary, poursuit l’entreprise jusqu’en 1755. Par la suite, son stock est acquis par William Herbert et Robert Sayer (cartes) et James Ferguson (globes).

https://dg-maps.com/john-senex.html

https://www.crouchrarebooks.com/discover/mapmakers/senex-john

https://www.raremaps.com/mapmaker/291/John_Senex

https://en.wikipedia.org/wiki/John_Senex

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b530701391.r=neptune?rk=1244641;2

https://curiosity.lib.harvard.edu/scanned-maps/catalog/44-990114641770203941

1719 – Senex – Carte postale et routière de la France – Bassin d’Arcasson

A new map of France shewing the roads & posts stages thro out that Kingdom…

Bassin d’Arcasson, I. du Terray, Ospitalat, Barcq, Belin

revised by I. Senex

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53029759p.r=senex?rk=64378;0

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/1/15/Senex_-_France_postal_and_road_map_1719.jpeg

1728 – Monde entier, Senex, Halley, Harris & Cutler – B. Arcazon

1728 – Monde entier

Œuvre de John Senex, Edmund Halley, John Harris et Nathaniel Cutler, cette carte du monde est très humblement inscrite au très honorables Lords Commissaires de l’Amirauté.

B. Arcazon

Cette magnifique carte marine embrasse le monde entier entre 60 degrés nord et 60 degrés sud. Elle est présentée sur la projection d’Edward Wright, une modification ingénieuse de la projection de Gerhard Mercator, rendant cette dernière plus applicable aux impératifs de la navigation pratique.

La présente carte est un exemple précoce et particulièrement important de la cartographie des Lumières à son apogée : bien que publiée en 1728, elle est d’un style empiriste très moderne qui rappelle davantage la fin du XVIIIe siècle.

La carte présente un certain nombre de découvertes et de curieuses idées fausses sur la cartographie. Notamment, elle montre les contours des deux tiers occidentaux de l’Australie, basés sur les découvertes d’explorateurs travaillant pour la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (la VOC) : ceux-ci incluent les découvertes de Willem Jansz dans le golfe de Carpentaria en 1606 ; les rencontres de Dirk Hartog en 1616, de l’équipage du Leeuwin en 1622 et de Pieter Nuyts en 1627, en Australie occidentale ; découvertes de Jan Cartensz et Willem van Colster en Australie du Nord en 1623 ; et les rencontres d’Abel Tasman en Tasmanie et en Nouvelle-Zélande en 1642-44. On note également en Océanie, « Dampeirs Strieghts » au-dessus de la Nouvelle-Guinée, reflétant les voyages de contournement du pirate-explorateur William Damper dans les années 1690.

Plus au nord en Asie, les côtes de la Chine sont relativement bien formées, d’après les informations jésuites. Bien que le fond de la Corée soit indiqué, cela s’avère être une énigme, car la cartographie révolutionnaire de la péninsule de l’Atlas chinois de Kangxi (1718-9) n’a pas encore atteint l’Europe. Les îles principales du sud du Japon sont relativement bien formées, cependant Hokkaido («Yedso») et les îles Kouriles (terre de la Compagnie) sont vaguement et seulement partiellement délimitées, après les découvertes de Maarten de Vries en 1643. Une annotation connexe interroge si «Yedso» est une île ou une partie de l’Asie continentale, une question qui ne trouvera pas de réponse avant les voyages du comte de la Pérouse en 1787. Plus au nord-ouest, la carte est laissée entièrement vide.

Les côtes de l’Inde, de l’Arabie et de l’Afrique sont très bien formées, basées sur une vaste expérience de navigation et d’innombrables enquêtes menées par les Portugais et les Néerlandais. Notamment, «I. [le] St. Mary» à Madagascar est alors la capitale mondiale des pirates et un endroit à éviter par la plupart des marins « légitimes ». La mer Caspienne conserve toujours la forme archaïque en forme d’œuf qu’elle a sur les cartes jusqu’à ce que les relevés de Carl van Velden de 1719-21 apparaissent pour la première fois sur une carte imprimée au début des années 1730.

En ce qui concerne l’Amérique du Nord, la côte « est » est assez bien représentée, sauf que Terre-Neuve est trop étroite, en raison de lectures longitudinales confuses de la part de nombreux cartographes. La Baie d’Hudson reflète les cartes récentes rédigées pour la Compagnie de la Baie d’Hudson. À l’ouest, la Californie est représentée comme une île massive, à la manière de la célèbre carte d’Abraham Goos de 1666, mais au nord, la carte est muette.

L’un des aspects les plus distinctifs et les plus importants de la carte est son style saisissant, propre et clair. À première vue (avant d’analyser la géographie), on pourrait être pardonné de confondre la carte comme datant de la fin du XVIIIe siècle et non de 1728. L’image d’ensemble est celle d’une élégance sobre, exempte de toute parure superflue mais avec une gravure de haute qualité, joliment rendue. L’accent est mis sur la clarté visuelle et la précision scientifique, sans aucune distraction.

Loin d’être une simple vanité artistique, ce style émergent a de fortes motivations philosophiques et culturelles. Premièrement, de nombreuses cartes marines du XVIIe siècle étaient lourdes d’embellissements artistiques et étaient souvent richement colorées. Alors que certains visaient à être des guides pratiques précis pour les navigateurs, ce n’était souvent pas le cas car les cartographes se disputaient pour rendre leurs cartes aussi attrayantes que possible afin d’attirer les clients, parfois au détriment des préoccupations utilitaires. Les dessins montrent souvent des rives ou des caractéristiques conjecturales dans le but de remplir l’espace négatif et de donner à la composition un aspect complet et faisant autorité. Ils comprenaient également des embellissements, tels que des monstres marins et des navires surdimensionnés qui, bien que jolis, étaient inutiles pour les marins.

L’éthique des Lumières européennes, qui a commencé à la fin du XVIIe siècle et s’est progressivement répandue tout au long du XVIIIe siècle, valorise les jugements basés sur des observations et des mesures scientifiques et rejette les constructions basées sur la superstition et la rumeur traditionnelles. Cette philosophie « empiriste » domine progressivement la cartographie au cours de cette période.

Plus précisément, en ce qui concerne la Grande-Bretagne, un événement catastrophique amène l’intelligentsia de cette nation à réévaluer son attitude à l’égard de la navigation et des cartes marines. En 1707, toute la flotte de la Royal Navy de Sir Cloudesley Shovell est perdue après s’être échoué sur les îles Scilly, (Cornouaille). Il est bientôt découvert que la tragédie est due à l’incapacité de la flotte à discerner correctement la longitude en mer et à la qualité décousue des cartes marines. En 1714, le Parlement charge le Conseil de la longitude d’attribuer des prix en argent à ceux qui aideront à résoudre le défi de trouver correctement les vrais méridiens en mer ; de plus, les cartes marines, basées sur des conjectures et avec des ornements visuellement distrayants, passent précipitamment de mode. À cet égard, si la carte actuelle contient certaines idées fausses cartographiques (comme «la Californie en tant qu’île»), elle fait généralement preuve d’une grande prudence et laisse en blanc des zones inexplorées. De plus, ces éléments cadrent bien avec les nouvelles tendances de l’architecture et de l’art en Grande-Bretagne. Depuis l’accession de la Maison de Hanovre au trône britannique en 1714, le style géorgien émerge et met l’accent sur l’artisanat raffiné, mais avec des lignes épurées et une ornementation sobre.

Alors que d’autres cartes suivant le modèle « empiriste » sont produites à la même époque, le dessin actuel prend une forme exceptionnellement progressive, étant d’un style quelques décennies en avance sur son temps.

La carte est faite sur la projection d’Edward Wright qui est devenue très populaire tout au long des XVIIe et XVIIIe siècles. En 1569, Gerhard Mercator a produit une carte murale du monde qui présentait une innovation révolutionnaire, en ce que les réticules de latitude et de longitude sont égalisés pour projeter le globe sur une surface plane. C’est important, car jusqu’alors les cartographes avaient expérimenté une variété de projections, qui toutes déformaient gravement le globe. Cela étant dit, la projection de Mercator a un inconvénient, en ce qu’elle montre que la distance entre les méridiens de longitude est égale partout, quel que soit le degré relatif de latitude (en réalité, la distance entre les méridiens de longitude se rétrécie progressivement à mesure que l’on s’éloigne de l’équateur jusqu’à ce qu’ils fusionnent aux pôles).

Edward Wright (1561-1614) est l’un des principaux esprits scientifiques de l’Angleterre élisabéthaine et jacobéenne. Il est boursier en mathématiques à l’Université de Cambridge en 1589, lorsque la reine Elizabeth le sort de l’obscurité, pour devenir le navigateur de l’expédition pirate du duc de Cumberland aux Açores. Au cours des années suivantes, il perfectionne ses compétences de navigation pratiques en tant que marin et entre en contact avec certaines des figures de proue de l’époque, dont Sir Francis Drake. Il est rapidement confronté aux limites de la Projection de Mercator et à son retour en Angleterre, il expérimente certaines de ses théories tout en travaillant avec le premier fabricant de globes anglais, Emery Molyneux.

Wright développe rapidement une série d’équations mathématiques, par lesquelles les marins pourraient compenser le rétrécissement de la distance entre les méridiens et constate qu’en plaçant des lignes de rhumb stratégiquement sur une carte, basée sur la projection de Mercator, cela permettrait à un marin d’appliquer ses calculs au dessin graphique. Les idées de Wright circulent de manière informelle à Londres et sont « piratées » par Jodocus Hondius et la projection de Wright est utilisée pour la première fois sur sa « Christian Knight Map » (Amsterdam, de 1597).

Wright publie d’abord ses idées sur la réforme de la projection dans son livre « Certaines Erreurs dans la navigation » (Londres, 1599), qui est accompagné d’une magnifique carte du monde, « Wright’s Chart of the World on Mercator’s Projection » (1599), la première carte du monde grand format imprimée en Grande-Bretagne.

Environ un siècle plus tard, Edmund Halley (1656-1742) qui est décrit comme “le premier cartographe thématique polyvalent”, en plus d’être un brillant astronome et scientifique pratique, emploie la projection de Wright sur un certain nombre de ses propres cartes, y compris « A New et Correct Chart montrant les variations de la boussole… » (1701) première carte imprimée à employer des isogonales (ou isolignes) représentant les déclinaisons de la boussole ; Halley suggère quelques modifications à la projection de Wright, pour s’accorder à ses expériences avec la déclinaison magnétique.

Les idées de Halley sont ensuite reprises par John Senex (1678-1740),  géographe royal, et John Harris, probablement le meilleur fabricant d’instruments mathématiques en Angleterre pendant les années 1720. Ils dérivent le graphique actuel, avec la meilleure géographie disponible pour démontrer la projection de Wright, telle que modifiée par Halley.

La carte est devenue l’élément le plus grandiose d’un atlas de la mer développé par Senex et Harris pour concurrencer la très populaire série anglaise Pilot Sea de Mount & Page. Il a été publié dans l’Atlas Maritimus et commercialis, ou A general view of the world … (Londres : James et John Knapton et al., 1728) et la carte actuelle apparait sous les planches 1 et 2 (formant ensemble une seule carte) .

1728 – Péninsule ibérique, Harris, Senex, Wilson – Bay of Arcachon, Leige

Iberian-peninula-a-globular-chart-shewing-the-errors-of-senex-halley-cutler 

carte qui se compose de deux feuilles :

c’est la feuille la plus au sud qui nous concerne, montrant la péninsule ibérique selon une « projection globulaire » (c’est-à-dire sur la même projection qu’une carte double hémisphère).

Bay of Arcachon, Leige

Comprend des lignes de rhumb et des détails côtiers.

La carte est créée par un brain trust composé de Henry Wilson, John Harris et John Senex, célèbre cartographe et membre de la Royal Society. Tous trois sont des cartographes et des vendeurs de cartes ; ils prétendent corriger les erreurs de la carte Mercator, qui est généralement considérée comme la meilleure projection pour la navigation.

La carte comprend des déclarations testamentaires de Sir Edmund Halley et Jonathan Merry, attestant de l’exactitude et de l’utilité de la méthodologie employée sur la carte pour la navigation. La citation de Halley dit : « Je suis d’avis que ce genre de cartes marines indiquant à la fois les vraies distances et le relèvement des lieux à l’aide des lignes Rumb tracées dessus peut être d’une bonne utilité pour les navigateurs ; plus particulièrement à ceux qui voudront naviguer près de l’arc d’un grand cercle. » Le capitaine John Merry déclare de la même manière : « Je suis d’avis que cette carte maritime montrant à la fois les vraies longitudes et latitudes des lieux, ainsi que les vrais relèvements par les lignes rumb qui y sont tracées, sera d’une bonne utilité en navigation, en particulier en navigation par l’arc d’un grand cercle. »

Sur la feuille nord, la carte est dédiée “Au très honorable Lord Parker, Lord High Chancellor of Great Britain & c.” Il s’agit de Thomas Parker (1666-1732), Premier comte de Macclesfield, Lord Haut Chancelier de Grande-Bretagne de 1718 à 1725 ; destitué en 1725, Thomas Parker est reconnu coupable de corruption massive et finit les dernières années de sa vie en détention, ce qui ne l’empêche pas, en 1727, comme membre de la Royal Society, de tenir les cordons du poêle lors des funérailles somptueuses d’Isaac Newton : son cercueil, exposé dans l’abbaye de Westminster, est porté en grande pompe et inhumé dans la nef aux côtés des rois d’Angleterre. Voltaire, qui se trouve alors à Londres, commente, admiratif : « Ce fameux Newton, ce destructeur du système cartésien, mourut au mois de mars de l’an passé 1727. Il a vécu honoré de ses compatriotes et a été enterré comme un roi qui aurait fait du bien à ses sujets » ; en France la force d’Attraction Universelle est violemment rejetée par les cartésiens. Ils accusent Newton de réintroduire par son biais les explications magiques en science. Newton admet que cette force est incompréhensible, il admet également qu’il ne sait pas pourquoi les astres ne finissent pas par s’agglutiner sous l’effet de cette attraction. Il avoue même qu’il compte sur Dieu pour maintenir les corps célestes à leur place. Il s’ensuit donc une virulente controverse scientifique, entre newtoniens et cartésiens, qui trouve son point de fixation sur la question dénommée de la « figure de la Terre » : en effet, la théorie de Newton prévoit que la Terre est légèrement aplatie sur les pôles. Mais les cartésiens prétendent exactement le contraire, sur la foi de mesures erronées. La question sera tranchée par des mesures géodésiques réalisées entre autres par Charles Marie de La Condamine (1701-1774) au Pérou et Pierre-Louis Moreau de Maupertuis (1698-1759) en Laponie : les savants y vivent d’incroyables aventures, où la réalité dépasse la fiction. Quand les résultats donneront raison à Newton en 1738, de nombreux savants abandonneront le cartésianisme. Enfin, en 1759, le retour de la comète qui porte actuellement le nom de Halley (et qui avait été prévu par les calculs) assurera le triomphe de Newton : En 1680 sont observées deux comètes se déplaçant en sens inverse. Flamsteed, l’astronome royal, écrit à Newton, professeur de mathématiques à Cambridge depuis 1669, pour lui dire qu’il s’agit d’une seule et même comète qui a tourné devant le Soleil. Newton répond qu’une comète unique serait tombée sur le Soleil, mais il se trompe dans ses calculs. Flamsteed le lui montre. Newton, vexé, ne le citera plus, bien qu’il ait besoin de lui pour obtenir certaines données sur la Lune. Newton finit par admettre qu’il n’y a bien qu’une comète, mais qu’elle est passée derrière le Soleil. Halley reprit plus tard le calcul de la trajectoire de la comète et prédit qu’elle devait revenir à la fin de 1758 ou au début de 1759. Clairaut, après un long calcul, affina la date à la mi-avril 1759, à un mois près. La comète passa à son périhélie le 14 mars : ce fut le premier triomphe de la mécanique céleste newtonienne.

Les cartes sont incluses dans un important atlas maritime anglais du début du XVIIIe siècle, l’Atlas Maritimus et Commercialis ou une vue générale du monde en ce qui concerne le commerce et la navigation, atlas maritime publié comme guide du commerce mondial britannique. L’atlas comprend un texte de géographie, des directions de navigation et des cartes marines. Il est publié, entre autres, par les frères Knapton qui sont également responsables de certains des récits de voyage les plus vendus du début au milieu du XVIIIe siècle, y compris « New Voyage round the world » de William Dampier (1652-1715).

L’atlas est publié spécifiquement pour rivaliser avec l’English pilot, ouvrage en cinq volumes qui a d’abord été publié par John Seller, puis par son fils, Jeremiah, et son partenaire, Charles Price, puis par Mount & Page. Pour le différencier de la concurrence, l’Atlas Maritimus est en un seul volume et présente également les côtes ouest et sud des Amériques, qui ne sont pas incluses dans l’English pilot.

Une grande partie du texte de l’ouvrage est attribuée à Daniel Defoe qui, en plus d’écrire Robinson Crusoé, est également un ardent défenseur de l’expansion coloniale et du commerce extérieur. L’atlas est généralement attribué à John Senex, John Harris et Henry Wilson. On pense que Nathaniel Cutler a contribué aux cartes et a écrit les directions de navigation, qu’Edmund Halley aurait éditées. Edmund Halley est également mentionné sur la page de titre comme approuvant la projection, ce qui fait probablement référence à la projection globulaire développée par Senex, Harris et Wilson. 

https://www.raremaps.com/gallery/detail/55574/iberian-peninula-a-globular-chart-shewing-the-errors-of-senex-halley-cutler

https://www.raremaps.com/gallery/detail/46537/a-globular-chart-shewing-the-errors-of-plain-and-the-defici-senex-halley-cutler

https://www.abebooks.com/Globular-Chart-shewing-errors-Plain-Deficiencyes/13119151375/bd

https://fr.wikipedia.org/wiki/Isaac_Newton

https://www.futura-sciences.com/sciences/personnalites/matiere-isaac-newton-213/

Lire   « L’Atlas Maritimus et Commercialis de 1728 », Jeffrey Hopes,  Revue de la Société d’études anglo-américaines des XVIIe et XVIIIe siècles, année 1994, n° 38,  pp. 113-123 :

https://www.persee.fr/doc/xvii_0291-3798_1994_num_38_1_1288

Lire Représentations d’Afrique dans le Capitaine Singleton de Daniel Defoe, E. Kukorelly, Société Française d’Étude du Dix-Huitième Siècle, 2012/1 n° 44, pages 273 à 289

https://www.cairn.info/revue-dix-huitieme-siecle-2012-1-page-273.htm

https://www.raremaps.com/gallery/detail/38504/a-correct-sea-chart-of-the-whole-world-according-to-wright-senex-halley-cutler

https://fr.wikipedia.org/wiki/Edward_Wright

1739 – Atlantic Ocean, Senex – Arcasson B, Leige

A new map or chart in Mercator’s projection of the Western or Atlantic Ocean,

Arcasson B, Leige

John Senex (1678?-1740). Cartographe

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53177420d.r=senex?rk=171674;4

Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.