1626-1632 – Mer du Nord et Norouest, Gerritsz – Arcachon, Anchises

Imprimer cet article Imprimer cet article

 

1626-1632 – Mer du Nord et Norouest, Gerritsz – Arcachon

     Carte nautique des bords de Mer du Nord et Norouest

mis en longitude /latitude et en leur route, selon les rins de vent par Hessel Gerritsz (1581-1632). Cartographe

Arcachon

Terre Neuve

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b55007073b.r=Carte%20nautique%20des%20bords%20de%20Mer?rk=21459;2

 

1629-1631 – Carte hollandaise des côtes de France, Gerritsz – Arcachon, Anchises

Carte hollandaise des côtes de France

Hessel Gerritsz (1581ca-1632).

Arcachon, Anchises

Appartient au Portefeuille 32 du Service hydrographique de la marine consacré à la France

 

Hessel Gerritsz (vers  1581-1632) est un graveur, cartographe et éditeur néerlandais. Il est l’une des figures notables de l’âge d’or de la cartographie des Pays-Bas. Malgré une forte concurrence, il est considéré par certains “incontestablement le principal cartographe hollandais du XVIIe siècle”. 

Il débute à Alkmaar en tant qu’apprenti de Willem Jansz Blaeu, qui est de dix ans son aîné. Gerritsz déménage avec l’atelier de Blaeu à Amsterdam, où il épouse Geertje Gijsberts d’Alkmaar en 1607. Ils ont huit enfants. Geertje meurt avant 1624, lorsque Hessel se remarie. En 1610, il a son propre atelier d’imprimerie.

Libraire à Amsterdam, 1612-1630, à l’« enseigne de la carte nautiq »

Beaucoup de ses gravures et cartes font partie des atlas de Blaeu, Jan Janssonius et d’autres.

Gerritsz produit une carte du monde en 1612 qui comprend les découvertes de Pedro Fernandez Queirós[1] (ou Quirós ; 1565-1615) et indique spécifiquement “Austriaalia del Espiritu Santo”, maintenant connue pour être Vanuatu, mais longtemps considérée comme faisant partie de la “terre du Sud”. La carte est très influente sur les représentations hollandaises et françaises du Pacifique Sud aux XVIIe et XVIIIe siècles, et a été, avec les publications de Queirós, influente dans l’établissement du nom « Australie ».

En 1613, Gerritsz écrit et publie une « Histoire du Pays nommé Spitsberghe[2] Comme il a esté descouvert, sa situation & de ses animaulx, avec le Discours des empeschemens que les Navires esquippes pour la peche des Baleines tant Basques, Hollandais, que Flamens ont souffert de la part des Anglois de l’année présente 1613, escript par H. G. A. Et une Protestation contre les Anglois, & annullation de tous leur frivolz argumens, par lesquels ils pensent avoir droit de se faire seuls Maistres dudit Pays.

Répliques fondées a l’encontre des propositions & pretentions des Anglois, d’avoir le commendement sur la Pescherie de l’Isle Spitsberge ou Terre noeufve. »

Cette publication décrit la découverte, les premiers voyages et les activités de chasse à la baleine sur ces îles ; y sont évoqués le Navire de Bordeaux, duquel estoit Pilote Maistre Silly. Le 9. [juin] vient la Barque de Dunkerk, avecq la Pinasse aupres d’eulx, a la poincte du Su: de l’Isle... » mais aucune trace de pêcheurs venus d’Arcachon…

Ce volume met également en valeur les talents considérables de Gerritsz en tant que graveur :

par exemple sa représentation d’un morse avec son veau.

La même année, Gerritsz édite une carte de la Russie préparée par le futur Féodor II de Russie en tant que tsarévitch, et la réédite en 1614 avec quelques ajouts et corrections ; il est reproduit par la firme Blaeu jusqu’en 1665. Un autre exemple de gravure est le portrait posthume souvent reproduit en 1619 du dramaturge Gerbrand Adriaensz Bredero.

La renommée de Gerritsz grandit rapidement au point que le 16 octobre 1617, il est nommé premier cartographe exclusif de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (VOC), probablement la position la plus stratégique qu’un cartographe peut avoir à l’époque. Il obtient le poste sur recommandation de Petrus Plancius, scientifique en chef du VOC, qui ne s’entend pas avec le senior Willem Blaeu (Blaeu et Gerritsz sont restés amis). Gerritsz garde ce poste jusqu’à sa mort, après quoi le poste est occupé par la famille Blaeu, à commencer par Willem Jansz, jusqu’en 1705.

La carte de Gerritsz de 1622 montre la première partie de l’Australie cartographiée, celle de Willem Janszoon en 1606. Elle est considérée comme faisant partie de la Nouvelle-Guinée et appelée Nueva Guinée sur la carte, mais Gerritsz ajoute également une inscription disant : « Ceux qui ont navigué avec la nef de Pedro Fernandez de Quiros dans le voisinage de la Nouvelle-Guinée à 10 degrés vers l’ouest à travers de nombreuses îles et hauts-fonds et sur 2, 3 et 4 brasses pendant jusqu’à 40 jours, ont présumé que la Nouvelle-Guinée ne s’étendait pas au-delà de 10 degrés. Si tel est le cas, alors la terre de 9 à 14 degrés serait une terre distincte, différente de l’autre Nouvelle-Guinée ».

Toutes les cartes et les journaux des marchands de VOC et des navigateurs explorateurs de retour sont soumis à Gerritsz et grâce à la richesse de nouvelles informations, plusieurs cartes révolutionnaires viennent de ses mains. En retour, les cartes de Gerritsz accompagnent tous les capitaines de VOC dans leurs voyages.

Gerritsz publie à Amsterdam en 1612 une traduction néerlandaise du huitième mémorial de Quiros, dont la page de titre comprend les mots « van’t Land ghenaemt Australia Incognita ». On pense que c’est la première occurrence imprimée du mot Australie hors de l’Espagne. La publication de 1612 mentionnée comprend la description de la Sibérie par Isaac Massa («Samoyeden Landt»), son bref compte rendu des routes de Moscovie et le mémorial mentionné. Il comprend trois cartes, dont l’une est une carte du monde de Gerritsz, dans laquelle le détroit de Torres est clairement indiqué.

En 1618, Gerritsz produit une carte des îles indonésiennes, bien mieux représentées que lors des travaux antérieurs, et, pour la première fois, la côte (nord-ouest) de l’Australie.

En 1622, il rassemble plusieurs de ses cartes dans un livre pour le VOC. Ce livre comprend une carte de 1622 du Pacifique, probablement la “Carte de la Grande Mer du Sud” qu’Abel Tasman consulte abondamment lors de son voyage autour de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande en 1642.

En 1627, Gerritsz fait une carte, le Caert van’t Landt van d’Eendracht entièrement consacré aux découvertes du littoral ouest australien. L’Australie s’appelle “Eendrachtsland”, un nom donné par Dirk Hartog après son séjour sur sa côte en 1616, et qui est en usage jusqu’à la fin du XVIIe siècle.

En 1628, à la carte mentionnée ci-dessus, il ajoute la cartographie de 1627 de la côte sud de l’Australie par François Thijssen ce qui en fait la première carte montrant un contour de l’Australie.

L’intérêt de Gerritsz pour le Nouveau Monde est si grand que, inhabituel pour un cartographe dans sa position, il se joint à un voyage 1628/29 au Brésil et dans les Caraïbes. Il contribue aux cartes de la Beschrijvinghe van West-Indiën de Joannes de Laet (“Description des Antilles”) publiées en 1630 ; sa carte de la Floride, basée sur des sources françaises et espagnoles, devient prépondérante : durant 200 ans, La Floride est connue sous le nom de “Tegesta”, nom attribué par Gerritsz.

Gerritsz meurt en 1632 ; il est inhumé au Nieuwe Kerk le 4 septembre. Willem Janszoon Blaeu prend sa place de cartographe du VOC en janvier de l’année suivante.

     http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40781650s

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53074816w/f1.item.r=hesseln

https://en.wikipedia.org/wiki/Hessel_Gerritsz

[1] – Sur Queirós, voir

https://military.wikia.org/wiki/Pedro_Fernandes_de_Queir%C3%B3s

ou http://ile-en-ile.org/pedro-fernandez-de-quiros/

[2]« Histoire de la terre nommée Spitsberghe » voir

https://www.dbnl.org/tekst/gerr049hist01_01/gerr049hist01_01_0004.php

Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.