1619 – Instructions nautiques, Blaeu – Arcaxon, Arcachon, N.D. Bernet, Teste, etc.

Imprimer cet article Imprimer cet article

Willem Janszoon Blaeu 1571-1638, fils d’un marchand de hareng, il choisit, non pas le poisson, mais les mathématiques et l’astronomie. Willem Janssonius Blaeuw, imprimeur-libraire et éditeur de cartes et d’atlas. Originaire d’Alkmaar ou des environs. En 1595, il passe 2 ans auprès de Tycho Brahé au Danemark avec qui il perfectionne ses compétences en fabrication d’instruments et de globe. À son retour à Amsterdam, il vend des instruments et des globes, publie des cartes et édite les travaux d’intellectuels comme Descartes et Hugo Grotius. Monte ensuite une imprimerie et une fonderie. Le 18 août 1600, il découvre une étoile nouvelle dans la constellation du Cygne qui reste visible durant 6 ans. Il ouvre une boutique et un atelier d’imprimeur à Amsterdam en 1605. Il publie des atlas et des globes d’une exactitude remarquable pour l’époque ; il est également auteur d’ouvrages astronomiques. Dès 1633, il devient le fournisseur des cartes de la Compagnie néerlandaise des Indes orientales (VOC). En 1635, avec son fils Ioannis, il sort son atlas, Theatrum Orbis Terrarum, sive, Atlas novus.

Pour naviguer dans les canaux d’Arcaxon, Baione et S. Ian de Luz.

« De Cordam (Cordouan) à Arcaxon, le courant est sud et nord en distance de 20 lieues : entre ces deux, il y a un Hâvre à marée appelé Anchises, dans lequel un grand navire peut bien entrer à haute eau, car c’est un profond Hâvre à marée.

La côte est plate depuis la rivière de Bordeaux ou depuis Cordam à Arcaxon ; c’est-tout pays de dunes, jusqu’à S. Ian de Luz.

Droit devant le Hâvre d’Arcaxon y a trois Isles, près desquelles vous pouvez entrer par le costé du Nord ou du Sud.

Le canal du Nord s’étend au dedans au Sud-Est ; il y a deux hautes tours sur la terre du Sud, lesquelles il vous faut tenir à deux mats de longueur l’une de l’autre, et allez là tant que vous soyez dedans. Droit au dedans de la roche méridionale, il y a un rang de roches sous l’eau, lesquelles il vous faut éviter. Environ le milieu du Hâvre, y a encore un rang de roches cachées ; mais en tenant les tours en cette sorte, vous passez entre les roches en quatre brasses, et au costé du Zud, vous pouvez ancrer sur quatre brasses à basse eau.

Le trou méridional traverse entre la pointe du Zud et l’isle qui est le plus au Nord. Et vers l’est du village d’Arcaxon, y a une coline noire sur terre ; quand ‘elle est au Nord-Nord-Est de vous, dressez là votre cours, et, quand vous venez entre la pointe qui est plus en dedans, et celle qui est au nord du Hâvre, il y a des deux costez beaucoup d’escueils cachez. »

Bulletin de la Société de géographie commerciale de Bordeaux, 7 avril 1902

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5868845d/f237.image.r=Blaeu%20arcaxon?rk=21459;2

1630 – West-Indische Paskaert Willem Blaeu

West Indische Paskaert Gedruckt t’Amsterdam Bij Jacobus Robyn, inde Nieuwe Brugh steeg inde Stuurman,  Willem Jansz Blaeu

West-Indische Paskaert … vertonende behalve Europaes zuydelijeste alle de zeckusten van Africa en America, begrepen in’t octroy bij de H. M. H. Staten generael der vereenichde Nederl. verleent aende generale West Indische Compagnie. Mitsgaders die van Peru en Chili inde groote Zuydzee

Éditeur : gedruckt’bij Pieter Goos, op’t Water inde cergulde Zee-spiegel, seyn nu te bekoomen bij Johannus Van Kuelen (L’Amsterdam)

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53065114c.r=Paskaer?rk=257512;0

https://oshermaps.org/of-maps-and-history/blaeus-rare-west-indische-paskaert-ca1630

Édition exceptionnelle de la carte marine de Guillaume Blaeu sur l’océan Atlantique, l’Amérique et l’Afrique, imprimée sur vélin. La carte de la mer de Blaeu a été qualifiée de “document scientifique et artistique de premier ordre, marquant une date importante dans l’histoire de la cartographie nautique et l’une des contributions les plus importantes produites par les Lowlands au XVIIe siècle” (Destombes & Gernez).

 

Ce graphique impressionnant a été, étonnamment, imprimé à partir d’une seule plaque, excessivement grande pour l’époque, ce qui indique l’importance attachée à l’œuvre. Il est clair que l’intention est d’imprimer la carte sur du vélin plus durable plutôt que sur du papier, soutenant à nouveau l’idée que son utilisation principale est pour la navigation à bord du navire.

Arcachon

La carte de Blaeu est la première carte générale des eaux américaines réellement utile pour la navigation ; un examen des cartes imprimées de l’Amérique du Nord avant la carte de Blaeu révèle qu’elle est en effet la plus ancienne à être pratique pour la navigation. Burden en dit : “La West Indische Paskaert de Willem Blaeu est d’une importance historique, étant la première carte maritime relative à l’Amérique du Nord à utiliser la projection de Gerard Mercator” sinon la première dans l’ensemble en ce qui concerne les cartes imprimées.

Le premier « West Indische Paskaert » de Blaeu de v. 1621 (Burden 194), n’a pas utilisé la projection Mercator, ce qui limite considérablement son efficacité en tant qu’outil de navigation pratique. Pratiquement toutes les autres cartes étaient de petites œuvres apparues dans les différentes éditions du manuel de navigation de Médine (voir https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k79241q/f2.item)

, et les œuvres italiennes similaires de Camocio et Bertelli. Les cartes de Tatton et Claesz, bien que d’un attrait décoratif fantastique, sont probablement largement ornementales.

« Blaeu a produit sa carte à l’aide du matériel manuscrit de la région et du matériel supplémentaire fourni par les pilotes [de la Compagnie néerlandaise des Indes occidentales] qui avaient emprunté ces routes » (History of Cartography, page 1425). Des œuvres telles que la carte de Blaeu ont servi de base à la cartographie des Amériques sous-jacente aux atlas de la mer hollandaise du XVIIe siècle.

Le Paskaert de Blaeu a une dimension géopolitique intéressante. Le nom de lieu régional, Nieu Nederland, est audacieusement réparti à la fois dans ce qui est aujourd’hui New York et une grande partie de la Nouvelle-Angleterre, sans aucune reconnaissance des revendications anglaises ni même une présence dans le nord-est. Au nord, il n’y a que la Nouvelle-Francie, tandis que le territoire anglais est confiné à la région du Mid-Atlantic sous le titre de Virginie. En fait, les blasons des quatre puissances coloniales européennes (l’Espagne est au sud) s’alignent très bien les unes sur les autres, comme s’il existait à l’époque une division territoriale nette entre les quatre puissances le long de la côte nord-américaine. Même lorsque la carte a été publiée pour la première fois dans les années 1620, cela représentait une réalité politique espérée des aspirants colonialistes néerlandais. Dans une décennie, la géographie politique exprimée dans cette carte serait insupportable avec l’expansion des villes anglaises dans le bas Nord-Est.

L’importance du Paskaertest est renforcée par le fait qu’elle apparaît au moment où les aspirations coloniales néerlandaises dans l’hémisphère occidental sont au plus haut. Le sort de Manhattan et d’autres parties du nord-est ont été récemment réglées lorsque la carte est dessinée, mais les Néerlandais jettent également un regard acquisitif sur les Caraïbes et l’Amérique du Sud. Cette expansion de l’ambition coloniale s’exprime de façon vivante dans la façon dont le Paskaert de Blaeu a, à la fois, élargi la couverture et considérablement mis à jour la version antérieure de sa carte de circa 1620. Comme l’observe Stokes (page 82), Blaeu cherche à “améliorer la délimitation” de la nouvelle côte des Pays-Bas dans ce Paskaert. Pour la première fois sur une carte imprimée, Manhattan prend une forme triangulaire. De même le toponyme, Hell gate, apparaît pour la première fois sur une carte imprimée. La carte fait état de Long Island, Cape Cod et du port et de la baie de Boston ; pour la première fois, Blaeu tente de combler l’écart apparu sur le premier Paskaert entre la région de New York et la baie de Chesapeake ; il est revenu à une cartographie plus ancienne et a complètement omis la baie Delaware.

Le Paskaert de Bleau a également considérablement étendu la couverture de l’Amérique du Sud par rapport à sa carte précédente en incluant tout le Brésil et une partie de l’Argentine jusqu’au Rio de la Plata. En 1630, à peu près au moment de l’édition de la Paskaert, les Hollandais occupent de force la région de Pernambuco au Brésil afin de s’assurer une part du précieux commerce du sucre. Par conséquent, l’excellente cartographie de la côte du Brésil trouvée sur cette carte indique la présence des Néerlandais dans la région.

Par manque de place vers le sud de la carte, un grand encart englobe le reste de l’Amérique du Sud et met en évidence la célèbre découverte du détroit du Maire et du cap Horn, par les navigateurs néerlandais Schouten et Le Maire, en 1616. Cela fournit aux Hollandais une porte d’entrée vers le Pacifique.

Ce Paskaert s’étend également plus à l’ouest, englobant ainsi toute l’Amérique du Sud et l’Amérique centrale et le golfe du Mexique, reflétant une fois de plus une perspective hollandaise beaucoup plus large qui s’est développée entre les deux graphiques.

La carte sert pendant de nombreuses décennies (pendant plus de 80 ans) comme carte maîtresse de la Dutch West India Company

(Compagnie néerlandaise des Indes occidentales connue sous l’acronyme WGC) pour l’Amérique du Nord, les Caraïbes et l’Amérique du Sud, utilisée comme guide de navigation principal pour les voyages transatlantiques. Destombes et Gernez suggèrent que l’absence de privilège indique qu’elle était utilisé exclusivement par l’entreprise et n’était pas accessible au grand public. Bien que la carte soit le plus étroitement associée au WGC, elle est également sûrement utilisée par le VOC (Compagnie néerlandaise des Indes orientales) : des exemplaires de la carte comportent des traces manuscrites montrant des navires à destination du Cap de Bonne-Espérance et des Indes orientales.

La plaque d’impression est achetée par Jacob Robijn très probablement lors d’une des ventes d’actions Blaeu en 1674. La société Blaeu avait subi un incendie dévastateur en 1672, et Joan Blaeu est décédé en 1673. Robijn n’a modifié que l’empreinte en haut à gauche, laissant la géographie inchangée (Schilder).

Robijn n’a dû posséder la plaque que brièvement, car Pieter Goos l’a également réédité quelque temps avant sa mort en mars 1675 (S. 63.4). Goos a introduit l’empreinte qui a persisté dans le tableau actuel: “Gedruckt / t ‘AMSTERDAM / bij / PIETER GOOS, / Op t’Water Inde Ver = / gulde Zee Spiegel.” L’entreprise Goos a été poursuivie par son fils Hendrick.

1635 – Carte du Bourdelois, Willem Jansz Blaeu 

Carte du Bourdelois, du pais de Medoc, et de la prevosté de Born, Willem Jansz Blaeu, (1571-1638),  (Amsterdam)

N.D. Bernet, Teste, etc.

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8592978g.r=Carte%20du%20Bourdelois?rk=21459;2

 

1600 ? – Europa – Blaeu – Arcachon

Pascaarte van alle de zee-custen van Europa

Arcachon

Willem Janszoon & Pieter & Joan Blaeu, (Amsterdam, 1677)

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b5905773h/f1.item.r=Pascaarte%20%20Europa.zoom

 

1638 Europe maritime, Blaeu

Europe maritime et générale de toutes les costes des mers Océane et Mediterrane… Faictes Amsterdam, Willem Jansz Blaeu (1571-1638).  

Arcaxon

https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40749468d

 

Déjà, en 1619, Janszoon Blaeu utilise le toponyme Arcaxon dans « Le flambeav de la navigation, monstrant la description & delineation de toutes les costes & havres de la Mer Occidentale Septentrionale, & Orientale… »

https://books.google.fr/books?id=6C1KAAAAcAAJ&dq=arcaxon&hl=fr&source=gbs_navlinks_s

Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.