1560 – Francesco Ghisolfi, Atlas nautique – Arcasan, Arcason, Arcaxom

Imprimer cet article Imprimer cet article

Depuis le début du XIVe siècle, Florence est l’une des villes les plus actives dans la diffusion de la culture mathématique. La tradition mercantile de la ville favorise une telle acceptation du nouveau système de calcul introduit dans le monde occidental par les mathématiciens arabes en 1343 ; il y a six écoles de bouliers enseignant plus d’un millier d’élèves. Dans ces écoles, l’arithmétique indo-arabe est enseignée avec la géométrie euclidienne, selon la méthode de Leonardo Fibonacci (1170-1250). Il est probable que la géométrie pratique des écoles du boulier donne naissance aux règles qui, au début du XVsiècle, sanctionnent la naissance de la perspective linéaire, le nouveau mode de représentation destiné à révolutionner le développement des arts figuratifs à la Renaissance. Artistes et mathématiciens mettent leurs connaissances en commun pour établir les règles qui jettent les bases euclidiennes du nouveau langage pictural. Le nouveau mode de représentation va connaître un développement extraordinaire dans les domaines cartographiques et topographiques-militaires également.

L’Almageste et la Géographie, les deux chefs-d’œuvre scientifiques de Claudius Ptolémée (IIe siècle), guident le progrès des études astronomiques et géographiques tout au long de la Renaissance. L’Almageste, connue depuis le Moyen Âge grâce à la médiation des astronomes islamiques, fournit une explication mathématique du système géocentrique. La géographie n’a été redécouverte dans le monde occidental que vers la fin du XIVe siècle, grâce à un codex grec apporté à Florence par l’érudit byzantin Emanuele Crisolora (1350-1415). Ce travail contient une description du monde connu à l’époque de Ptolémée ainsi qu’une explication des méthodes projectives nécessaires pour construire une carte du monde et des cartes régionales. La mise à jour diligente des données géographiques de Ptolémée effectuée par des cartographes et des commentateurs au XVe siècle favorise les études qui conduiront à la découverte du Nouveau Monde, un événement d’époque auquel des florentins éminents comme Paolo dal Pozzo Toscanelli (1397-1482) et Amerigo Vespucci (1454-1512) contribuent.

Avec la découverte du Nouveau Monde, les publications géographiques compilées pour mettre à jour les informations fournies par Ptolémée prolifèrent. Les bibliothèques des humanistes regorgent de livres d’intérêt géographique et de nombreux codex somptueux et coûteux sont produits par les ateliers florentins au XVe siècle. Lorenzo le Magnifique (1449-1492) possède plusieurs “images” avec des cartes géographiques et un superbe codex de Géographie « peint » par Piero del Massaio (XVe siècle), qui passe ensuite entre les mains de Cosimo I (1519-1574), digne héritier du concept laurentien de possession de l’univers par la connaissance. Un splendide volume de cartes marines attribuées à Francesco Ghisolfo (XVIe siècle) est donné par la famille Martelli à Francesco de Medici (1541-1587) avec une dédicace érudite qui exalte le nom de Cosimo dans un élégant mélange de grec et de latin : « Te Cosmo Cosmu Cosmon Francisce donamus quia munere dignus es », c’est-à-dire « Nous t’offrons le Cosmos, o Francesco, ornement du Cosmus (et de Cosimo) ».

Bel atlas composé de 15 planches aquarelles représentant la sphère armillaire, le zodiaque, les parties du globe, ainsi que des cartes nautiques et des planisphères. Le codex a été commandé par Francesco Martelli comme cadeau à Francesco de Medicis.

arcaxom

Titre sur le dos « Cartes Hydrographiques M.S. » Attribué à Francesco Ghisolfi à la fois parce que la construction artistique (contours de carte azur et or saisissants, bords en or finement dessiné, et les figures colorées et finement dessinées sont caractéristiques de son travail) et la cartographie (étroitement inspirée des cartes de Battista Agnese) ; probablement fabriqué à Gênes, sa patrie, au cours de la seconde moitié du XVIe siècle. Sur la page de garde, Hanrott 1328 lettres 1833 en référence à la vente de Philip Augustus Hanrott[1] au français Evans ; au verso de la première page de garde et sur f. 1, les notes de Sir Thomas Phillipps « Phillipps MS 22796 » ; une note non signée et non datée dans une main britannique sur les états finaux de la page de garde « Cet atlas est de la même main que celui de Riccardiana Florence n’° 3140 qui a versets à la fin dédiés à Francesco Gisolfo l’auteur de l’ouvrage, vers 1553 ». Obtenu en privé par A. S.W. Rosenbach pour Henry E. Huntington en 1924 (se trouve à la Huntington Library, HM 28 f. 13).

Il s’agit d’un atlas mondial contenant 11 cartes marines, tableau de déclinaisons, etc. :

  1. Vide sauf pour la bordure décorée et l’inscription « Phillipps MS 22796 » au centre
  2. Méditerranée occidentale
  3. Tableau des déclinaisons et sphère armillaire
  4. Les deux hémisphères (montrant l’Amérique occidentale liée à l’Asie)
  5. Carte ovale du monde
  6. Planisphère avec signes du zodiaque et figures représentant les saisons
  7. Océan Indien, Afrique, Arabie, Inde et une partie de l’Asie
  8. Méditerranée centrale et Italie
  9. Océan Pacifique avec des parties de l’Amérique du Nord et du Sud, Indes orientales, partie de Chine
  10. Méditerranée orientale et mer Égée
  11. Méditerranée occidentale, péninsule ibérique, Afrique du Nord-Ouest arcasan

  12. Côte est de l’Amérique du Nord, Amérique du Sud, océan Atlantique, Europe (y compris la Scandinavie), Afrique, Proche-Orient
  13. Monde en cinq fuseaux (décoré en haut et en bas avec des signes du zodiaque et autres chiffres)
  14. Mer Noire

Parchment, ff. vii (papier moderne) + 14 (parchemin entrelacé avec 13 feuilles de papier vierge) + vii (papier moderne); 277? 410 (221? 351) mm. Folios simples attachés séquentiellement avec des talons. Bordures décorées de feuilles d’acanthe stylisées en or, bordé de noir. Traces occasionnelles de chiffres arabes originaux ; numérotation moderne au crayon. Encre noire et rouge pour la nomenclature dans un minuscule script avec des majuscules carrées pour le script d’affichage ; masses terrestres dessinées en azur et or ; cartes avec une rose des vents chacune (sauf le numéro 8, où il est omis) ; d’habitude 32 réseaux de lignes de rhumb à l’encre noire, rouge et verte pour les principales directions ; pas de latitude ou longitude ; distance indiquée sur chaque carte par une série de petits cercles ; hautement décoré de vignettes de villes, de nombreuses têtes de vent et de figures élaborées. Relié vers 1830, en anglais pourpre à grain droit marocain, or ciselé ; bords dorés.

L’Atlas nautique du monde possède une rose des vents portant un soleil au centre, une croix de l’Ordre du Christ à l’est et les initiales des noms de certains vents. Il est bien connu que la plupart des cartes et atlas nautiques sont destinés à des princes et à des nobles plutôt que pour les pilotes et c’est pour cela qu’ils sont ornés de riches éléments décoratifs et aussi de contenus décrivant l’ensemble d’une contrée et indiquant les lieux remarquables. En ce sens, une partie de la production nautique peut concurrencer la cartographie surtout au niveau des atlas. Pour en donner un exemple, l’Atlas de Francesco Ghisolfi, conservé à la bnf présente le blason de la famille Doria (que nous connaissons aussi en tant qu’acheteur et client des cartes Maggiolo), comme ce fut le cas avec l’amiral Ippolito Centurione qui peut appartenir à l’un des exemplaires de l’atlas portolanique de Guisselico Albissolese Saetone, dont il était également le dédicataire (Corradino Astengo, 2000)

À partir de la 4ème planche, les feuilles portent dix cartes qui sont des copies démarquées et maladroites de celles de l’Atlas d’Agnese[2] de 1543 ;

arcason

il comprend : 1re feuille. À droite, dans un cartouche baroque, blason rouge, vert et blanc, portant un oiseau noir dans la partie supérieure rouge, sous le cartouche un texte gratté ; à gauche, sur la feuille de garde d’une écriture du XVIe siècle “A li Gerj Parij de Barbarya / Retrouandomi Jo Andr. Baldi Consrio Del Illusmo Sr Don Anda Di Consaga per ordillj delo illo Sr Don Johan / della Cerda duca de Medina Celi et in Civre et Capitan Grali del Regno di Sicilia et de la armata In li Gebj. Adi XI de magio me In d. 1560 Sabbato. Il la Rotta de la Armata. In dello loco de sua Cesa Ma del nro Sr Re. pho de Austria et quisa Mare. lo illo Sr Anda Dorja p mare / Marchese de Sursia et la Cumte da / general de sua Mta de la mare.” ;

2e feuille, à gauche, table de déclinaison solaire, à droite, sphère armillaire ;

3e feuille. Zodiaque avec petite mappemonde au centre ;

4e feuille. Océan Pacifique ;

5e feuille. Océan Atlantique ;

6e feuille. Atlantique sud-est et Océan Indien ;

7e feuille. Océan Atlantique et Mer Méditerranée occidentale ;

8e feuille. Océan atlantique est et Mer Méditerranée ouest ;

9e feuille. Méditerranée occidentale ;

10e feuille. Méditerranée centrale ;

11e feuille. Méditerranée orientale ;

12e feuille. Mer Noire ;

13e feuille. Mappemonde ovale ;

14e feuille. Partie gauche : rose des vents portant un soleil au centre, une croix de l’Ordre du Christ à l’est et les initiales des noms de certains vents. Partie droite : une inscription “A di otto di Luglo 1560 Lunidj Ad hore XVIIII. Passao di questa vita lo mo Johan Cinigo et si sepellio adi VIII del detto In lo covento de Sto Francisco. Et jo Francesco Costa lo scripsi per ordini delo Mco Sr Andrea Baldj. Ad sua memoria. Dio per sua Sta Memorija Baldi miserycordia del anima sua. Adi cinque luglo… 1560 di hore… passao di questa vita lo mo hyermo manjany e si sepellio adi VI in lo covento di dominy Laus Deo”

L’Atlas est acheté le 29 novembre 1838 à M. Piccolomini à Sienne et transmis par le Département des manuscrits sous le n° Reg. B. 2625. Inv. gén. 927.

https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb40780665k

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b5901119d

https://www.storiapatriagenova.it/Docs/Biblioteca_Digitale/SB/396b22c37e8bbc6c44c30828fc127900/Estratti/dd1222af9f9d8242eb795ad96bbe5f97.pdf

https://www.myoldmaps.com/3843-francesco-ghisolfi.pdf

https://brunelleschi.imss.fi.it/mediciscienze/emed.asp?c=70001

https://brunelleschi.imss.fi.it/mediciscienze/emed.asp?c=70003

[1] – On sait peu de choses sur Philip Augustus Hanrott (1776 -1856). Un collectionneur exigeant dans le mode dibdinien de la lettre noire et des premières éditions des classiques, il avait l’habitude d’inscrire à l’encre sur les pages volantes de ses livres des remarques bibliographiques intéressantes, se terminant presque toujours par un court trait horizontal, l’extrémité droite dont est rabattu en crochet angulaire. Il a vendu la plus grande partie de sa bibliothèque par l’intermédiaire de RH Evans en cinq ventes le 16 juillet, le 5 août 1833, et le 20 février, le 15 mars et le 22 mars 1834. Sa notice nécrologique dans le Gentleman’s Magazine de décembre 1856 indique « Décédé le 30 octobre à sa résidence Rangée de Southampton, Russell Square, 80 ans Philip Augustus Hanrott Esq. » Le reste de sa bibliothèque a été vendu le 28 janvier 1857 par S. Leigh Sotheby & John Wilkinson. https://armorial.library.utoronto.ca/stamp-owners/HAN004

[2] – Battista Agnese a été le professeur de Francesco Ghisolfi.

Raphaël

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.