- H T B A - https://htba.fr -

“Huttopia” au Teich – Construira ? Construira pas ?

Partager sur...
Share on Facebook
Facebook
[1]Pin on Pinterest
Pinterest
[2]Tweet about this on Twitter
Twitter
[3]Share on LinkedIn
Linkedin
[4]

Vieux de dix ans, le projet de camping écologique – des cabanes en bois et en toile démontables, sous les arbres – prévoit 190 emplacements, obligeant à défricher 8% des 18 ha d’une forêt privée à la sortie du Teich. Le projet est situé sur une zone naturelle dans le delta de l’Eyre, et voisin d’une zone protégée.  

Le groupe rhônalpin Huttopia créé par Céline et Philippe Bossanne est devenu un poids lourd du tourisme écolo. Il compte une cinquantaine de sites en France (campings et villages), et d’autres à l’étranger. Son développement est constant depuis plusieurs années. Il est également propriétaire de la marque Indigo, qui gère 28 campings en France. Littéralement contraction des mots “hutte” et “utopie”, Huttopia propose “des abris sommaires et différents, dans des habitats traditionnels pour une expérience différente de camping en pleine nature”, commente la co-fondatrice de l’entreprise. “On s’est amusé à imaginer des habitats un peu différents faits de toiles et de bois avec toute une gamme de tente comportant à l’intérieur tout le confort nécessaire, comme des lits, des tables et même une salle de bain dans certains modèles. On retrouve tout le plaisir du bruit du vent dans la toile, au bruit des oiseaux pour une expérience bucolique”.

[5]

Philippe Bossanne a, dans ses cartons, un projet de camping nature sur la commune du Teich dont le concept est celui de cabanes en bois démontables sous les arbres dans un site forestier proche du delta de l’Eyre, pour partie en zone d’intérêt écologique important, zone de préemption au titre des Espaces Naturels Sensibles du Département et comprenant une zone humide à protéger. La zone 1 AUK instituée sur le terrain d’assiette du projet de camping empiète sur la coupure d’urbanisation dite du « delta de la Leyre » située entre les communes du Teich et de Biganos de part et d’autre de l’Eyre, vaste ensemble que traverse le parc naturel régional des Landes de Gascogne et partiellement classé en zone Natura 2000, zone naturelle d’intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF), zone importante pour la conservation des oiseaux (ZICO) et zone de préemption des espaces naturels sensibles du département. Toutefois, cet empiétement ne porte que sur 0,22 % de la superficie totale de la coupure d’urbanisation et il ne ressort pas des pièces du dossier qu’à lui seul, il aurait pour effet d’altérer ce caractère de coupure d’urbanisation attaché à la vaste zone séparant la commune du Teich de la commune de Biganos. Au demeurant, la délibération du 17 décembre 2015 crée un espace boisé classé de 20 hectares en périphérie ouest du projet de camping.

Bien avant que le projet se concrétise, des petites rumeurs ci et là circulent sur l’implantation d’un camping entièrement écolo sur la commune du Teich, au doux nom Huttopia. Cette bourgade tranquille, possédant un exceptionnel parc ornithologique, veut sûrement elle aussi profiter de l’embellie du tourisme de masse pour remplir les caisses de la municipalité. Quoi de plus normal que de vouloir exister quand les autres s’en mettent plein les poches. Puis un camping avec des cabanes en bois au milieu de la forêt calmera les ardeurs des écolos. D’autant que cette société jouit d’une certaine aura avec sa carte de visite associée en France avec l’ONF (office national des forêts) et avec le SEPAQ (société de plein air du Québec) au Canada, elle affiche quelques prix et récompenses prestigieuses. Les concepteurs ont su sentir l’air du temps par le retour à la nature des bobos et du camping redevenu à la mode. Il suffit de placer le produit sur des sites touristiques banquables pour assurer un bon développement. Du marketing quoi ! Alors quand ils ont vu un maire socialiste, ils ont crié cette expression désuète et pas très bien vu de nos jours : « Y’a bon Banania ! » Mais, car il y a un mais, le site convoité est sur un site naturel et l’écotourisme que veut porter ce projet ne tient que dans son nom, c’est à dire à l’utopie. C’est un centre de vacances qui surfe sur la fibre verte pour s’imposer ou le bois remplace le mobil-home. J’entends déjà ceux qui hurlent que ces putains d’écolos ne veulent que rien ne bouge, qu’ils sont contre tout, etc. C’est un devoir de citoyen d’informer et de signaler les petits arrangements entre amis, les petites modifications des lois pour passer en force mais c’est aussi pour mettre en avant l’utilité d’un tel camping dans cet environnement. Comme Notre Dame des Landes, je pense qu’il est nécessaire d’en faire une ZAD (zone à défendre) même si il est fort à parier que bientôt des bivouaqueurs se délasseront au milieu des quelques pins sauvegardés en respirant le bon air de la Smurfit-Kappa.

Au fait, Huttopia au Teich, c’est quoi ? Un camping nouvelle génération qui s’étendra sur 17,29 hectares d’une forêt – située entre les lieux dits Marthias et Les Plassots  – appartenant au propriétaire du château de Ruat, Pierre-Éric de Gabiole. À la sortie du Teich, vers Biganos, Huttopia comprendra 190 emplacements répartis entre des secteurs nus, des cahutes, des cabanes, des sanitaires modulaires et des aires de bivouac. L’établissement pourra accueillir jusqu’à 600 personnes. Cette offre locative d’hébergement touristique de plein air est articulée autour d’un « centre de vie » constitué de l’accueil, d’une épicerie, d’un espace restauration, d’une salle de vie et d’une salle de séminaire. Une offre récréative complète ces équipements avec cinq aires « bivouac », une aire de jeux pour enfants et un espace de baignade d’une surface de 180 m² organisé avec des bassins en bois semi-enterrés. Le centre de vie et l’espace de baignade sont reliés par une terrasse. Les équipements du camping comprennent également un lavoir, cinq sanitaires modulables et un logement de fonction. La période annuelle d’exploitation du camping est prévue de mi-avril au début du mois de novembre. Dans les colonnes de La Dépêche, Philippe Bossanne met en avant « le respect de la nature du lieu, la mise en place d’hébergements en toile et bois très intégrés au paysage forestier, la réversibilité des équipements qui visent à pouvoir rendre le site à la nature facilement si nécessaire, une exploitation respectueuses de l’environnement et des activités très nature qui incitent à la découverte de la région ».

C’était sans compter sur la Ceba (Coordination environnementale du bassin d’Arcachon), présidée par Jacques Storelli, et d’autres associations écologistes. Refusant ce qu’elles estiment être une atteinte à cette forêt, elles manifestent et attaquent ce projet sur plusieurs fronts juridiques, contestant l’autorisation de défricher, délivrée par le préfet de la Gironde, et le permis d’aménager donné par le maire du Teich. Elles mettent en cause, notamment, une «atteinte à la coupure d’urbanisation » et « un conflit d’intérêts du préfet », à la fois préfet de région pour rendre un avis environnemental par la Dreal et préfet de Gironde pour délivrer le permis de défricher.

[6]

Au début de l’année 2018, le tribunal administratif de Bordeaux donne raison aux écolos face à Huttopia et à la ville du Teich. Ces derniers font alors appel. L’arrêt de la cour administrative d’appel de Bordeaux vient enfin d’être rendu le 16 juin 2020 ; il confirme la décision des magistrats en première instance. Autrement dit, le projet Huttopia au Teich est normalement enterré puisque le porteur du projet et la ville du Teich n’ont pas, à ce stade, l’intention de saisir le Conseil d’État en dernière instance. Jacques Storelli pour la Ceba se réjouit de ces décisions qui mettent un terme à la construction de ce camping : « Le permis d’aménager et le permis de défricher sont annulés. Les 18 hectares de forêt seront donc préservés. C’est pour nous l’essentiel. » Mais le maire du Teich, François Deluga, conteste cette interprétation puisque le propriétaire du terrain peut tout à fait décider, en toute légalité, d’abattre les arbres pour les vendre. « Ce projet protégeait au contraire la forêt », ajoute le maire. Jacques Storelli de la Ceba pense l’inverse et précise que « si le propriétaire veut couper les arbres, il sera obligé de replanter. Un aménagement dans une forêt avec des constructions c’est différent, surtout pour accueillir jusqu’à 600 personnes ». C’est bien contre une construction sur une zone naturelle que la Ceba a porté le fer, la refusant par principe, pour en éviter d’autres, même si Huttopia a une image « écolo ». François Deluga s’oppose à cette vision de la protection de l’environnement et une telle « sanctuarisation » de la nature. Il déplore d’abord la perte pour « les finances de la commune et l’économie locale avec la fin d’un tel projet ». Puis, il ajoute : « Je pose la question : si les campings de la dune du Pilat doivent être déplacés un jour, pourront-ils s’installer ailleurs après une telle décision ? ». Le maire du Teich considère cependant que ces arrêts de la Cour d’appel n’ont donné raison à la Ceba que sur des motifs juridiques, liés au code de l’urbanisme ou à la procédure, et non sur une atteinte à l’environnement. Les magistrats ont notamment considéré que le camping n’était pas en continuité d’urbanisation, même s’il était prévu en continuité de maisons récentes d’un lotissement. « Mais ils indiquent aussi très clairement que le projet n’empiète que sur 0,22 % de la superficie totale de la coupure d’urbanisation et que l’on créait un espace boisé classé de 20 hectares en périphérie ouest du camping ». Quant à l’autre motif de rejet de l’appel par la commune, « c’est une erreur de l’État qui a fait signer le préfet de Gironde qui est aussi préfet de Région », déplore François Deluga. Reste que la victoire juridique est à la Ceba. Et qu’Huttopia peut légitimement s’inquiéter pour d’autres projets, notamment un prévu à La Teste.

[Audience du 19 mai 2020, Cour Administrative d’Appel de Bordeaux]

https://europe.huttopia.com/destinations/campings/

http://www.infobassin.com/wp-content/uploads/2020/06/CEBA-Huttopia-Arr%C3%AAt-dossiers-24-et-38.pdf [7]

http://www.nouvelle-aquitaine.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/p_2016_4031_a.pdf [8]

[Camping Hutto… pia, no !]

https://www.infobassin.com/politique-economie/projets-immo-camping-huttopia.html [9]

[On en voit du bois !]

http://www.lecridelabernache.com/archives/2017/10/17/35779222.html [10]

[« Le camping « écolo » ne se fera pas,  Bruno Béziat, Sud Ouest Dimanche du 21 juin 2020]

https://reader.cafeyn.co/fr/1980756/21606799 [11]

[« Huttopia Le Teich, le camping nature n’a pas dit son dernier mot… »,  Jean-Baptiste Lenne, Dépêche du Bassin du 13 avril 2018]

https://www.ladepechedubassin.fr/2018/04/13/actualites/huttopia-teich-camping-nature-na-dit-dernier/ [12]

Pour en savoir plus : http://www.ecocitoyensdubassindarcachon.org/pages/le-teich-projet-huttopia.html