- H T B A - https://htba.fr -

1776 – Les Limites du Pays de Buch, Nolin

[1]

1776 – Pays de Buch par Nolin – Les Limites du Pays de Buch

Nos lecteurs ont tous certainement examiné avec attention notre reproduction photographique du plan de Nolin (et non pas Nollet), plan sur lequel, par exception, figurent les limites des anciens paai et notamment du Pays de Buch.

À propos de ce plan, daté de 1776, nous remarquions qu’on pouvait se montrer surpris de ne pas voir Lacanau englobé dans les dites limites ; nous faisions donc toutes réserves à ce sujet et même en ce qui concerne Sainte-Hélène, Salaunes, Saumos, Le Temple et Beliet dont l’attribution fut de tout temps douteuse.

Comme nous nous y attendions, deux de nos plus savants collaborateurs, M. Saint-Jours et notre vice-président, M. l’Abbé Bertruc se sont vivement élevés contre les limites de Nolin, dont le titre de «géographe du roi » ne leur en impose pas. Tous deux, en effet, ont étudié, approfondi patiemment la question, et conclu que Lacanau fut incontestablement terre de Buch.

M. Saint-Jours affirme que le décret autorisant celte ville à s’appeler Lacanau-de-Médoc n’existe pas. Quant à M. l’Abbé Bertruc, il soupçonne Nolin d’avoir, comme tant d’autres géographes, croit-il, arbitrairement dessiné les limites en question.

Sur ce point d’Histoire digne de l’attention des érudits, Lacanau, seul, reste muet. Il semble s’être placé d’autorité en Médoc. Le fumet des vins de ce terroir lui semble plus capiteux que le parfum de nos résines. La carte do Nolin parait lui donner raison. Mais voici l’autorité de ce spécialiste déclarée sujette à caution.

Devant le Tribunal de l’Histoire, le Médoc et le Buch se disputent Lacanau. Par qui sera rendu l’arrêt définitif ?

« Les limites du Pays de Buch », Revue historique du Pays de Buch, n°11 & 12, mars 1931

https://shaapb.fr/wp-content/uploads/files/rhpb1112.pdf [2]