- H T B A - https://htba.fr -

L’Europe

 

1653 – L’Europe nouvellement tracée, Briet – Tete de Buch, Belin

[1]

L’Europe nouvellement tracée et rendue plus claire

par le P. Philippe Briet Jésuite, en faveur de ceux qui veulent apprendre la Géographie. A Paris chez P. Mariette… Avec une petite carte sur les « Régions polaires qui regardent l’Europe » et « Climats » donnés en marge.

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b8468752b.r=Philippe%20Briet%20L%27Europe?rk=21459;2 [2]

1818 – Europe centrale, Laurie & Whittle – Tete de Buch, Belin

[3]

Map of Europe used by American politician Samuel Atkins Eliot on his 1821 « Grand Tour » of Europe

Un bel exemple de la carte de Laurie et Whittle de 1818 de l’Europe centrale. La carte couvre la majeure partie de l’Europe mais se concentre sur les nations de l’Europe centrale : la France, les Pays-Bas (et la Belgique), l’Autriche, la Hongrie (avec un encart de Transylvanie), la Prusse, la Suisse et l’Allemagne ; l’Angleterre, l’Espagne, l’Italie, la Turquie (les Balkans), la Pologne et le Danemark ne sont inclus que partiellement.

[4]

Tete de Buch, Belin

Laurie et Whittle identifient toutes les grandes villes, y compris Tete de Buch, et routes ainsi que les caractéristiques topographiques limitées, avec l’élévation rendue dans les hachures.

Les cartographes attribuent, comme source de cette carte, l’éditeur de cartes Français Pierre M. Lapie.

Publiée pour la première fois en 1816, il s’agit de la deuxième édition, 1818, de cette carte utile. Les éditions suivantes ont été publiées dans les deux cas, comme l’exemple actuel, et le format atlas. Ces cartes sont populaires auprès des touristes américains pour le « Grand Tour » ; celle-ci a été utilisé par le politicien américain Samuel Atkins Eliot (1798 – 1862) lors de sa tournée européenne de 1821 : comporte quelques marques de stylo retraçant son périple. À divers moments de sa carrière, Eliot, a servi au Sénat du Massachusetts, a été le maire de Boston, et a représenté le Massachusetts à la Chambre des représentants des États-Unis. Eliot voyage en Europe sur le classique « Grand Tour » en 1821. En provenance de Boston, il débarque à Liverpool, où il acquiert très probablement cette carte à la boutique de W. Robinson, Castle Street. Il voyage à travers l’Angleterre et l’Écosse avant de s’embarquer pour le continent plusieurs mois plus tard. Eliot débarque à Dieppe et se rend à Paris, puis au sud de Toulouse avant de se tourner vers l’Italie où il se rend jusqu’à Naples avant de se diriger vers le nord, vers la Suisse, l’Allemagne et la Hollande. De là, il retourne soit en France ou part directement en Angleterre, et rejoint Boston.

 

Pierre M. Lapie (1779ca – 1850) et son fils Alexandre Émile Lapie (1809 ca-1850), militaires tenant respectivement les rangs de colonel et capitaine, sont des cartographes et graveurs français. Alexandre jouit du titre de « Premier géographe au roi », et ce titre apparaît sur plusieurs de ses atlas. Travaillant séparément et conjointement, ils publient quatre atlas importants, un Atlas de l’Empire Français (Alexandre) de 1811, l’Atlas Classique et Universel (Pierre) de 1812, l’Atlas Universel de Géographie Ancienne et Moderne (édition conjointe) et l’Atlas Militaire (Alexandre) de 1848. Tous leurs produits sont d’une beauté et d’un détail exceptionnels. Le cartographe de la fin du XIXe siècle, A. H. Dufour, prétend être un élève de Lapie, bien qu’on ne sache pas s’il fait référence au père ou au fils.

https://www.geographicus.com/P/AntiqueMap/CentralEurope-lauriewhittle-1818 [5]

1920 – Europe du traité de Versailles – Arcachon

  [6]

Europe du traité de Versailles, 28 juin 1919, dressée par Joseph Forest, (1865-19..). Éditeur  :  Forest (Paris)

Né le 20 mars 1865, Joseph Forest est le fils d’Henri Étienne Forest et de Marie Nadot, domicilié au 28, rue d’Astorg à Paris. Il voit le jour au 191, rue de Sèvres à Paris.

De la classe 1882, il est engagé conditionnel (article 54) volontaire au 6e dragons, sous les ordres du colonel Rapp qui commande cette unité de 1881 à 1887. Il en ressort au bout d’un an avec le grade de brigadier.

[7]En 1886, il fonde sa maison d’édition de cartes et plans, mappemondes, globes, sphères terrestre et céleste, tableaux et cartes murales pour l’enseignement au 17-19, rue de Buci à Paris et demeure au 1, place du 13 octobre à Bagneux.

Fournisseur des écoles depuis 1889, agréé par le ministère de l’Instruction publique, il propose également à son catalogue un globe briquet. Ce type de globe fantaisie se décline également dans des versions globe-bar par exemple.

Nommé conseiller du commerce extérieur de la France en 1912, dont il suit régulièrement les travaux, il est reconduit dans cette fonction en 1922.

[8]Il exporte pour une somme très importante son matériel de globes, sphère de Copernic et sphère de Ptolémée, cartes scolaires et cartes économiques, appareils de cosmographie dans les pays de langue espagnole, portugaise et anglaise. Ses ouvrages sont traduits, adoptés exclusivement par les gouvernements Sud-Américains en Argentine, Pérou, Chili, Colombie et Uruguay. Ses exportations pour le Canada sont en langue française.

En 1923, il choisit Alphonse Pinard, vice-président du Comité des Expositions, pour parrain dans la remise de sa Légion d’honneur.

 

Au moment où nous éditons (21 mars 2022), c’est l’invasion de l’Ukraine par Poutine.

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b53064393n.r=btv1b53064393n?rk=21459;2 [9]

https://fr.wikipedia.org/wiki/Joseph_Forest_(g%C3%A9ographe) [10]